Idées et stratégies

10 méthodes pédagogiques innovantes

Le terme innovation est généralement associé à la science et au progrès technologique, et qui vise à renouveler  les  produits et les  services.

L’innovation  pédagogique est un processus de changement caractérisée par l’attention soutenue portée aux élèves, au développement de leur bien-être, et à la qualité des apprentissages. Elle se caractérise principalement par La nouveauté, le changement, l’amélioration, et la durabilité.

Il est essentiel  de rendre l’innovation  pédagogique au centre de nos réflexions car la transformation des métiers et des compétences, et la révolution digitale nous y engagent d’ailleurs fortement. Nos méthodes pédagogiques doivent évoluer puisque le monde évolue.

Cet article présente une sélection de méthodes pédagogiques innovantes. C’est-à-dire des méthodes qui visent à améliorer les dispositifs pédagogiques et de les adapter aux  besoins des étudiants.

1- Apprentissage croisé :

la tendance de demain en connectant l’apprentissage informel à l’enseignement formel.

L’apprentissage  croisé désigne la liaison entre les connaissances « formelles » apprises dans les écoles, et les apprentissages informels de la vie de tous les jours, acquis lors d’activités personnelles, culturelles, de loisirs .

 Apprendre dans un cadre informel, comme les musées et les clubs parascolaires, peut lier le contenu éducatif aux questions qui concernent les apprenants dans la vie. Ces liens fonctionnent dans les deux sens. L’apprentissage dans les écoles peut être enrichi par des expériences de la vie quotidienne ; on peut approfondir l’apprentissage informel par des questions et des connaissances acquises en classe. Ces expériences suscitent une motivation supplémentaire pour l’apprentissage.

Une méthode efficace pour l’enseignant consiste à proposer et à discuter d’une question en classe, puis les apprenants explorent cette question lors d’une visite de musée ou d’une excursion, puis partagent leurs résultats en classe pour produire des réponses individuelles ou collectives.

L’apprentissage croisé exploite les forces des deux environnements et offre aux apprenants des occasions d’apprentissage authentiques et stimulantes. Étant donné que l’apprentissage se déroule tout au long de la vie, en s’appuyant sur des expériences vécues dans des contextes multiples, l’opportunité la plus large est d’aider les apprenants à enregistrer, relier, rappeler et partager leurs diverses activités d’apprentissage.

2- Apprentissage par argumentation

Pour développer les compétences du raisonnement scientifique.

Les élèves peuvent améliorer leur compréhension des sciences et des mathématiques en argumentant de la même façon que les chercheurs et les mathématiciens professionnels. L’argumentation aide les élèves à faire face à des idées contrastées, ce qui permet d’approfondir leur apprentissage. Il rend les raisonnements techniques accessibles à tous. Il permet également aux élèves d’affiner leurs idées avec d’autres afin qu’ils apprennent comment les scientifiques travaillent ensemble pour établir ou réfuter les allégations.

Les enseignants peuvent susciter une discussion constructive dans les salles de classe en encourageant les élèves à poser des questions ouvertes, à reformuler leurs remarques dans un langage plus scientifique et à élaborer et utiliser des modèles pour construire des explications. Lorsque les élèves discutent de façon scientifique, ils apprennent à prendre leur tour, à écouter activement et à répondre de façon constructive aux autres. Le perfectionnement professionnel peut aider les enseignantes et enseignants à apprendre ces stratégies et à surmonter les difficultés, par exemple comment partager leur expertise intellectuelle avec les élèves de façon appropriée.

3- Apprentissage incident ou incidentenel

L’apprentissage incidentenel est un apprentissage non planifié ou non intentionnel. Elle peut se produire pendant l’exécution d’une activité qui ne semble pas liée à ce que l’on apprend. Les premières recherches sur ce sujet portaient sur la façon dont les gens apprennent dans leurs activités quotidiennes.

Pour de nombreuses personnes, les appareils mobiles ont été intégrés dans leur vie quotidienne, offrant de nombreuses possibilités d’apprentissage incident assisté par la technologie. Contrairement à l’éducation formelle, l’apprentissage incident n’est pas dirigé par un enseignant, ne suit pas un programme structuré et ne donne pas lieu à une certification formelle.

Cependant, elle peut déclencher une autoréflexion qui pourrait être utilisée pour encourager les apprenants à repenser ce qui serait autrement des parties isolées de l’apprentissage dans le cadre de parcours d’apprentissage plus cohérents et à plus long terme.

4. L’apprentissage contextualisé :

Le contexte nous permet d’apprendre de notre expérience. En interprétant l’information nouvelle dans le contexte où et quand elle se produit et en la reliant à ce que nous savons déjà, nous comprenons sa pertinence et sa signification. Dans une salle de classe ou un amphithéâtre, le contexte est généralement limité à un espace fixe et à un temps limité. Au-delà de la salle de classe, l’apprentissage peut provenir d’un contexte enrichi comme la visite d’un site patrimonial ou d’un musée ou l’immersion dans un bon livre.

Nous avons la possibilité de créer un contexte en interagissant avec notre environnement, en tenant des conversations, en prenant des notes et en modifiant les objets à proximité. Nous pouvons également comprendre le contexte en explorant le monde qui nous entoure, à l’aide des guides et des instruments de mesure. Par conséquent, pour concevoir des sites d’apprentissage efficaces, dans les écoles, les musées et les sites Web, il faut bien comprendre comment le contexte est façonné par le processus de l’apprentissage.

5. La pensée computationnelle

 La pensée computationnelle s’intéresse à la résolution de problèmes, à la conception de systèmes ou même à la compréhension des comportements humains en s’appuyant sur les concepts fondamentaux de l’informatique théorique.

La pensée computationnelle est une approche efficace pour résoudre les problèmes. Il s’agit de décomposer les grands problèmes en problèmes plus petits (décomposition), de reconnaître comment ils sont liés avec des problèmes qui ont été résolus dans le passé (reconnaissance de formes), de mettre de côté les détails moins importants (abstraction), de déterminer et développer les étapes nécessaires pour trouver une solution (algorithmes), de préciser ces étapes (déboguage).

Ces compétences en informatique peuvent être utiles dans de nombreux aspects de la vie, allant de la rédaction d’une recette pour partager un plat préféré avec des amis, à la planification de vacances ou d’une expédition, en passant par le déploiement d’une équipe scientifique pour relever un défi difficile comme une épidémie de maladie.

L’objectif est d’apprendre aux enfants à structurer les problèmes pour qu’ils puissent être résolus. La pensée computationnelle peut être enseignée dans le cadre des mathématiques, des sciences et des arts ou dans d’autres contextes. L’objectif n’est pas seulement d’encourager les enfants à devenir des programmeurs informatiques, mais aussi de maîtriser un art de penser qui leur permettra de relever des défis complexes dans tous les aspects de leur vie.

6. Apprendre par la science (avec des laboratoires à distance)

L’utilisation d’outils et de pratiques scientifiques authentiques, comme le contrôle d’expériences de laboratoire à distance ou de télescopes, peut renforcer les compétences en recherche scientifique, améliorer la compréhension des concepts et accroître la motivation. L’accès à distance à de l’équipement spécialisé, d’abord conçu pour les scientifiques et les étudiants universitaires, s’étend maintenant aux enseignants stagiaires et aux élèves des écoles. Un laboratoire éloigné se compose généralement d’appareils ou d’équipement, de bras robotiques pour le faire fonctionner et de caméras qui fournissent des vues des expériences à mesure qu’elles se déroulent.

Les laboratoires à distance peuvent réduire les obstacles à la pratique en offrant aux enseignants des interfaces Web conviviales, du matériel pédagogique et du perfectionnement professionnel.

Avec un soutien approprié, l’accès à des laboratoires distants peut permettre aux enseignants et aux élèves d’approfondir leur compréhension en leur offrant des enquêtes pratiques et des possibilités d’observation directe qui complètent l’apprentissage des manuels scolaires. L’accès à des laboratoires éloignés peut également apporter de telles expériences dans la salle de classe de l’école. Par exemple, les élèves peuvent utiliser un télescope de haute qualité pour observer le ciel nocturne pendant les cours de sciences de jour à l’école.

7. L’apprentissage intégré

L’apprentissage intégré exige la conscience du corps qui interagit avec le monde réel ou simulé pour soutenir le processus d’apprentissage. Lorsqu’on apprend un nouveau sport, le mouvement physique est une partie évidente du processus d’apprentissage. Dans l’apprentissage intégré, l’objectif est que l’esprit et le corps travaillent ensemble pour que le feedback et les actions physiques renforcent le processus d’apprentissage.

La technologie utilisée comprend des capteurs portables qui recueillent des données physiques et biologiques personnelles, des systèmes visuels qui suivent les mouvements et des dispositifs mobiles qui réagissent à des actions telles que l’inclinaison et le mouvement. Cette approche peut être appliquée à l’exploration d’aspects des sciences physiques tels que la friction, l’accélération et la force, ou à l’étude de situations simulées telles que la structure des molécules.

Pour un apprentissage plus général, le processus de l’action physique fournit un moyen d’engager les apprenants dans le sentiment d’apprendre tout en apprenant. Être plus conscient de la façon dont son corps interagit avec le monde peut également favoriser le développement d’une approche consciente de l’apprentissage et du bien-être.

8. Enseignement adaptatif ou enseignement intelligent

Tous les apprenants sont différents. Cependant, la plupart des présentations et des documents éducatifs sont les mêmes pour tous. Cela crée un problème d’apprentissage, en imposant un fardeau à l’apprenant qui doit savoir comment faire avec le contenu. Cela signifie que certains apprenants s’ennuieront, d’autres se perdront, et très peu d’entre eux découvriront des chemins à travers le contenu qui mèneront à un apprentissage optimal. L’enseignement adapté offre une solution à ce problème. Il utilise des données sur l’apprentissage antérieur et actuel de l’apprenant pour créer un parcours personnalisé à travers le contenu éducatif.

Les systèmes d’enseignement adaptatif recommandent les meilleurs endroits pour commencer un nouveau contenu et quand revoir les anciens contenus. Ils fournissent également divers outils pour suivre ses progrès. Ils s’appuient sur des pratiques d’apprentissage de longue date, comme la lecture de manuels scolaires, et ajoutent une couche de soutien assisté par ordinateur.

Des données telles que le temps consacré à la lecture et les scores d’auto-évaluation peuvent servir de base pour guider chaque apprenant à travers le matériel pédagogique. L’enseignement adaptatif peut être appliqué à des activités en classe ou dans des environnements en ligne où les apprenants contrôlent leur propre rythme d’étude.

9. Analyse des émotions

Les méthodes automatisées de suivi oculaire et de reconnaissance faciale permettent d’analyser la façon dont les élèves apprennent, puis de réagir différemment à leurs états émotionnels et cognitifs. Les aspects cognitifs typiques de l’apprentissage consistent à savoir si les élèves ont répondu à une question et comment ils expliquent leurs connaissances. Les aspects non cognitifs consistent notamment à déterminer si l’élève est frustré, confus ou distrait.

De façon plus générale, les élèves ont des états d’esprit (voir leur cerveau comme fixe ou malléable), des stratégies (réfléchir sur l’apprentissage, demander de l’aide et planifier comment apprendre) et des qualités d’engagement (comme la ténacité) qui affectent profondément leur façon d’apprendre.

Dans l’enseignement en classe, une approche intéressante consiste à combiner des systèmes informatisés de tutorat cognitif avec l’expertise des enseignants humains pour répondre aux émotions et aux dispositions des élèves, afin que l’enseignement puisse mieux répondre aux besoins de l’apprenant dans son ensemble.

10. Évaluation furtive

La collecte automatique de données qui se fait automatiquement lorsque les élèves travaillent dans des environnements numériques riches peut servir à l’évaluation discrète et  » furtive  » de leurs processus d’apprentissage.

L’évaluation furtive emprunte des techniques aux jeux de rôle en ligne tels que World of Warcraft, dans lesquels le système recueille continuellement des données sur les actions des joueurs, faisant des inférences sur leurs objectifs et stratégies afin de présenter de nouveaux défis appropriés. Cette idée d’intégrer l’évaluation dans un environnement d’apprentissage simulé est maintenant étendue aux écoles, dans des domaines comme les sciences et l’histoire, ainsi qu’à l’éducation des adultes.

On prétend que l’évaluation furtive peut mettre à l’épreuve des aspects difficiles à mesurer de l’apprentissage comme la persévérance, la créativité et la pensée stratégique. Il peut également recueillir des informations sur l’état et les processus d’apprentissage des élèves sans leur demander de s’arrêter et de passer un examen. En principe, les techniques d’évaluation furtive pourraient fournir aux enseignants des données continues sur la progression de chaque apprenant.

L’école est le premier secteur touché avec l’apparition de nouvelles méthodes qui vont révolutionner notre façon d’apprendre !

Parmi ces méthodes innovantes, laquelle pourrait  évoluer le niveau des apprenants ?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer