Coronavirus

Covid-19: Le chagrin d’amour des Profs

À Ceux qui disent « des enseignants chanceux » : ce n’est pas une période de vacances pour nous, c’est un chagrin d’amour.

Selon le site Web de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), 119 pays ont fermé des écoles afin de contenir la pandémie mondiale Covid-19. Par ailleurs, 107 pays ont procédé à des fermetures à l’échelle nationale, impactant plus de 861,7 millions d’enfants et de jeunes et 12 autres pays ont mis en place des fermetures d’écoles localisées. Les établissements scolaires sont en train de s’organiser pour que soit assurée la continuité pédagogique de tous les enfants. Mais, les parents s’inquiètent pour leurs enfants, car ils doivent trouver des moyens d’éduquer et de divertir leurs enfants à la maison. 

Certains parents oublient que les enseignants s’inquiètent aussi pour l’avenir et le bien-être de leurs élèves. Les enseignants n’ont pas sauté de joie après la fermeture des écoles, parce qu’ils savent bien que l’enseignement à distance ne convient pas à tous, ne peut pas remplacer l’école. De plus, ils craignent que les élèves en difficulté scolaire décrochent. Ils savent bien aussi que leurs élèves ont besoin de la reformulation des consignes, parce qu’il y a des soucis de compréhension. Le fait de ne pas être derrière eux tout le temps, c’est ça qui va être problématique. Il faut donc maintenir un lien autre que numérique.

On entend souvent certains parents ou leurs enfants donner leur opinion sur les enseignants après la fermeture des écoles. Un élève a publié sur un forum : « Ils se contentent de nous envoyer des cours préfaits à apprendre avec quelques questions en dessous, pendant qu’eux se branlent la nouille. L’un d’eux qui nous sort “6 h de travail par jour minimum !!!” par courriel ». Certains parents croient que les enseignants sont chanceux, mais il ne s’agit pas de vacances. En dépit des circonstances, ils ont un devoir : celui de la « continuité pédagogique. Bref, les enseignants s’inquiètent pour nos enfants. Un professeur d’école primaire de Kent, au Royaume-Uni, Jamie Lee, a publié ses sentiments après avoir entendu l’annonce de la fermeture de son école :

“Je vous dévoilerai un secret. Mes enfants m’ont regardé pleurer ce soir après la fermeture des écoles. Maintenant, je pense très fort à mes élèves de 6e année qui ne pourraient pas obtenir leurs diplômes à la fin d’année. Je pense aussi à mes collègues et leurs efforts déployés dès le début d’année, aux heures supplémentaires que nous avons travaillées pour essayer d’amener nos élèves là où ils doivent être. Nous ne faisons pas ce travail pour l’argent, nous le faisons parce que nous aimons notre métier. Ce n’est pas une période de vacances pour nous, c’est un chagrin d’amour.

Alors, pensez avant de dire à quel point les enseignants sont chanceux, et soyez compréhensifs et conscients de la lourdeur de notre métier. Dès que je suis enseignant, j’éprouve un véritable et profond amour à cette profession. Malgré les circonstances actuelles, nous assurons la continuité pédagogique de vos enfants à travers les classes virtuelles.”

Source: BT

.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer