Coronavirus

Covid-19: 3 Raisons qui poussent les enseignants à s’inquiéter

La quarantaine COVID-19 n’est pas une période de vacances pour les enseignants

« Les enseignants ont de la chance. Ils sont déjà payés pendant l’été, et ils ont maintenant un congé payé supplémentaire à cause du coronavirus »… On a vu des commentaires de ce genre sur les médias sociaux ces derniers jours. On comprend bien que l’accès à un salaire régulier n’est pas garanti à tout le monde, surtout à ce moment où plusieurs gens s’inquiètent de la façon dont ils vont payer leur loyer. Cependant, la quarantaine COVID-19 n’est pas une période de vacances pour les enseignants. Ils ont de grandes responsabilités pendant le confinement. Mais comment les enseignants assurent-ils une continuité pédagogique durant ce confinement ?

Les enseignants doivent donc adapter leurs cours et fournir les ressources à tous leurs élèves. Entre classes virtuelles, cours à distance, serveurs dédiés, courriels, chaque établissement s’organise à sa manière pour assurer une continuité pédagogique. Une situation inédite qui pose parfois des difficultés.

1. Les enseignants sont inquiets pour leurs élèves.

Sont-ils en sécurité ? 

Tout le monde est confiné, ne veut pas dire que tout le monde en sécurité. Les enfants ne vont plus à l’école, les parents restent travailler chez eux, et ils se côtoient donc en permanence. Parfois, des familles très fragiles peuvent constituer une source de violences. Des préoccupations émergent sur la montée des violences faites aux enfants, un problème survenu en Chine au début de l’épidémie du coronavirus. Être confiné chez soi avec des parents violents est dangereux.

De plus, l’insécurité financière des parents peut aussi aggraver la situation. Donc, l’école est le seul endroit sûr pour certains élèves. Les experts de la violence domestique prévoient une augmentation de la maltraitance des enfants en temps de la crise. Le temps passé à la maison est une combinaison dangereuse pour les enfants qui vivent déjà dans une situation de violence. 

Et si nos élèves ou un membre de leur famille tombent malades ?

Est-ce qu’ils vont avoir quelqu’un à la maison pour s’occuper d’eux ? Est-ce qu’ils vont obtenir de l’aide médicale si nécessaire ?

Qui va garder les élèves ? 

Certains parents doivent continuer à travailler. D’autres, ils sont en première ligne et la mise en quarantaine n’est pas une option. Les écoles étant fermées, certains parents n’ont d’autre choix que de laisser les enfants à la maison sans adulte. Certains établissements scolaires accueillent les enfants des personnels soignants.

La vie de nos élèves est bouleversée

Nos élèves ne peuvent pas voir leurs amis et leurs professeurs. Leur vie est soudainement bouleversée. Il leur manque des routines telles que des sorties sur le terrain. Les semaines prochaines seront longues, et peut-être un peu tristes. On chantera peut-être des chansons à nos balcons, on se servira peut-être du café par la fenêtre, on s’écrira des mots qu’on s’enverra dans des avions en papier.

2. Ils sont inquiets pour la continuité pédagogique.

 Après la fermeture des écoles, le plus dur commence pour les enseignants… alors que les établissements scolaires sont désormais quasi tous fermés, comment les professeurs vont-ils réussir à faire travailler les élèves à distance ? Cela ne va pas être une affaire facile !

Les professeurs et leur direction doivent organiser une certaine continuité pédagogique. Les élèves devront continuer à travailler quotidiennement chez eux, car ils ne sont pas en vacances. À défaut d’avoir un professeur en face à face, ils pourront le joindre, l’interroger par messagerie électronique ou téléphone, voire via visioconférence pour les établissements scolaires les plus en pointe. Ils doivent leur donner des cours par courriel, par l’espace numérique de travail. Mais comment pourront-ils vérifier que les élèves réaliseront bien et assimileront le travail demandé ? C’est une question sans réponse pour le moment. En effet, certains enseignants pensent que faire travailler les élèves dans un cours présentiel, c’est déjà compliqué. À distance, ça le sera encore plus ! Tout simplement, certains élèves n’ont pas la capacité d’être en autonomie. Les enseignants vont faire surtout des révisions, et ne vont pas expliquer de nouvelles connaissances. 

3. Ils sont inquiets pour les examens.

L’épidémie de coronavirus a des conséquences directes pour les candidats aux différentes épreuves prévues les trois prochaines semaines. Les examens vont être reportés à une date ultérieure « quand la situation sera de retour à la normale en raison du coronavirus. 

En France, les examens nationaux et les concours prévus d’ici les trois prochaines semaines seront reportés selon le ministre de l’Éducation.

Source: BT

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer