Méthodes pédagogiquesPédagogie par projet

3 Exemples en pédagogie par projet

Il est tout aussi possible d’intégrer la pédagogie par projets au primaire, au collège et  secondaire. En effet, les enseignantes peuvent proposer à leurs élèves de s’engager dans une démarche de projet individuelle, en petites équipes ou collective.

Une démarche qui pourrait s’inscrire dans une seule discipline, par exemple dans le cadre du cours d’univers social, ce qui en faciliterait la mise en œuvre, ou en interdisciplinarité; dans ce cas, plusieurs enseignantes et leurs élèves collaboreraient à la réalisation d’un même projet.

Evidemment, la forme que pourra revêtir la démarche de projet aura un impact sur les apprentissages qui pourront y être réalisés.

Un projet disciplinaire

Un enseignant d’histoire de secondaire présente une courte vidéo portant sur l’évolution du commerce en Amérique du Nord (introduction de l’élément déclencheur). Il questionne les élèves qui sélectionnent un projet (identification et présentation du projet) et planifient leur travail (planification de la collecte de données).

Après avoir cerne les quatre temps forts de l’histoire nationale et fait les lectures ainsi que les recherches sur chacun d’eux (collecte de données), les enseignants décident de créer une maquette et de diviser leur grande planche en quatre quadrants pour illustrer en quoi le commerce a évolué au fil du temps.

Avec, pour toile de fond, le fleuve Saint-Laurent, dénominateur commun des quatre périodes, les garçons représentent d’abord, avec différents matériaux, une scène de troc entre deux Amérindiens du XVIe siècle, dans la région des Grands Lacs. Puis, sur une autre portion de leur œuvre, ils détaillent le fonctionnement du commerce triangulaire à la fin du Régime français.

Dans un troisième temps, ils s’appliquent à montrer les résultats concrets du traite de réciprocité canado-américain de 1854 et la libéralisation du commerce sous-jacente.

Ils concluent le tout en illustrant le dynamisme actuel des échanges, produit de l’actuelle entente de l’ALENA avec les partenaires états uniens et mexicains (traitement des données). La maquette, une fois terminée, sert de prétexte idéal a une présentation orale devant les autres élèves de la classe (communication des résultats).

Au terme de cette démarche, les dyades évaluent leur travail et formulent de nouvelles questions en lien avec le projet réalise (évaluation, bilan et suite).

Un projet entrepreneurial

A la suite des commentaires négatifs des élèves sur les activités offertes à l’heure du midi, une enseignante de première secondaire en mathématique souhaite les impliquer dans la recherche de solutions à cette problématique de leur milieu (introduction de l’élément déclencheur). Dans un premier temps, l’idée d’élaborer un sondage pour définir les préférences des élèves de l’école est retenue (identification du projet).

L’enseignante saisit cette occasion pour développer différentes compétences chez les élèves. En concevant le questionnaire en ligne nécessaire à la réalisation de leur sondage (collecte de données), les élèves développent leur compétence à communiquer à l’aide du langage mathématique; alors que lors du dépouillement et de l’analyse des résultats du sondage, ils exploitent les technologies de l’information et de la communication, déploient un raisonnement mathématique et s’approprient différents savoirs, dont les méthodes d’échantillonnage et la représentation graphique.

Enfin, avec l’aide de leur enseignante de français, qui profite de ce besoin réel de communication pour développer la compétence à écrire des textes varies, les élèves rédigent une lettre destinée au directeur d’établissement et au responsable du conseil des étudiants.

Ils accompagnent leur lettre de la compilation des résultats et de leurs recommandations pour l’organisation de nouvelles activités-midi dans leur école (traitement des données et présentation des résultats).

Après avoir reçu une rétroaction du directeur de l’établissement et du conseil des étudiants, les élèves évaluent la démarche réalisée, poursuivent leur projet entrepreneurial et mettent progressivement en place, a l’heure du midi, les activités les plus populaires dans leur école (évaluation, bilan et suite).

Un projet interdisciplinaire

Dans le cadre d’un programme arts-études au secondaire, des enseignantes présentent aux élèves une vidéo portant sur une thématique porteuse et actuelle comme la cyberintimidation (introduction de l’élément déclencheur).

Les enseignantes invitent les élèves à créer une pièce de théâtre sur le sujet. Les élèves planifient avec leur enseignante de français les grandes lignes de la pièce de théâtre (planification du projet). Regroupes en petites équipes, les élèves lisent sur le sujet de la cyberintimidation (collecte des données), partagent leurs trouvailles et rédigent les différentes scènes qui la composent.

Dans leur cours d’arts plastiques, les élèves préparent les décors, alors qu’en art dramatique ils créent et mettent en action les personnages. En musique, ils composent la musique pour créer l’ambiance accompagnant les différentes scènes de la pièce (traitement des données).

Le projet se développe au fil des cours, mais avance également lors des périodes de décloisonnement de l’horaire, moment où tous les élèves et enseignantes impliques collaborent et mettent en commun le fruit de leurs efforts. Au terme de la démarche, la pièce de théâtre est présentée aux autres élèves et au personnel de l’école pour les sensibiliser au problème grandissant de la cyberintimidation (communication des résultats).

Une période d’évaluation du processus, du produit fini et du travail en équipe complète la démarche interdisciplinaire de projet (évaluation et bilan).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer