Conseil de carrièreCoronavirus

Cette année, les enseignants ont peur d’aller travailler tous les jours

Les enseignants ont peur d’aller travailler tous les jours. Être enseignant est vraiment difficile en ce moment — en fait, ça craint carrément. Bien sûr, ils redoutent d’aller travailler.

Enseigner n’a jamais été une tâche facile. Les responsabilités sont énormes. Une patience infinie est requise. La charge de travail est souvent accablante et empiète sur nos vies en dehors de l’école. Cependant, il y a généralement tellement de petites choses qui en valent la peine. Cependant, elles sont beaucoup plus difficiles à trouver cette année.

Si vous enseignez depuis longtemps, vous savez ce que c’est que d’être stressé, épuisé et surchargé en tant qu’enseignant. C’est certain que vous avez eu des années d’école difficiles pendant lesquelles vous vous sentez frustré, peu apprécié et sans soutien. Mais il y a toujours ces petits moments de joie et de légèreté qui nous font avancer. Bien sûr, nous avons eu une rêverie récurrente de s’enfuir sur une île tropicale où les enfants ne sont pas autorisés, mais nous n’avons jamais vraiment pensé sérieusement à quitter notre travail. Maintenant, c’est presque tout ce à quoi nous pensons. 

Certains enseignants pleurent le matin alors qu’ils se préparent pour la journée et ils sont certains que les enfants seraient mieux sans eux. Quel impact positif peuvent-ils avoir lorsqu’ils sont si malheureux ? Ils n’ont plus confiance en leurs capacités d’enseignant. Il est plus difficile chaque jour de trouver de la joie dans leur métier, ce qui leur fait redouter d’aller travailler.

Mais l’enseignement de la pandémie a supprimé la plupart des moments de connexion sans effort, de positivité et de légèreté qui font que toutes les choses difficiles en valent la peine. Maintenant, nous avons juste les choses difficiles. Et c’est plus dur et plus lourd que ce que nous aurions pu imaginer. 

Même si nous comprenons et sommes d’accord avec les mesures mises en place pour assurer la sécurité et la santé de chacun, l’enseignement derrière des écrans et des masques n’est tout simplement pas la même chose. Il faut tellement plus d’énergie et d’efforts pour s’engager avec les étudiants maintenant. Si c’était la seule chose qui nous était confiée, nous ferions probablement volontiers tout ce qu’il faut sans manquer un battement. 

Malheureusement, dans une situation où la connexion avec les étudiants est plus difficile, mais encore plus importante que d’habitude, nous avons peu de temps ou d’énergie pour nous concentrer sur l’établissement de ces relations. Au lieu de cela, nous avons été jetés dans des eaux de navigation que nous n’avions auparavant connues que sous le nom de brèves mentions dans les revues éducatives : modèles hybrides, enseignement asynchrone, apprentissage à distance, enseignement à distance. Il y a tellement de nouvelles technologies à apprendre — des programmes et des applications dont nous n’avions jamais entendu parler auparavant. Nous réécrivons sans cesse les plans de cours tout en essayant de fournir à nos élèves la meilleure éducation possible. Il y a tellement de courriels et d’appels de parents auxquels répondre. Et pas assez de lingettes Lysol dans le monde pour apaiser nos esprits.

Les enseignants ont peur d’aller travailler parce qu’ils ne savent pas s’ils peuvent gérer le chaos ou la crise qui les attend. Un collègue à l’hôpital est-il atteint de COVID ? Allons-nous devoir donner des cours supplémentaires parce qu’il n’y a pas de remplaçant ? Est-ce que nous nous sentons fiévreux ou simplement épuisés ? L’un des parents de mes élèves a-t-il perdu son emploi – ou sa vie ? Le Wi-Fi va-t-il tenir ? Notre administration va-t-elle venir sur place pour une observation inopinée alors que je m’efforce de maintenir l’intérêt de mes élèves en ligne et en personne en même temps ? Allons-nous passer la journée sans pleurer ?

Nous faisons de notre mieux. Chaque enseignant fait de son mieux. La plupart d’entre nous fait de son mieux pour espérer que cette période difficile passera et que nous pourrons retrouver la joie dans notre profession. En attendant, nous devons être honnêtes avec nous-mêmes, car l’enrobage de sucre ne fait que nous blesser davantage. Enseigner en 2020-2021 n’est pas ce à quoi nous nous sommes engagés et cela ne devrait surprendre personne que nous redoutions d’aller travailler.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page