Gestion de classeIdées et stratégies

Comment se faire respecter par ses élèves ?

C’est la rentrée ! Les premiers gestes de l’enseignant sont scrutés par les élèves. Certains enseignants parviennent mieux que d’autres à se faire respecter par leur classe. Les premières décisions vont en partie conditionner la suite de la relation enseignant/apprenant. Ainsi, il est essentiel dès le premier jour de mettre en place une discipline en classe et de faire passer un message fort aux élèves. Voici quelques conseils pour établir la discipline dans votre classe:

1. Faire un Plan de Placement

Placer ses élèves, c’est organiser les relations dans la classe ; ce n’est en aucun cas une perte de temps puisque c’est cela qui vous permettra de prévenir certains conflits et de créer par la suite une ambiance de travail calme et stimulante.

Faire un plan de classe peut passer pour un geste punitif totalement arbitraire aux yeux de vos élèves. Pourtant, si vous le faites dès les premiers cours, on ne pourra pas vous accuser de placer vos élèves en fonction des affinités qu’ils ont développées durant les premiers jours de classe.

Une feuille, un joli dessin de la disposition des tables de chacune de vos classes, un tube de colle – pour les plus zélés, la photo de chaque élève, et en route pour l’atelier créatif ! Ce plan, s’il vous donne l’impression de vous prendre un peu de temps, vous en fera pourtant gagner considérablement en vous permettant de mémoriser plus facilement les noms de vos chers pupilles !

Ces quelques astuces pourront vous aider à placer vos élèves.

• Ne mettez jamais un élément perturbateur au fond : il en profiterait pour faire tout autre chose.

• Tâchez d’entourer les éléments perturbateurs d’élèves sérieux, calmes.

• Ceux qui participent activement en cours ne doivent pas nécessairement être mis au premier rang, bien au contraire : jouez sur le mimétisme naturel de certains élèves en les plaçant au milieu d’une zone de votre salle particulièrement calme, voire endormie.

Théoriquement, et dans le meilleur des cas, ceux qui lèvent constamment le doigt pour prendre la parole devraient donner des idées à ceux qui roupillent gentiment… Au pire, la gymnastique qu’ils mettent en place pour être les premiers à répondre tiendra les plus passifs en éveil…

2. Parlez-leur de la  charte de la classe

Pour ne pas vous casser la tête à faire un plan de placement, qui ne sera pas du tout respecté, ni à déplacer les éléments perturbateurs au fil de vos cours, l’enseignant explique aux élèves ce qu’ils vont faire : ils vont définir ensemble les règles de la classe. Ils discutent des règles de la classe. Qu’a-t-on le droit de faire dans la classe et que n’a-t-on pas le droit de faire ? Et aussi, pourquoi certaines choses sont-elles interdites ?

De plus, tout le monde ne peut pas faire ce qu’il veut quand il veut car les salles de classes seraient alors des lieux de discorde et des endroits où règne l’absence de valeurs. Présentez l’affiche des règles qui seront regroupées selon le droit qu’elles garantissent (les élèves disposent du modèle réduit de l’affiche). Expliquez que les règles ont été regroupées et que c’est à eux de retrouver pourquoi.

3. Se déplacer en classe

gestion de classe

Le professeur est l’animateur et doit s’asseoir à différents endroits à chaque fois. Il doit voir en permanence l’ensemble des élèves de la classe, quelle que soit la disposition des tables et des élèves. Sa position dans l’espace n’est donc jamais le fruit du hasard ou de l’habitude… si certaines situations privilégient sa présence au tableau, il gagnera, en fonction des besoins, à occuper l’ensemble de l’espace de sa classe afin de ne pas figer une partition de l’espace, toujours symbolique : le bureau pour le professeur et la salle pour les élèves. Il ne s’agit pas, pour le professeur, de descendre « dans l’arène » quand il y est obligé (conflit entre élèves), mais bien de se positionner régulièrement dans la classe à l’endroit le plus adéquat, en fonction de l’activité et de la gestion du groupe. Il veillera donc à diversifier sa position pour voir ce qui se passe dans la classe, pour maintenir l’attention des élèves et pour pouvoir être auprès de tous, sans privilégier un espace ou un groupe d’élèves. Ce faisant, le professeur reste attentif aux attitudes de chacun afin de s’assurer qu’il ne sera pas la cible de provocations ou de plaisanteries déplacées.

4. Donner des consignes claires

Avant de mettre les élèves à la tâche, assurez-vous que vos consignes soient claires. Écrivez-les au tableau (numérotez-les, c’est encore mieux). Affichez les référentiels qu’ils peuvent utiliser pour avoir plus d’informations à l’écran, ou à l’aide d’un aimant sur le tableau. Ils pourront les retrouver plus facilement dans leur cartable. Si vous avez oublié de donner une consigne et que vous voulez interrompre leur temps de travail, assurez-vous d’avoir le silence et l’attention de tous avant de parler. Sinon, vos propos risquent de n’être compris que par quelques élèves.

Au lieu d’élever la voix ou d’éteindre les lumières lorsque je veux leur attention une fois qu’ils travaillent en équipe, j’utilise ma phrase du silence : si tu m’entends, lève la main. Je la répète deux ou trois fois et, habituellement, j’ai l’attention de tous. Je dois par contre parfois ajouter la phrase suivante : si tu as la main levée, garde la bouche fermée.

5. Eviter d’être ‘’copain – copain ‘’

C’est une erreur courante que font les nouveaux enseignants. Vous n’êtes pas là pour être amis avec vos élèves, vous êtes là pour être leur professeur. On ne peut pas parler d’amitié car la différence d’âge, d’expérience et de savoir font que nous appartenons à deux mondes différents.

Les élèves sont amusants et intéressants et voudront s’engager, mais pour leur donner le meilleur d’eux-mêmes, vous devez aussi établir que vous êtes l’autorité, en précisant les limites et les règles. Cela signifie simplement que le premier jour, l’amitié n’est pas votre priorité ; essayez d’établir une relation de classe ferme et saine. Une fois que vous y serez parvenu, vous aurez tout le temps pour devenir le plus cool des professeurs.

6. Au travail !

C’est très simple : dès le premier jour, il faut prendre le temps de commencer à travailler. Cela permet non seulement de commencer les cours, mais aussi de montrer que vous n’allez pas traîner et que le travail est la principale préoccupation de chaque session. Vous pourriez être tenté de passer la première classe à jouer à des jeux brise-glace ou simplement à parler du programme d’études, ou même à apprendre à vous connaître, mais c’est une perte de temps. Vous avez tout le trimestre ou toute l’année pour apprendre à vous connaître, mais vous avez aussi beaucoup de travail à faire et un groupe d’étudiants qui a besoin de voir que vous le prenez au sérieux. Ne perdez pas de temps, même le premier jour.

7. Montrez que vous maîtrisez bien votre métier !

classe

Il paraît que pour bien enseigner, il suffirait de bien maîtriser son sujet et d’avoir des savoirs disciplinaires à transmettre. Le reste serait inné, sans doute. Une bonne maîtrise des savoirs enseignés est une condition nécessaire à l’enseignement. C’est-à-dire que le professeur doit avoir une connaissance approfondie et élargie de sa ou de ses disciplines, ainsi que la maîtrise des questions inscrites au programme.

Certains enseignants montrent leur autorité en criant tout le temps, en étant trop stricts, ou en punissant. Ce sont de mauvaises façons d’établir l’autorité. La meilleure façon d’y arriver, c’est d’être un bon professeur.

8. Soyez bien préparé, et bien organisé

choses privées des profs

Le bon enseignant se prépare à l’avance lorsqu’il doit prendre une classe en charge. Au moment de la planification, il doit tenir compte de son objectif, à savoir les connaissances qu’il cherche à transmettre. Lorsqu’un élève entre dans la classe, il doit savoir ce qu’il fera durant la période grâce au menu du jour. On peut aussi afficher des activités relais ou des énigmes qu’ils peuvent compléter, dans un cahier à cet effet, ou sur des cartes. Choisissez ce qui vous convient le mieux. Une chose est certaine : cette pratique permet de commencer le cours par lui-même, sans transition, et sans que vous ayez eu à demander à vos élèves de se taire. Pour renforcer cette routine de début de cours, utilisez un système de récompense. Les élèves s’y habitueront très vite pendant les toutes premières semaines scolaires.

Bouton retour en haut de la page