Conseil de carrière

Comment empêcher les bons enseignants de démissionner ?

Les enseignants adorent leur travail. Ils adorent constater les progrès de leurs élèves. Ils aiment aussi ce qu’ils font. C’est l’amour de ce métier qui les a amené à rester dans leur classe. Mais, chaque année de nombreux d’enseignants décident de démissionner. Parmi les causes de ce départ, il y a le manque de respect. Et il est impossible d’ignorer ce facteur. Nous souhaitons seulement que cela s’améliore. Cependant, la situation ne changera peut-être jamais. Les enseignants se plaignent du manque de respect, et ce respect est en déclin constant. Ils ne sont tout simplement pas certains de pouvoir y faire face durant les prochaines années, alors ils sont obligés d’envisager d’autres options. 

Voici une liste d’idées qui pourrait être étudiées pour améliorer radicalement la situation et convaincre des enseignants, formidables et qualifiés sur le point de partir, de rester. Encore faut-il que ceux qui établissent les règles fassent preuve de respect (ou de manque de respect) :

1. Respectez notre temps.

Beaucoup d’entre nous avons nos propres enfants ; nous aimerions passer nos soirées avec eux au lieu de corriger les copies que nous n’avons pas pu noter pendant nos périodes de « correction » parce que nous devions étudier le cours de quelqu’un d’autre à la dernière minute. Sommes-nous payés pour ces heures ? Bien sûr que non. Cela fait mal au cœur de voir des employés dans d’autres branches être payés quand ils font des heures supplémentaires alors que l’on s’attend à ce que les enseignants travaillent souvent tard et  gratuitement.

2. Respectez nos qualifications.

Un baccalauréat n’est pas un examen facile (ou bas de gamme). Beaucoup d’entre nous ont une maîtrise. Nous ne devrions pas avoir à occuper un deuxième (ou troisième !) emploi pour joindre les deux bouts et renoncer à nos vacances et à celles dont nous avons désespérément besoin dans ce secteur d’activité. Respectez la valeur que nous apportons à nos élèves et toute la préparation qui en a découlé.

3. Respectez notre santé.

Lorsque nous faisons plus que ce que notre description de poste implique (ce que nous faisons tous les jours), ne continuez pas à nous pousser à en faire encore plus. À un moment donné, nous sommes obligés de placer des limites pour préserver notre santé physique et mentale – pour ensuite être souvent considérés comme le méchant de service pour les mettre en œuvre.

4. Respectez nos méthodes.

Nous savons que nous avons des programmes qui doivent être suivis et qu’il y a une certaine façon de faire les choses, mais la microgestion est un peu ridicule. Nous passons tellement de temps à détailler les plans de cours que nous n’en avons pas assez pour les utiliser. Nous passons tellement de temps à « documenter » chaque détail que nous oublions le point de vue global derrière tout cela. Je sais dans mon cœur que vous seriez étonné de ce que les enseignants pourraient faire si on leur donnait plus de liberté et si on avait davantage confiance dans leurs méthodes.

Et si nous changions notre façon de voir ces choses ?! Et si nous écoutions ceux qui luttent vraiment – les enseignants ? Ce n’est qu’alors que vous comprendrez quels sont les changements qui doivent être apportés. La plupart de ces changements ne sont pas très révolutionnaires – imaginez un monde où il y aurait suffisamment d’enseignants suppléants et de fournitures scolaires. 

Imaginez un monde où les enseignants auraient le temps de se consacrer à chacun de leurs élèves parce que de nombreuses tâches fastidieuses (et souvent inutiles) auraient été retirées de leur agenda. Imaginez un environnement où tout ce qui aurait profité à l’enseignant aurait ensuite eu un impact positif sur les élèves – qui devraient être notre principale préoccupation dans tout cela. Lorsque vous écoutez les enseignants, vous écoutez les élèves. 

Lorsque vous respectez un enseignant, cela a cet effet boule de neige incroyable ; si vous vouliez simplement écouter certains de nos appels, alors nous pourrions répondre à plusieurs besoins de ces enfants. Imaginez un environnement où la plupart des enseignants ne connaîtraient pas d’épuisement professionnel ; un monde où les enseignants n’auraient aucune raison de se mettre en grève ou de se battre pour leurs droits, qui leur sont constamment enlevés. Imaginez seulement… 

Nous aurions le meilleur métier au monde sans le manque de respect. Nous voulons rester professeurs, mais parfois nous n’avons pas d’autre choix que de démissionner. Cela ne changera pas tant que les enseignants ne seront pas respectés et que les gens ne se rendront pas compte qu’en investissant dans les enseignants, ils investissent dans leur avenir.

(Source)

À lire aussi …

Les dix raisons qui poussent un enseignant à la démission !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page