Méthodes pédagogiquesTice

La classe inversée : comment faire la classe à l’envers ?

La classe inversée est une approche pédagogique consistant à inverser et à adapter les activités d’apprentissage traditionnellement proposées aux étudiants en utilisant en alternance l’enseignement à distance et la formation en classe pour prendre avantage des forces de chacune.

Dans ce modèle, les contenus de cours sont livrés au moyen de ressources consultables en ligne – le plus souvent des capsules vidéo – et le temps de classe est exclusivement consacré à des projets d’équipe, à des échanges avec l’enseignant et entre pairs, à des exercices pratiques et autres activités de collaboration.

Le slogan de la pédagogie inversée : le cours est destiné à la conversation, pas à la diffusion. L’étudiant y est véritablement actif, puisqu’il doit participer et s’impliquer tant à l’étape de l’appropriation des contenus en ligne que dans celles de l’expérimentation et du partage en classe.

Définition

C’est “une approche pédagogique consistant à inverser et à adapter les activités d’apprentissage traditionnellement proposées aux étudiantes et étudiants, en utilisant en alternance la formation à distance et la formation en classe, pour prendre avantage des forces de chacune.” Telle est la définition de la classe inversée présentée par l’Université de Sherbrooke.

Ce nouveau concept est devenu plus répandu ces dernières décennies, surtout au niveau supérieur. L’idée de consacrer le précieux temps de classe à interagir et travailler ensemble semble plaire au corps enseignant. Ceci dit, l’intérêt du cours présentiel devient la mobilisation des connaissances et l’apprentissage par les pairs.

Historique de la pédagogie inversée

En 2004, Jonathan Bergmann et Aaron Sams sont engagés par la Woodland Park High School au Colorado à titre d’enseignants de chimie. Très vite, ils deviennent amis et une collaboration s’installe entre les deux hommes, qui partagent la même philosophie de l’enseignement. Rapidement, Bergmann et Sams constatent un taux d’absentéisme élevé, ce qui les oblige à prévoir matériel et temps de rattrapage pour bon nombre d’élèves.

Lorsqu’en 2007, des solutions technologiques de production et de partage deviennent plus accessibles, Sams propose à Bergmann de filmer et de mettre en ligne toutes leurs démonstrations et exposés de cours, de manière à les rendre disponibles et accessibles pour les élèves absents. À leur grand étonnement, tous les élèves (même ceux qui étaient présents en classe) vont consulter les capsules en ligne et disent les apprécier. Bergmann et Sams s’aperçoivent alors que les retours en classe sont plus dynamiques, que les élèves partagent davantage leurs impressions et leur compréhension du matériel visionné, que les travaux pratiques et les travaux d’équipe sont plus stimulants, que davantage de temps peut être accordé aux interventions individualisées, etc.

Forts de ces constatations, Bergmann et Sams transforment dès lors leur enseignement de bout en bout. La création de vodcasts devient leur pain quotidien, tandis que le temps de classe devient progressivement un moment stimulant, où élèves et enseignant partagent, débattent, expérimentent et consolident leurs connaissances. C’est donc en voulant résoudre un problème de logistique que Bergmann et Sams ont pu constater qu’une des incidences de ce renversement était une augmentation de la réussite pour la majorité de leurs élèves.

La pédagogie de la classe inversée : principes

L’enseignement inversé est une approche d’apprentissage mixte qui déplace intentionnellement les cours, le contenu et les activités asynchrones dans un environnement d’apprentissage, en ligne et hors classe. Les professeurs peuvent utiliser le temps de cours en face à face pour des méthodes d’apprentissage actives qui augmentent l’engagement des étudiants, approfondissent la compréhension des concepts et améliorent la maîtrise des compétences. Une classe inversée réussie suit les principes suivants :

  • Donner aux élèves l’occasion de faire une première exposition avant le cours ;
  • Inciter les élèves à se préparer pour la classe ;
  • Fournir un mécanisme pour évaluer la compréhension des élèves ;
  • Fournir un lien clair entre les activités en classe et hors classe ; 
  • Fournir des activités de classe inversées clairement définies et bien structurées ;
  • Accorder suffisamment de temps aux étudiants pour mener à bien leurs travaux ;
  • Fournir une animation et des conseils qui soutiennent une communauté d’apprentissage ;
  • Fournir des commentaires rapides et adaptatifs sur le travail de groupe et de projet ;
  • Fournir des technologies familières et faciles d’accès. 

La classe inversée : avantages et inconvénients

L’objectif principal de l’école inversée est d’améliorer l’apprentissage et la réussite des élèves en inversant le modèle traditionnel d’une salle de classe, en concentrant le temps de classe sur la compréhension des élèves plutôt que sur les cours magistraux.

Il existe de nombreux avantages potentiels à ce style d’apprentissage.

Les avantages de la classe inversée

Les élèves ont plus de contrôle

Dans une classe inversée, il est possible pour les élèves d’avoir une contribution et un contrôle accrus sur leur propre apprentissage. En proposant des cours à domicile, les étudiants ont la liberté d’apprendre à leur propre rythme. Les élèves peuvent interrompre ou rembobiner les cours, noter les questions qu’ils peuvent se poser et en discuter avec leurs enseignants et leurs pairs en classe.

Cela permet également aux étudiants qui ont besoin de plus de temps pour comprendre certains concepts de prendre leur temps pour revoir le matériel sans se laisser distancer, et de recevoir une aide immédiate des enseignants et des camarades de classe. En conséquence, cela peut non seulement améliorer le rendement des élèves, mais également améliorer le comportement des élèves en classe.

Il favorise l’apprentissage et la collaboration centrés sur l’étudiant

Les classes inversées permettent d’utiliser le temps de classe pour maîtriser les compétences, grâce à des projets collaboratifs et des discussions. Cela encourage les élèves à enseigner et à apprendre les concepts les uns des autres avec les conseils de leurs enseignants. En permettant aux élèves de participer à leur propre apprentissage, ils peuvent s’approprier les connaissances qu’ils acquièrent, qui à son tour, renforcent la confiance. En outre, les enseignants ont la capacité d’identifier les erreurs de réflexion ou d’application de concepts, et sont plus disponibles pour une interaction individuelle.

Les leçons et le contenu sont plus accessibles

En rendant les conférences vidéo disponibles à tout moment en ligne, les étudiants qui sont contraints de manquer les cours pour cause de maladie, de sport, de vacances ou d’urgences peuvent rattraper leur retard rapidement. Cela donne également aux enseignants plus de flexibilité lorsqu’ils sont eux-mêmes malades et élimine également les tâches de rattrapage.

plus facile pour les parents de voir ce qui se passe

Contrairement aux modèles de classe traditionnels, la méthode de la classe inversée donne aux parents un accès 24h / 24 et 7j / 7 aux conférences vidéo de leurs enfants. Cela permet aux parents d’être mieux préparés lorsqu’ils tentent d’aider leurs enfants et leur donne un aperçu de la qualité de l’enseignement que leurs enfants reçoivent.

Les inconvénients de la classe inversée

Cela peut créer ou aggraver une fracture numérique

L’un des problèmes les plus importants est la nécessité pour les étudiants d’avoir accès à un ordinateur et à Internet pour visionner les cours. Cela est particulièrement difficile pour les étudiants des districts à faible revenu qui ont déjà un accès limité aux ressources.

Il repose sur la préparation et la confiance

On craint également que, puisque les classes inversées dépendent de la participation des étudiants, il faille faire confiance aux étudiants pour regarder les cours à la maison. Malheureusement, il n’existe aucun moyen de garantir que les étudiants s’engageront ou coopéreront avec le modèle inversé.

Il y a un travail important sur le front-end

De plus, on craint que la mise en place d’une classe inversée ajoute une charge de travail supplémentaire aux enseignants, car plusieurs éléments doivent être soigneusement intégrés pour permettre à la classe de s’épanouir. Les responsabilités comprennent l’enregistrement et le téléchargement de conférences condensées, qui demandent du temps et des compétences, et l’introduction d’activités en classe qui permettront d’améliorer le sujet et de motiver les étudiants à participer et à se préparer pour le cours. Bien que les enseignants puissent progressivement intégrer des éléments retournés dans leurs salles de classe, cela exigera toujours plus de temps et d’efforts de la part des enseignants.

Pas une forme d’apprentissage préparatoire à un examen

Que vous pensiez que ce soit une bonne ou une mauvaise chose est un autre sujet, mais il est important de réaliser qu’en général, les salles de classe inversées ne « font pas le test ». Ce qui veut dire que les classes inversées ne suivent pas le modèle de l’enseignement pour améliorer les résultats des tests standardisés. Cependant, les enseignants et les étudiants sont toujours tenus de passer une partie importante de leur temps à se préparer aux tests imposés par l’État, ce qui interrompt à son tour le processus de classe inversée.

Le temps passé devant les écrans – au lieu des personnes et des lieux – augmente

Certains pensent que si chaque enseignant commence à retourner ses classes, les élèves passeront des heures devant un ordinateur à regarder les cours. On peut argumenter que cela peut potentiellement causer de graves problèmes aux processus d’apprentissage des élèves, car tout le monde n’est peut-être pas aussi habile à apprendre à l’aide d’un ordinateur.

Les limites de la classe inversée

Même si, au premier abord, cette nouvelle pédagogie paraît innovante, on distingue quelques limites qui peuvent bloquer l’apprentissage. Tout d’abord, cette approche n’est pas centrée sur “la matière”. Il s’agit uniquement de “matériel” à consulter en dehors de la classe sans consignes précises, chose qui pourrait induire la confusion chez l’apprenant. Sans parler de la possibilité de ne pas disposer d’une connexion Internet ou d’outils nécessaires pour consulter le cours à la maison.

Pour les enseignants et les élèves habitués des cours magistraux, il serait difficile de les convaincre de la pertinence de ce modèle. Ils peuvent même montrer des signes de résistance. D’une part, il se peut qu’il y ait un manque d’autonomie et de discipline pour que les élèves consultent le cours. D’autre part, tous les enseignants ne sont pas capables à se donner à fond pour produire un contenu médiatisé.

Plusieurs professeurs ont exprimé leur inquiétude quant à la collaboration des apprenants via ce modèle d’enseignement. Les classes ne se vident-elles donc pas assez ? Est-ce que la médiatisation des contenus provoque une standardisation de la formation ? Est-ce que la performance des cours en ligne est indiquée par le taux de fréquentation ? Et que faire dans le cas des cours complexes qui nécessitent la présence en classe ?

Un chose est sûre : afin d’assurer la réussite de tout modèle, il est inévitable de bien en expliquer l’approche et les fondements à toutes les parties prenantes. Il faut passer d’abord par une phase de transition avant d’introduire une nouvelle méthode, à laquelle personne n’est encore familiarisé.

Sources: 123

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page