CoronavirusHumour

15 tâches supplémentaires frustrantes des enseignants pendant Covid-19

Dire que la vie d’un enseignant est chargée est redondant à tous les niveaux. Nous sommes un groupe de personnes épuisées en permanence qui ne semblent jamais rattraper quoi que ce soit : le sommeil, les plans de cours, les notes… vous vous souvenez ? Eh bien, 2020 est arrivé et a rendu nos vies encore plus difficiles. Juste au cas où vous auriez des amis qui pourraient ne pas se rendre compte ce à quoi vous aurez affaire dans les mois qui viennent, voici une liste brève de ce qui a atterri dans nos bannettes, déjà bondées cette année.

1. Apprendre à parler avec un masque

Le port du masque dans les écoles est là, et il ne va probablement pas s’arrêter de si tôt. Alors que nous nous sommes tous habitués à mettre un masque pendant que nous allions à l’épicerie pendant 30 ou 40 minutes, nous avons rapidement compris qu’exercer sa pratique d’enseignant en étant masqué est un tout autre défi à relever. Pour commencer, parler à travers notre masque pour que tout le monde puisse nous entendre et nous comprendre est une vraie corvée. Nos poumons n’ont jamais été aussi bien entraînés. Ensuite, il y a la question de la respiration. Nous, professeurs, sommes de grands fans de la respiration, mais respirer avec un masque sur le nez pendant 8 heures d’affilée est au mieux irritant, et au pire vertigineux.

2. Devenir la police des masques

Comme si porter un masque toute la journée n’était pas assez compliqué, nous sommes également devenus la gestapo du masque dans nos couloirs et nos salles de classe. Nous insistons constamment auprès des étudiants sur l’importance de le garder, pendant que nos lunettes s’embuent et que nous sommes sur le point de tomber dans les pommes. Pour les enseignants qui luttent constamment pour convaincre leurs élèves de ranger leur téléphone et de respecter le code vestimentaire, ce n’est qu’une autre bataille que nous devrons mener quotidiennement.

3. Une liste de classe en constante évolution

L’un des secrets de la réussite de l’enseignement est la continuité. Les enfants ont soif de routine parce que cela les met à l’aise. Et bien tant pis pour cette année ! Les parents ne cessent de changer d’avis quant à savoir s’il faut envoyer ou non leurs enfants à l’école, de sorte que notre classe compte 18 enfants un jour, puis 12 le lendemain, et peut-être 21 le surlendemain. Les enseignants de tout le pays en arrivent à mettre le feu à leurs plans de salle soigneusement conçus depuis des semaines.

4. Fournir d’une manière ou d’une autre des instructions en personne… mais virtuellement

Garder les élèves engagés et impliqués est une affaire délicate, mais nous avons quelques astuces dans nos manches. Malheureusement, beaucoup de ces astuces fonctionnent beaucoup mieux lorsque les élèves sont dans la même pièce que nous. Transférer un plan de cours brillant en face-à-face en ligne ne se passe pas toujours aussi bien et implique généralement beaucoup d’ajustements supplémentaires.

5. Enseigner virtuellement et en personne en même temps

De toutes les choses insensées que nous pouvons demander de faire à un enseignant, c’est bien celle-ci qui arrive en tête. Enseigner à un groupe d’élèves en face à face tout en organisant une réunion Zoom pour les élèves à domicile, en nous assurant qu’ils reçoivent tous le même niveau d’enseignement. Le simple fait de comprendre la mécanique de ce dispositif prend un certain temps, et cela prend encore plus de temps pour faire correctement les choses. La plupart d’entre nous ne sont pas encore parvenus à cette deuxième partie.

6. Nettoyer toutes les choses

Oui, les enseignants connaissent bien l’art de nettoyer leurs salles de classe, mais maintenant ? La désinfection est devenue la priorité numéro 1 toute la journée. Si différentes classes d’élèves passent dans notre salle tout au long de la journée, nous devrons probablement vaporiser, essuyer et désinfecter toutes les surfaces que ces élèves ont touchées avant l’arrivée du nouveau groupe. 

7. Devenir un assistant technique du jour au lendemain

Alors que certains enseignants maîtrisent très bien la technologie, d’autres ont tendance à être à la traîne. Peu importe ce que nous pensons de la technologie, nous n’aurons pas le choix cette année. Tout à coup, nous avons tous dû nous familiariser avec tout un tas d’applications et de programmes d’apprentissage en ligne, que nous le voulions ou non. Et même si nous continuons à nous dire que c’est l’avenir de l’éducation, nous ne nous attendions pas à ce que l’avenir arrive si tôt.

8. Devenir le génie informatique personnel de chaque élève

Oui, non seulement nous devons nous familiariser avec toutes ces merveilleuses nouvelles technologies, mais nous devons également devenir suffisamment experts pour résoudre les problèmes de nos élèves. Un temps de classe incalculable a été perdu cette année alors qu’un enseignant essayait désespérément de comprendre pourquoi l’écran de l’ordinateur de Johnny ne fonctionnait pas comme il l’aurait dû. Et non, nous ne sommes pas payés davantage pour devenir des professionnels de l’informatique du jour au lendemain.

9. Faire les choses en groupe… mais séparément

Les enseignants adorent faire travailler les élèves en groupe. Pour nous, c’est un excellent moyen d’acquérir des compétences de résolution de problèmes et de travail d’équipe. Puis est arrivé la Covid-19. Désormais, nous sommes chargés de trouver un autre moyen de permettre aux élèves de travailler ensemble sans être réellement ensemble. Et si nous enseignons en classe en ligne, ce problème se multiplie.

10. Offrir une expérience pratique, sans utiliser nos mains

La meilleure façon d’acquérir une compétence est de l’expérimenter et de jouer avec par nous-même. Les expériences, projets et autres missions créatives font partie des leçons les plus enrichissantes et les plus réussies que nous enseignions. Et pourtant, cette année, nous dirons spécifiquement à tout le monde de ne pas toucher leurs camarades. C’est encore un autre obstacle auquel les enseignants devront trouver une solution de contournement. 

11. Surveiller les élèves qui ne sont pas assis devant vous

Garder les élèves concentrés et sur la bonne voie est une bataille sans fin pour les enseignants. Dans la classe, nous nous promenons constamment dans les allées pour surveiller nos élèves et pour nous assurer que tout le monde est sur la même longueur d’ondes. Mais si notre classe fait un zoom avant depuis leur chambre, cela devient soudainement beaucoup plus difficile. Et s’ils étaient sur leur téléphone ? Et s’ils surfaient sur le Web ? Et si leurs parents étaient cachés derrière eux et leur donnaient les réponses ? Alors, si quelqu’un sait comment gérer ce problème, dites-nous tout !

12. Essayer d’éviter les germes de tout le monde à une échelle mondiale

Être malade le premier mois de l’année scolaire est l’une des « joies » de l’enseignement. Cela arrive à beaucoup d’entre nous, puisque les étudiants s’entassent dans notre classe, qu’ils toussent, qu’ils éternuent, et qu’ils expulsent leurs germes dans tous les sens. Dans le passé, cela faisait simplement partie du travail, mais cette année, c’est devenu tout autre chose. Maintenant, nous devons nous inquiéter des étudiants qui apportent avec eux une maladie dont nous pourrions ne pas nous remettre. Enseigner est déjà assez difficile sans avoir à esquiver les germes comme un ninja toute la journée.

13. Planification d’être votre propre enseignant suppléant

Comme de nombreuses administrations nous l’ont déjà dit, l’une des « joies » de l’utilisation du zoom est la possibilité de continuer à rencontrer notre classe, même si nous sommes malade et couché dans notre lit. Aussi difficile que cela puisse paraître, on a dit à beaucoup d’entre nous de se préparer à devenir nos propres substituts au cas où nous serions renvoyés chez nous pour quelques semaines (ou plus). Cela signifie proposer un ensemble supplémentaire de cours qui pourraient être réalisés pendant que nous crachons nos poumons dans le « confort » de notre propre maison.

14. Se préparer à tous les scénarios de catastrophe imaginables 

 

Au fur et à mesure que nous approchions du début de cette année scolaire, il est devenu assez évident que personne n’avait la moindre idée de ce qui allait se passer. Et à cause de cela, nous avons tous dû passer beaucoup de temps à nous inquiéter et à planifier tout ce qui pouvait potentiellement arriver. Nous avons tous dû nous asseoir et planifier des situations comme : et si un élève présentait des symptômes du Covid en milieu de classe ? Et si les élèves refusaient de porter leurs masques ? Et si notre test était positif ? Et si une classe entière était testée positive ? Ce sont des questions auxquelles nous devrons tous répondre par nous-mêmes parce que personne n’y répondra à notre place.

15. Être un rocher émotionnel pour vos élèves pendant la période la plus mouvementée de leur vie

Il est facile d’oublier parfois que nos élèves sont… des enfants. Ils n’ont jamais vécu quoi que ce soit de tel auparavant (d’accord, nous non plus), alors vous pouvez imaginer qu’ils ont peur, sont inquiets… tout comme nous. Heureusement pour eux, ils comptent sur nous pour avoir quelqu’un sur qui s’appuyer et à qui parler. Les enseignants n’ont cependant pas cette chance. Nous devons être là pour éviter que nos étudiants ne s’inquiètent, tout en nous empêchant de tomber dans la même psychose. 

C’est un exercice d’équilibre délicat qui peut aller jusqu’à nous laisser en morceaux.

(Source)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page