Conseil de carrière

Choses qui apportent joie et bonheur aux enseignants

Des moments Kinder

Dans ce métier il y a de l’amour et du partage, tout ce qui rend la vie belle et colorée quoi !

Avec leur innocence, les enfants laissent parfois des petites perles, des mots adorables, des copies qui feront l’objet de conversation et de rires entre amis le samedi soir.

Biensur on rigole mais on se moque pas !

Sans oublier tous ces dessins qui finissent dans un tiroir ou à la poubelle pour les profs en overdose. Et puis quand cet élève de maternelle dit en fin de journée: “ Oh! Non déjà !”

C’est quand même trop mignon !

Liberté

Libéré ! Délivré ! On n’était pas sur mais il y a une part de la Reine des Neiges dans chaque enseignant. Libre de s’organiser, de faire des choix, ils n’ont pas de patron sur le dos et ça c’est jouissif.

Qu’est-ce que tu fais pour les vacances ?

Bon même si on sait qu’ils travaillent durs nos chers profs mais quand même…

Seize semaines de vacances par an !

C’est vraiment à réfléchir comme choix de carrière, sans oublier les week ends et les jours fériés !

Le programme en semaine d’un prof : glander dans son canapé, et ha oui préparer ses cours toujours dans son canapé.

Et le salaire, on en parle ?

On a envie de leur dire : «  Vous les profs à part râler, nous faire chier avec vos grèves, vous bourrer d’antidépresseurs et pomper le fric de nos impôts, vous faites quoi ?

Et bien la vérité tombe… Ils vont au bistrot pour se détendre et attendre leur prime de 350e à 1000e pour leur surcroit de travail durant le confinement.

Il faut préserver nos enseignants

C’est une espèce en voie de disparition. Un prof en juin il finit souvent avec des migraines, des insomnies, plus de voix, un programme pas fini,un mal de dos, un peu trop de chocolat et des habits mal assortis !

Alors pour ça il y a la réduction des tâches qui peut se traduire par des congés sans solde à temps partiel ou une retraite progressive.

Ils ne manquent pas d’humour nos chers maitres et maitresses. Comme nous parfois il y a un décalage entre ce qu’ils pensent et ce qu’ils répondent comme la fois où Maelys demande : « On écrit où nos devoirs ? » La maitresse a pensé « DTC ». Elle s’est retenue.

C’était effectivement préférable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page