Conseil de carrière

Pourquoi les gens aiment-ils critiquer les enseignants ?

Nous devons défendre nos vacances, nos horaires de travail, nos cours – et nous en prenons aussi les uns aux autres. S’il vous plaît, donnez-nous une pause et arrêtez de critiquer les enseignants.

Nous savons que nous ne sommes pas la seule profession à travailler ce genre d’heures, mais les autres doivent-ils se justifier autant ? Nous avons une admiration totale pour tous les membres du secteur public qui travaillent sans relâche. Mais nous sommes presque jaloux qu’ils n’aient pas à faire face aux accusations selon lesquelles leur travail est facile, que n’importe qui pourrait le faire ou que leurs pauses ne sont pas méritées.

Pourquoi il ne faut pas critiquer les enseignants?

Alors, une question : à partir de quand est-ce qu’on mérite vraiment des vacances ? Quand nous avons travaillé un mois entier sans un seul jour de congé ? Lorsque nous sommes restés debout deux nuits d’affilée à la correction des copies et à la préparation des cours

Il se trouve que nous n’allons pas passer les six semaines de congé scolaire à me prélasser à un endroit calme en buvant des cocktails à n’en plus finir (même si cela ne poserait aucun problème, car nous le méritons). Au lieu de cela, nous avons pris quelques semaines de congé pour laisser notre corps récupérer et nous sentirons à nouveau humains, puis nous commençons à travailler.

Pour les non-initiés, cette période est celle où beaucoup d’enseignants déménagent leurs classes, rendent leurs environnements d’apprentissage attrayants et planifient ce que nous allons enseigner l’année prochaine. Nous passons beaucoup de temps à travailler sur nos classes et nos ressources pour la rentrée scolaire. Certains diront que nous ne devrions pas travailler autant d’heures pendant les vacances, mais c’est ce que nous devons faire pour avoir l’impression de repartir du bon pied. Cela ne nous dérange pas de le faire – en fait, nous aimons beaucoup cela. Cela ne nous empêche pas de rester bouche bée lorsque nous entendons ce que les gens ont à dire sur nos vacances.

Défendre nos vacances

Mais les enseignants peuvent être tout aussi mauvais lorsqu’il s’agit de juger. Nous ne cessons de voir des Tweets et des statuts Facebook d’autres membres de la profession qui disent se sentir coupables du peu de travail qu’ils font pendant l’été. Pourquoi ? Ce sont vos vacances !

Nous avons également vu des enseignants critiquer leurs collègues de travail. Encore une fois, pourquoi ? Beaucoup de gens ont beaucoup de mal à éteindre leur « cerveau d’enseignant » et nous sommes certainement l’un d’entre eux. Pendant les vacances scolaires, nous pensons constamment à l’école, aux enfants à qui nous enseignons et à ce que nous pouvons faire pour que l’éducation soit encore meilleure pour eux. Il n’est donc pas surprenant que nous ne puissions pas nous déconnecter pendant les vacances d’été.

Nous savons que certains enseignants parviennent à se déconnecter complètement pendant les vacances – parfois parce qu’ils y sont obligés, plutôt que parce qu’ils en ont envie – et nous sommes tout à fait d’accord. Nous avons fait le choix de travailler un peu pendant les vacances, et c’est bien ainsi.

Donc, nous devons arrêter de critiquer et de culpabiliser les enseignants. Aux opposants : vous devriez croire que si nous disons que nous avons travaillé dur et que nous méritons un peu de temps libre, c’est que nous le faisons. À nos collègues qui s’énervent à propos de notre préparation estivale : c’est notre choix, en tant que professionnel, et nous refusons qu’on nous fasse culpabiliser.

Si tu n’as rien de gentil à dire, ne dis rien du tout. C’est l’une des leçons que nous essayons d’enseigner aux enfants et que nous ferions bien de suivre.

5 commentaires

  1. J’ai passé beaucoup de mes vacances d’été à consulter des nouveaux guides toujours pour trouver des éléments nouveaux afin de stimuler l’attention des élèves pour l’année qui s’annonçait. Ce n’était pas des romans à l’eau de rose . Mais je n’ai aucun regret.Bravo aux enseignants (es) . Je vous admire!

  2. Je ne suis pas enseignant,j’ai été 2,5 ans en 1977. déjà on été mis à rude épreuve par les élèves ( LEP à l’epoque). Il fallait déjà être fort mentalement. Mais l’évolution en 40 ans a fait que l’enseignant à un public totalement différent. Pour beaucoup d’enfant aucun respect de l’enseignant, les parents ajoutent leurs grains de sel et de surcroît souvent la hiérarchie arrive trop tard. Donc situation de stress pas possible ,resultat beaucoup traité en maison de repos si pas mieux cachets de médicaments etc. Donc respectez les. ces semaines de « vacances » ils les meritent croyez à quelqu’un qui a eu la chance de quitter cette administration et je ne dis pas que d’autres administrations sans les citées n’ont pas des problème. Mais c’est vrai que c’est difficile pour eux il faut que la société change. Enfant reste un enfant qui doit apprendre et respecter ses prof les parent s doivent éduquer leurs enfants et les remettre sur le bon chemin quand il le faut

  3. Les enseignants resteraient donc enfermés 6 semaines l’été pour préparer la rentrée : je demande à les rencontrer !
    Que les heures, les journées soient élastiques à certaines périodes de l’année : oui, il peut y avoir des copies à corriger, des bulletins à faire, de la prépa….
    Honnêtement, sur 1 année, on a bien plus que les 5 semaines de congés du secteur privé : il faut avoir travaillé dans le privé pour savoir combien les vacances scolaires sont confortables. Ça tombe sans négociation avec le patron, les collègues…Alors cela vaut tout l’or du monde. Et puis, on est libres de gérer comme on le souhaite ! Et ça, ça n’a pas de prix !!!

  4. Vous n’avez rien compris..non,ils ne passent pas toutes les vacances d,’été à préparer les cours mais au moins les deux dernières semaines d ‘été à préparer leur travail.
    J’étais enseignante et l’été je cherchais des documents ,des idées pour ma classe…On est
    sans cesse préoccupé par cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page