Méthodes pédagogiques

La différenciation pédagogique en mathématique

L’objectif de la différenciation pédagogique en mathématique est de faire participer les élèves à l’apprentissage en classe. Tous les élèves ont besoin de suffisamment de temps et d’une variété de contextes de résolution de problèmes pour utiliser les concepts, les procédures et les stratégies et pour développer et consolider leur compréhension. Lorsque les enseignants sont conscients des connaissances et des expériences antérieures de leurs élèves, ils peuvent prendre en compte les différentes façons dont les élèves apprennent sans prédéfinir leur capacité d’apprentissage.

Définition de la différenciation pédagogique en mathématiques

La différenciation pédagogique en mathématique soutient un processus d’apprentissage individuel de l’élève non pas par l’utilisation de leçons différentes pour chaque élève, mais par le développement intentionnel de la différenciation (échafaudage et avancement des invites fournis par vous et leurs pairs).

Tomlinson et Allan (2000) ont défini la différenciation de cette façon :

« Un enseignant qui se différencie comprend les besoins d’un élève. Il comprend ses besoins d’exprimer de l’humour, de travailler avec un groupe. Et d’avoir également un enseignement supplémentaire sur une compétence particulière, ou d’approfondir un sujet particulier ou d’avoir une aide guidée – et l’enseignant répond activement et positivement à ce besoin. Pour conclure, l’objectif de la différenciation pédagogique en mathématique est la croissance maximale des élèves et la réussite individuelle. »

En plus, pour réaliser la différenciation pédagogique en mathématique décrite par Tomlinson et Allan, le choix des tâches mathématiques pour apprendre la norme du jour et la nature du discours de l’élève avec ses pairs doivent être planifiés avant la leçon.

Stratégies de la différenciation pédagogique en mathématiques

Voici quelques stratégies de la différenciation pédagogique :

Équilibrer la demande cognitive

Tout d’abord, vous commencez à planifier une leçon différenciée. Donc, quelles tâches mathématiques vais-je utiliser pour impliquer les élèves dans l’apprentissage essentiel d’aujourd’hui ? Et comment vais-je commander l’utilisation des tâches ? Comment vais-je laisser le temps à mes élèves de réfléchir à chaque tâche ?

De surcroît, La différenciation pédagogique est un changement d’enseignement. Elle vous oblige à fournir aux élèves des points d’entrée ou de sortie différents pour chaque tâche mathématique.

Lorsque vous choisissez des tâches à demande cognitive de niveau supérieur pour enseigner la norme, vos élèves ne doivent pas avoir un ensemble de procédures prédéterminées à suivre pour parvenir à une solution, ou, si les tâches impliquent des procédures, vos élèves doivent expliquer pourquoi et comment ils exécutent la procédure ou utiliser une stratégie spécifique.

En fin de compte, les tâches mathématiques à demande cognitive de niveau supérieur soutiennent l’exploration, la communication et le raisonnement accrus des élèves. Elles permettent de multiples voies de solutions ou représentations.

Équilibrer le discours en groupe et en petit groupe

Lorsque vous développez la fluidité des procédures sur une base de compréhension conceptuelle, de raisonnement stratégique et de résolution de problèmes par le biais de la sélection des tâches, il y a une autre question importante de conception de cours :

Quel type de discours d’élève vais-je utiliser chaque jour pour la leçon ? Comment vais-je équilibrer les discussions en groupe entier et en petits groupes avec mes élèves ? Qui parle ? Mon élève l’un avec l’autre, ou moi, en tant que professeur ?

La manière dont vous facilitez le discours des élèves est essentielle. Cela peut créer et soutenir un environnement d’apprentissage en classe qui valorise le raisonnement et la création de sens du point de vue de l’élève. La façon dont vous posez des questions et facilitez le discours dans votre classe a des implications importantes pour savoir si votre enseignement en classe favorise ou non une culture d’équité.

En utilisant un discours en groupe entier ou en petit groupe, vous décidez de la réflexion à partager. Et de la voix à entendre. Cela a un impact profond sur la manière dont les connaissances sont partagées et créées dans votre classe, à quel point la tâche engage les élèves, comment ils recevront des commentaires pendant la tâche et qui joue un rôle principal dans ce partage et cette création de connaissances. En bref, votre discours affecte la capacité des élèves à apprendre les mathématiques.

Quelques considérations

Il y a plusieurs considérations sur la façon dont les élèves vivront le processus d’apprentissage des tâches mathématiques que vous avez choisies :

  • Les élèves vous regarderont-ils modéliser la tâche pendant que vous posez des questions d’orientation à des membres de la classe depuis le devant de la salle ? (c.-à-d. discours de groupe entier)
  • Vos élèves discuteront-ils d’une stratégie pour travailler sur la tâche avec des partenaires ou en petits groupes pendant que vous circulerez dans la salle et fournirez des commentaires différenciés et des incitations à la persévérance ? (c.-à-d. discours en petit groupe)
  • Ou les élèves utiliseront-ils une combinaison des deux styles de communication de cours ?

Dans le processus de conception de la leçon, une partie de votre responsabilité professionnelle consiste à assurer un équilibre quotidien entre les discours ou discussions en classe en groupe entier et en petit groupe.

L’évaluation formative : une autre façon pour différencier

Une façon de servir la différenciation consiste à utiliser des processus d’évaluation formative en classe.

Pendant la leçon, les enseignants utilisent bien l’évaluation formative et la rétroaction. Cela peut essentiellement doubler la vitesse d’apprentissage des élèves, produisant des gains importants dans les résultats des élèves. 

Voici quelques questions à considérer avant de commencer la leçon pour vous préparer au processus d’évaluation formative :

  • Comment prévoyez-vous de fournir des commentaires sur les parcours de solution et les explications des étudiants ?
  • Comment les élèves travailleront-ils sur la tâche avec leurs pairs et recevront-ils des commentaires les uns des autres ?
  • Et comment vous assurerez-vous que tous les élèves agissent sur les commentaires reçus pendant la tâche ?

Votre meilleure opportunité de voir et d’entendre comment les élèves pensent, de surveiller la réflexion et l’apprentissage des élèves. Et plus, fournir une rétroaction formative se produit lorsque les élèves travaillent en petits groupes sur des tâches mathématiques avec leurs pairs pendant que vous surveillez les équipes d’élèves pour voir et entendre ce qu’ils sont faire et penser.

Conclusion

La différenciation pédagogique est un travail difficile et chronophage. En plus, la taille des classes augmente constamment, ce qui rend l’apprentissage individualisé plus difficile à réaliser. 

La nouvelle technologie d’apprentissage adaptatif peut aider les enseignants. Elle augmente leurs efforts en recommandant les concepts sur lesquels se concentrer avec un apprenant ou une classe entière. Elle fournit aux instructeurs et aux étudiants eux-mêmes des informations sur leurs forces et leurs faiblesses au niveau conceptuel.

À lire aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page