Conseil de carrièreCoronavirusCulture scolaire

4 Choses qu’on a dû arrêter pour cette année scolaire !

Nous essayons de garder les choses aussi normales et habituelles que possible pour nos élèves. Mais pourquoi ? Il n’y a rien de normal dans cette année scolaire. Pour le moment, il est mieux d’arrêter d’attendre des choses normales de la part des enfants et des enseignants et de commencer à nous demander pourquoi nous pensions qu’une attitude “normale” était si bonne. Bien sûr, la routine et la structure de l’école nous apporte beaucoup de confort, mais nous sommes tellement habitués aux choses que bien souvent, nous arrêtons de nous demander pourquoi nous les faisons. Ce qui fonctionnait chaque année et qui ne fonctionne pas cette année demande peut-être à être réévalué et changé. Tester les enfants parce que c’est ce que nous faisons toujours, et évaluer les enseignants parce que c’est ce que nous faisons toujours, n’a pas de sens. S’il n’y a jamais eu de moment « opportun » pour remettre en question ce que nous avons toujours fait et arrêter d’attendre du « normal » de la part des enfants et des enseignants, c’est bien cette année.

Il n’y a rien de normal cette année

Nos élèves nous surveillent de près. Lorsque nous imposons un déroulé « normale » à une année scolaire sans précédent, qui a été moins que normale, quel message cela envoie-t-il ? Je ne peux plus supporter les gens qui disent : « Nous pouvons faire des choses, même si elles sont difficiles » ou encore « nous avons tout ce qu’il faut ! » L’idée que notre valeur et celle de nos enfants soit déterminée par notre taux de productivité doit disparaître. Il est très difficile de cocher toutes les cases lorsque vous êtes anxieux, inquiet et que la seule certitude est l’incertitude. Les enseignants ont l’impression de ne pas en faire assez, mais ils ne savent pas quoi faire d’autre. Les enfants sont isolés et chez eux et toute leur expérience scolaire a été bouleversée sans objectif défini en fin d’année.

Donc, s’il y avait un moment pour arrêter de s’attendre à ce que tout le monde passe en classe supérieure, et de faire comme on avait toujours été fait, c’était bien celui-ci. Voici ce que nous devons arrêter pour cette année scolaire.

1. Nous devons arrêter les examens

Oui, on comprend. Les enfants sont en retard sur le programme. Ils ont un apprentissage inachevé et obsolète. Devrions-nous ignorer cet état de fait ? Non ! bien sûr que non. Il reste beaucoup de choses que nous pouvons faire pour aider nos élèves, et les tester ne comblera pas les lacunes d’apprentissage. D’un autre côté, nous ne pouvons pas non plus leur faire passer des examens de la façon dont nous l’avons toujours fait. Cette année, nous ne pouvons pas non plus garantir que tous nos élèves auront le même accès à l’école. Ce n’est pas parce que nous fournissons des ordinateurs portables aux enfants qu’ils ont le Wi-Fi pour les utiliser. Tester les élèves qui manquent l’école parce qu’ils sont expulsés du cours Zoom est injuste. Demander aux enseignants de donner des tests à faire à distance, lorsqu’ils n’ont aucun contrôle sur l’environnement du test, est également injuste.

Quel genre de message cela envoie-t-il à nos enfants lorsque nous accordons la priorité aux tests d’état standardisés, lorsque les besoins de base de nombreux élèves ne sont pas satisfaits ? Maslow avant Bloom. Personne ne peut apprendre, et encore moins bien tester, quand il a faim, quand il est anxieux, sans surveillance ou très stressé et traumatisé. 

2. Nous devons arrêter de donner des devoirs

En ce moment, il n’y a pas plus flou et désordonné que les frontières entre l’école et la maison. Un parent d’élève racontait ses problèmes avec ses deux enfants : son fils aîné qui utilise les parois de leur baignoire comme tableau blanc pour faire ses multiplications parce que son frère a utilisé le seul tableau blanc qu’ils avaient dans la maison. La salle de bain de son fils est donc devenue sa salle de classe. Ou alors, il est assis devant un ordinateur, seul dans sa chambre toute la journée, sur les cours de Zoom. Et quand « l’école est finie », il doit quitter un écran, pour commencer ses « devoirs » dans Google Classroom

Pour les étudiants qui apprennent en ligne, tout travail est un devoir. Et devinez quoi ? Lorsque la « journée d’école » se termine, cela ne signifie pas que la « journée de travail » se termine. La dernière chose que quelqu’un a envie de faire après le dîner, c’est une feuille de calcul parce qu’il n’a pas d’imprimante ou un autre devoir en six étapes dans Seesaw. Les enseignants n’ont pas non plus besoin de passer des heures à noter. “Moins c’est mieux”, et les devoirs n’ont aucun sens cette année.

3. Nous devons arrêter d’adopter un nouveau programme d’études

Les gens qui n’ont jamais enseigné ou travaillé dans une école sont toujours choqués quand je leur dis qu’il est très courant que les enseignants reçoivent un tout nouveau programme, quelques semaines ou même quelques jours avant le début de l’année scolaire chaque année. J’ai pensé, et j’espérais que cette année serait différente, et pourtant… nous y voilà. Il est demandé à tous les d’enseignants d’enseigner de tout nouveaux programmes d’études en ligne et en personne en même temps. Non, juste non.

Apprendre à enseigner sur Zoom ? D’accord. Nous avons dû le faire parce que nos enfants devaient apprendre à distance. Enseigner notre sujet d’une manière que nous n’avions jamais utilisée lors d’une pandémie mondiale sans précédent ? Pourquoi nous infligerions-nous cela à nous-mêmes ? Ah oui… Nous ne l’avons pas fait. Non, en fait, c’est quelqu’un d’autre, qui n’a pas à enseigner le nouveau programme, qui a pris cette décision sans notre accord ! Mais moi, je ne veux rien essayer de nouveau pour le moment. Tout ce que je veux, c’est m’accrocher à ce que je sais et à ce que j’aime. S’il y a jamais eu un moment pour s’en tenir à vos devoirs, activités et leçons éprouvés en classe, c’est bien celui-ci. 

4. Nous devons repenser la notation

Ce domaine est délicat. Les enfants ont besoin de commentaires sur le travail qu’ils font et les notes sont un moyen de leur donner des appréciations… Mais ce n’est pas le seul ! Les commentaires sont similaires aux tests car il y a plusieurs facteurs qui sont hors de contrôle. Par exemple, si nous donnons à nos élèves un test de mathématiques. Certains d’entre eux le feront à la maison et d’autres le feront en classe. Comment saurons-nous que nos enfants à la maison ne recevront pas d’aide des adultes ? Surtout s’il s’agit d’un test à choix multiples ou s’ils ne montrent pas leur travail. Et si nous demandons aux enfants de ne pas utiliser de calculatrice, comment saurons-nous si tous les enfants suivront cette directive ? Comment pouvons-nous évaluer équitablement ce test ?

Pensons également aux enseignants et à la façon dont la charge de travail a doublé, parce que les systèmes et les outils ont changé… tout prend plus de temps qu’auparavant. On peut plaider en faveur d’évaluations plus formatives et utiliser des outils comme Google Forms et des programmes de technologie adaptative. Mais, à la seule condition que nos élèves puissent tous accéder à ces outils. Il n’y a rien de normal dans cette année scolaire… et essayer d’enseigner et d’apprendre de la même manière que nous l’avons toujours fait parce que c’est comme ça, il faut arrêter. Ceci est un appel à l’éducation. Nous devons examiner attentivement les tests, les notes, les évaluations et considérer que si cette année doit nous apprendre quelque chose, c’est que nous avons beaucoup à apprendre.

LIRE AUSSI :

Cet article est traduit de l’anglais et adapté par notre équipe BienEnseigner. 

Un commentaire

  1. Bonjour,
    merci pour avoir ouvert ce sujet delicat et problematique mais la situation est inevitable et l’enseignement a distance n’est qu’une etape transitoire pour l’autoeducation et l’autoenseignement.Mais cela ne veut pas dire que le systeme d’evaluation et mise a niveau et le following up doivent aussi disparaitre au contraire ils doivent etre approche dans une autre perspective qui engage tout personne qui est en relation directe avec l’education de l’enfant depuis la maternelle jusqu’au secondaire.ce qui est vrai c’est qu il y a des caracteres et pattern chez l’enfant qu il faut inciter c’est l’autonomie et le sens de l’initiative mais il faut aussi l’encourager a demander de l’aide et s’ouvrir a l’autre parce que dans la situation que nous vivons tous on tand a nous enferme sans vraiment s’en rendre conscient.Donc la bienveillance et la remise en conscience part de paire afin de fin integrer a la situation et adapter aux changement.Il faut travailler en communaute avec a la fois preserver la specifite de la situation de chacun donc l’approche educative doit concretise un systeme qui allie le systeme traditionel avec un systeme evolutif qui encourage la transition irremediable de ce qu’etait l’education et cw que l’education est et sera.
    Les parents sont engages a jouer un role decisif et primordiales dans la maintenance de leur relation continue dans l’education de leur enfant surtout depuis la maternelle jusqu’a la phase adolescence personne ne le fera a leur place donc ils doivent avoir un systeme de support qui doit les aider.les inciter a remplir ce role.En considerant que le systeme de travail va de paire et doit aussi s’adapter en fixant les priorite de chacun .Ce qui se passe en ce moment doit etre une phase de reflexion pour nous preparer a la revolution de nos habitudes qui changeront manifestement dans un temps serre .C’est un challenge dont il faut etre tres conscient .Le cheminement doit suivre les grands titres que la societes avec les communautes et associations et ONG et l’Etat devront s’unir avec les medias qui devront etre utile et non rester faire que de la politique bidule et marketing vide d’interet .Tous les corps utiles doivent travailler solidairement afin de passer la phase transitoire avec le moins de chaos possible.Sinon ce sera la chute sociale,la chute encore plus des valeurs la chute du niveau de vie la chute tout simple. Le chaos totale.C’est pour cela qu il y a le Covid c est pour cela qu ils nous disent de rester a la maison.Parce que la transition est inevitable.Parce que seulement un virus fera un peu peur .Ils ont besoin de cette peur dans la masse humaine pour organiser les interets du monde.Je ne revens pas a la theorie de conspiration ce n’est pas la notre sujet mais faudra etre conscient que nous ne reviendron jamais en arriere est qu’un nouveau monde commence a apparaitre a l’horizon.Lisez Nietzsche il vous eclairera sur la reflexion sur justement ce sujet.Il est temps a la lecture et a s’ouvrir au savoir et au monde plus que jamais.On ne controle rien ni le changement ni son evolution mais ce que l’on controle c’est notre conscience du changement .Soit le changement comme disait Ghandi et essaie de chercher de l’aide dans les ressources que tu as et que tu peux creer.Personne ne peut t’aider.Meme pas le systeme qui faillit.Personne.Tu es tout seul avec cette source d’information sous la main Fait quelquechose avec et sauve toi non pas en s’enfermant a la maison mais ouvre toi au monde et accroche toi aux valeurs humaines parce qu’enfin de compte si on perd cela on aura plus rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page