CoronavirusIdées et stratégiesTice

Comment développer une forte communauté de votre classe en ligne ?

5 conseils indispensables pour se forger une forte communauté de la classe en ligne

À cause de la pandémie de coronavirus, les enseignants et leurs élèves sont séparés. C’est pourquoi il est important de garder le contact avec ses élèves pendant cette période de confinement. Ce lien repose sur certaines pratiques déjà utilisées en classe.

Caitlin Krause, enseignante pendant deux décennies et consultante en éducation. Elle a déplacé une grande partie de son programme d’études en ligne il y a une décennie. De plus, elle a utilisé tous des outils pour susciter l’engagement de ses élèves : un outil de texte collaboratif en ligne appelé TitanPad. Il permet de travailler à plusieurs, depuis plusieurs ordinateurs différents, sur un même document, et d’apporter des modifications en direct, visibles en même temps par tous les ordinateurs connectés.

Elle a réalisé un blog de classe avec ses élèves pour dynamiser ses cours. Le blog peut inciter les élèves en difficulté à s’impliquer dans un travail d’écriture et de création. Elle partage ici cinq conseils efficaces pour garder le contact avec ses élèves :

1. Prendre soin de soi

Ce temps de confinement qui nous est imposé peut être vu comme l’occasion de prendre plus soin de soi. On repense les bonnes habitudes prises pendant cette période peuvent s’installer durablement. Vous avez plus de temps ? C’est ce qu’il y a de plus précieux. Faites-en bon usage.

Commencer votre journée par un moment « à vous ». Par exemple, une méditation de pleine conscience peut nous aider à dépasser nos angoisses pendant le confinement. Cette période de pandémie crée du « stress, de la peur, de l’angoisse et toutes sortes de pensées parasites qui ne sont pas utiles, voire parfois toxiques ». Donc, dix minutes de méditation par jour peuvent transformer notre quotidien.

2. Activités de Brise-glace

À ce stade, vous devez mettre l’accent sur l’établissement des liens forts. Il s’agit d’une communauté virtuelle qui ressemble à un arbre : profondément enracinée, avec un sentiment d’ancrage, et également flexible dans ses branches, afin que vous vous adaptiez aux conditions changeantes.

Commencez chaque apprentissage en ligne par une activité de brise-glace : faire une activité physique ensemble, jouer de la musique, prendre trois respirations collectives. Le but est de mettre les jeunes à l’aise au moyen d’un jeu de mystère amusant ensuite. Vous pouvez proposer aux élèves des exercices de narration.

3. Chaque élève a un rôle

Dans la classe virtuelle de Caitlin Krause, chaque élève a accès au contenu de manière asynchrone. Ils ont des « espaces de journal » en ligne pour recueillir leurs réflexions et réfléchir, et pour partager et construire des cartes d’idées, collaborant de manière à réduire le besoin de réunions en direct.

Vous pouvez garder un flux sans que tout le monde ne travaille pas en même temps en créant des groupes dans lesquels chacun a un rôle d’autorité. Certains ont préféré jouer le « constructeur de lexiques », collecter les nouveaux termes que nous avons rencontrés et découvrir l’étymologie, la définition et les connotations. D’autres sont des « archivistes de référence », rassemblant des sites Web, des lectures et des sources utiles. D’autres ont choisi d’être des « conservateurs » qui ont fait des recherches sur les sites et évalué leur validité et leurs sources, les plaçant davantage dans le contexte de l’objectif d’apprentissage. Certains ont préféré créer des cartes mentales de termes et de liens connexes pour accroître leur pertinence, ou des modèles et créations artistiques inspirés par les réponses à l’apprentissage.

Vous envoyez un message à vos élèves : tout le monde est important et chacun peut contribuer à la création et au développement de l’espace d’apprentissage.

4. Encourager les élèves à parler

C’est sûrement important pour beaucoup d’élèves, peut-être pour eux plus particulièrement parce qu’ils sont confinés dans des espaces plus petits, et ils ont besoin de sortir de ce cadre-là, et finalement la classe virtuelle et le fait de retrouver leur professeur et leurs camarades, ça ouvre un petit peu l’horizon. Ensuite, le fait de donner aux élèves plus d’occasions de parler renforce les compétences d’apprentissage et la confiance sociale et émotionnelle, qui sont complémentaires à ce type d’apprentissage interactif. 

5. Pratiquer l’écoute active

L’écoute active est une compétence relationnelle, savoir écouter c’est témoigner de l’intérêt et du respect à l’autre. Donc, le secret d’une communication réussie, c’est surtout l’écoute active.

L’enseignant doit se concentrer sur les mots de ses élèves sans faire autre chose ni penser à un autre sujet. De plus, il prend garde à ne pas donner de conseils ni de solutions au moment où ses élèves ont la parole.

Lorsqu’il y a un exercice impliquant le partage en groupe, vous pouvez commencer par des groupes plus petits — où il est plus facile de s’assurer que tout le monde contribue — ou essayez le partage en partenariat qui implique une activité de « mise en miroir », où les élèves écoutent tour à tour l’histoire ou la réflexion de l’autre. L’auditeur se tait pendant que l’orateur partage, et au bout d’une minute ou deux, réfléchit les mots clés qui se sont démarqués, et certains de ce qu’ils ont entendu, sans jugement. Ensuite, les deux étudiants changent de rôle.

Dans les grands groupes, vous pouvez planifier l’ordre de partage à l’avance et publier cet ordre dans la fenêtre de discussion de votre espace de conférence d’apprentissage à distance, pour faciliter les transitions. En cours de route, continuez à encourager l’écoute sans jugement.

Source: EduTopia

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer