Troubles d'apprentissage

Le décrochage scolaire : causes, conséquences et solutions

De nombreux jeunes, dans de nombreuses régions du monde, abandonnent l’école avant d’obtenir leur diplôme parce qu’il est difficile d’accéder à l’éducation, de suivre les cours et de répondre aux exigences de leur emploi ainsi qu’aux responsabilités familiales. Dans d’autres cas, des problèmes liés à l’environnement familial ou à la situation personnelle de l’élève font que rester à l’école est un défi insurmontable. Si le décrochage scolaire, quelle qu’en soit la raison, a rarement un impact durable sur la trajectoire de vie d’un individu, cette décision entraîne des conséquences pour ceux qui la prennent et leur entourage. Les élèves qui abandonnent leurs études ont souvent un niveau d’éducation et de revenu inférieur à celui du reste de leurs pairs et restent défavorisés tout au long de leur vie adulte.

Décrochage scolaire : définition

Le décrochage scolaire désigne l’abandon de la scolarité avant l’obtention d’un premier diplôme. Il peut s’agir d’un Certificat de fin d’études secondaires (CFES), d’un diplôme d’enseignement professionnel (DEP) ou d’une qualification (certificat de formation à un métier semi-spécialisé ou certificat de formation préalable au travail).

Les élèves n’abandonnent pas l’école du jour au lendemain. Le décrochage est un phénomène complexe et à multiples facettes. Tout au long de leur scolarité, les jeunes sont constamment influencés par divers facteurs appelés « déterminants de la persévérance scolaire ». 

Lorsque ces facteurs exercent une influence négative, on les appelle des facteurs de risque. Les facteurs de risque augmentent la probabilité qu’un élève éprouve des difficultés à l’école, ce qui peut mener au décrochage scolaire. Les déterminants de la persévérance scolaire sont la motivation et l’engagement, l’estime de soi, l’encadrement parental, le climat scolaire et les ressources communautaires.

Décrochage scolaire : symptômes

Certains des élèves abandonnent l’école à l’âge de 16 ans, juste après la fin de la scolarité obligatoire, et dans ce cas, la majorité sont des garçons. Ils rencontrent des difficultés avec l’autorité scolaire (parentale ou scolaire) et, par conséquent, ont un comportement inapproprié à l’école, ce qui les rend hostiles au système scolaire et aux enseignants. 

Les élèves se désintéressent aux cours scolaires et finissent par abandonner s’ils ne se sentent pas à l’aise en classe. Ils « sombrent » alors jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus rattraper leur retard, devenant finalement incapables de faire face aux difficultés à la maison et dans leur vie quotidienne. Les difficultés d’apprentissage et les phobies sont très difficiles à surmonter pour ces jeunes élèves. 

Bref, voici quelques symptômes du décrochage scolaire :

  • L’enfant rencontre des difficultés importantes, des échecs ou des retards dans les matières de base.
  • Il n’est pas très enthousiaste à l’égard de l’école.
  • L’enfant s’engage rarement en classe
  • Il est fréquemment en retard à l’école, fait preuve d’une absence inappropriée et/ou est en retard ; son groupe de pairs a abandonné l’école.
  • Il n’aime pas l’école ; Ses meilleurs amis ont quitté l’école.
  • L’enfant parle d’abandonner l’école.
  • Il a des difficultés avec les enseignants, les figures d’autorité ou les autres élèves.
  • Il présente des symptômes dépressifs chroniques. 

Conséquences du décrochage scolaire

Un élève décrocheur est susceptible de subir toute une série de conséquences négatives, notamment des problèmes psychologiques et mentaux, ainsi que des problèmes de comportement. En outre, il est plus susceptible d’être isolé socialement et de souffrir de dépression. 

La santé des élèves s’en ressent, que ce soit en termes de tabagisme, de consommation de drogues ou de troubles alimentaires. Certaines études démontrent également que le décrochage scolaire va souvent de pair avec une moindre participation civique, montrant par exemple que le pourcentage de décrocheurs qui ne votent pas est plus élevé que la normale. 

Les élèves en situation de décrochage scolaire sont souvent en rupture sociale et rencontrent des difficultés à trouver un emploi. Il est également coûteux à la société puisque le coût du décrochage scolaire, tout au long de la vie d’une personne, est estimé à 230 000 euros. 

Le décrochage scolaire représente un problème considérable à bien des égards, et il faut à tout prix y mettre fin.

Décrochage scolaire : chiffres

En France

En 2015, 82 500 jeunes de 16 à 24 ans sont non diplômés et non scolarisés. Cela représente 12 %, contre 8,7 % pour la France métropolitaine. Le nord de l’Aisne et le bassin minier sont les plus touchés par le décrochage scolaire des jeunes. Les facteurs familiaux et environnementaux peuvent également influer sur l’avenir scolaire d’un enfant. 

Un jeune dont au moins un des parents est cadre ou indépendant ou qui a un diplôme a moins de chances de quitter l’école sans diplôme s’il présente les mêmes caractéristiques. À l’inverse, le fait d’être plus éloigné des lycées, de vivre dans une petite ville ou dans une ville où le marché du travail n’est pas favorable augmente le risque de quitter l’école prématurément. Ces circonstances défavorables sont plus répandues là où les non-diplômés sont plus nombreux. Les jeunes de Lille et du département de l’Oise bénéficient d’un environnement familial et social plus favorable. 

En Europe

Le taux moyen de jeunes ayant quitté prématurément l’éducation et la formation dans l’Union européenne s’élevait à 10,7 % en 2016, soit 0,3 point de pourcentage de moins qu’en 2015. 

Le taux a diminué de plus de 3 points de pourcentage depuis 2010 et, si cette tendance se poursuit, le grand objectif fixé    par la stratégie Europe 2020 consistant à passer sous la barre des 10 % pourra être atteint. Toutefois, la réalisation de cet objectif ne devrait pas conduire à un relâchement des efforts : il y aurait encore plusieurs millions de jeunes en décrochage scolaire dans l’Union. 

En outre, il pourrait s’avérer plus difficile de maintenir le taux de progression actuel à mesure que les pays se rapprochent de l’objectif, étant donné qu’il est probable que des politiques de plus en plus ciblées sont nécessaires pour remédier aux situations les plus difficiles.

Décrochage scolaire : solutions

Le décrochage scolaire est un obstacle à la croissance économique et à l’emploi. Il entrave la productivité et la compétitivité et favorise la pauvreté et l’exclusion sociale. Voici quelques solutions pour prévenir le décrochage scolaire :

1. Identifier les raisons pour lesquelles votre enfant abandonne l’école afin de traiter le problème. 

Vous devez comprendre les facteurs qui conduisent les élèves à abandonner l’école pour concevoir des interventions adaptées. Quelles sont les raisons pour lesquelles un élève peut quitter l’école ? 

2. Détecter les troubles d’apprentissage

Si les notes de votre enfant étaient en baisse parce qu’il a un trouble d’apprentissage, que penseriez-vous ? Outre le français et les mathématiques, les difficultés dans ces matières sont associées au risque de décrochage scolaire. Si votre enfant mélange les syllabes, confond les lettres ou substitue un mot à un autre, il est peut-être atteint de dyslexie. De plus, si votre enfant a du mal à compter, à comprendre qu’un nombre peut être plus grand qu’un autre ou à se repérer dans l’espace, la dyscalculie peut être présente. Même si l’élève continue à lutter, il risque de se désintéresser à l’école s’il échoue de façon répétée. Pour tirer le meilleur parti du temps passé avec l’élève, il est essentiel de consulter un expert et de travailler conjointement avec les enseignants de l’élève. 

3. Participer à des activités parascolaires

La participation à des activités en dehors de l’école réduit souvent le risque d’abandon scolaire. Votre enfant découvrira de nouveaux centres d’intérêt et développera ses talents en participant à des activités à forte valeur éducative. Il nouera également des liens avec ses pairs dans un environnement positif et bienveillant. 

En plus de trouver le plaisir d’apprendre, d’avoir confiance en ses capacités et d’avoir une meilleure estime de soi, votre élève obtiendra la motivation nécessaire pour poursuivre ses études et réussir à l’école s’il participe à une activité extrascolaire. 

4. Aider l’enfant à comprendre son cerveau

Les élèves ont des difficultés à utiliser toutes leurs ressources intellectuelles : ils ne savent pas comment utiliser leur cerveau. Ces jeunes abandonnent alors rapidement et peuvent être victimes d’un échec scolaire

Pour aider ces personnes, il est essentiel de leur apprendre à utiliser leur cerveau. En plus d’en apprendre davantage sur le fonctionnement du cerveau, ils peuvent également améliorer leurs capacités de mémorisation et mieux appréhender les connaissances en sachant comment il fonctionne. Par conséquent, la prévention et le traitement du décrochage scolaire sont tous deux réalisables. 

5. Les cours de soutien

Si votre enfant a des difficultés à apprendre et à s’organiser, il peut recevoir de l’aide grâce à des cours d’apprentissage à distance. Les programmes de soutien scolaire sont en mesure d’aider les élèves qui sont débordés et incapables de suivre le travail en classe. Avoir la possibilité d’adapter le suivi à ses besoins individuels est un bon moyen d’éviter le décrochage scolaire.

6. L’accompagnement à l’orientation scolaire

La classe de troisième représente une période charnière propice au décrochage scolaire en raison des choix d’orientation. En raison d’un retard scolaire ou de difficultés d’apprentissage, un élève peut être contraint de renoncer à son premier choix. 

L’élève se sent alors dévalorisé par le système éducatif et perd sa motivation et son envie d’apprendre. Il est donc judicieux d’aider votre enfant à choisir son orientation scolaire afin de lutter contre le décrochage scolaire. Soyez à l’écoute de ses envies et des professions qui l’intéressent, et soutenez ses choix.

7. Coopération avec les enseignants

La clé pour lutter contre le décrochage scolaire et l’exclusion des élèves est de cultiver une collaboration étroite entre les écoles et les familles. En maintenant un dialogue constant entre des équipes éducatives et des parents d’élèves, les écoles peuvent éviter les décrochages scolaires précoces. Si votre enfant perd le goût d’apprendre et s’ennuie de plus en plus, il est préférable de rencontrer son professeur principal. 

Ses professeurs sont en mesure de juger de ses performances et de ses progrès scolaires. En travaillant ensemble, vous pouvez résoudre le problème du décrochage scolaire de votre enfant et renforcer son désir d’apprendre et de réussir. 

Le décrochage scolaire Pierre Yves Bernard

Le décrochage scolaire Pierre Yves Bernard

Qu’attend-on de l’école aujourd’hui ? Quel est le niveau d’étude minimal que chacun devrait avoir atteint à la sortie du système scolaire ? Comment y parvenir et éviter les ruptures précoces de scolarité ? Cet ouvrage propose une synthèse de travaux qui ont apporté des éclairages nouveaux sur les problèmes scolaires.

Cette étude a montré que de nombreux facteurs influent sur le fait qu’un élève abandonne ou non l’école. En particulier, elle a identifié les différents types de liens qui facilitent le décrochage scolaire. Elle a également démontré l’importance des interactions de l’élève avec l’école, la famille, les enseignants et la communauté, ainsi que les conséquences d’un échec scolaire précoce sur la probabilité d’un décrochage futur : autant d’éléments qui exigent de reconsidérer la politique éducative actuelle. 

Acheter ce livre sur Amazon

Sources :

  • Institut national des statistiques et des études économiques
  • Cedefop/Eurydice [2014], « Réduire l’abandon précoce de l’éducation et de la formation en Europe »
  • Commission européenne-OCDE [2015], Les indicateurs de l’intégration des immigrés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page