Science Pédagogie

Les 3 domaines de la taxonomie de Bloom

En 1956, le Dr Benjamin Bloom, psychologue de l’éducation, a créé un système permettant de classer les objectifs pédagogiques en une série de domaines d’apprentissage qui encouragent les enseignants à penser l’éducation de manière holistique. En d’autres termes, cette taxonomie est utilisée lors de la conception de processus d’éducation, de formation et d’apprentissage. Son système est connu sous le nom de Taxonomie de Bloom. En plus, cette classification taxonomique comprend domaines d’activités ( les 3 domaines de la taxonomie de bloom) :

  • Domaine cognitif : compétences mentales (connaissances)
  • Domaine affectif : développement des sentiments ou des émotions
  • Et le domaine psychomoteur : aptitudes manuelles ou physiques (compétences)

Lorsque ces idées de domaines d’apprentissage sont appliquées aux environnements d’apprentissage, des verbes d’action sont utilisés pour décrire le type de connaissances visé par l’enseignant.

Les domaines de la taxonomie de Bloom

Le domaine cognitif

Le domaine cognitif développe six domaines d’aptitudes intellectuelles qui se construisent de manière séquentielle, du comportement simple au comportement complexe.

Au début, Bloom a organisé la taxonomie de bloom originale selon la manière suivante :

  • Connaissance (rappel de l’information)
  • Compréhension (compréhension du sens)
  • Application (utilisation du concept)
  • Analyse (déconstruction d’un concept)
  • Synthèse (combinaison d’informations pour créer du sens)
  • Évaluation (jugement du concept)

Avec le temps, cette classification a évolué vers une nouvelle taxonomie appelée la Taxonomie de Bloom révisée. Les noms des catégories sont passés de noms à des verbes, mais sont toujours classés du simple au complexe :

Les 6 niveaux de la taxonomie de bloom révisée

  • Se souvenir
  • Comprendre
  • Appliquer
  • Analyser
  • Évaluer
  • Créer

Le domaine affectif

Le domaine affectif (Krathwohl, Bloom, Masia, 1973) décrit les objectifs d’apprentissage qui mettent l’accent sur un ton de sentiment, une émotion ou un degré d’acceptation ou de rejet. Les objectifs affectifs varient d’une simple attention à des phénomènes sélectionnés à des qualités de caractère et de conscience complexes, mais cohérentes sur le plan interne. En plus, ces objectifs s’expriment sous forme d’intérêts, d’attitudes, d’appréciations, de valeurs, d’ensembles d’émotions ou de préjugés.

Donc, voici une description de chaque étape de la taxonomie, en commençant par le niveau le plus élémentaire.

  1. Recevoir

C’est être conscient ou sensible à l’existence de certaines idées, de certains matériaux ou phénomènes et être prêt à les tolérer. 

Par exemple : différencier, accepter, écouter, répondre à.

  1. Répondre 

c’est s’engager dans une certaine mesure à l’égard des idées, du matériel ou des phénomènes concernés en y répondant activement. 

Par exemple : se conformer à, suivre, recommander, faire du bénévolat, consacrer du temps libre à, acclamer.

  1. Valoriser 

La volonté d’être perçu par les autres comme valorisant des idées, des matériaux ou des phénomènes. 

Par exemple : augmenter les compétences mesurées, renoncer, subventionner, soutenir, débattre.

  1. Organiser

L’organisation consiste à relier la valeur à celles déjà détenues et à l’intégrer dans une philosophie harmonieuse et cohérente sur le plan interne. 

Par exemple : discuter, théoriser, formuler, équilibrer, examiner.

  1. Caractériser

La caractérisation par la valeur ou l’ensemble de valeurs consiste à agir de manière cohérente conformément aux valeurs acquises. 

Exemples : réviser, exiger, avoir une cote élevée en matière de valeur, éviter, résister, gérer, résoudre.

Le domaine psychomoteur

Le domaine psychomoteur comprend le mouvement physique, la coordination et l’utilisation des zones d’habileté motrice. Cependant, le développement de ces aptitudes nécessite de la pratique et se mesure en termes de vitesse, de précision, de distance, de procédures ou de techniques d’exécution. Ainsi, les aptitudes psychomotrices vont des tâches manuelles, comme creuser un fossé ou laver une voiture, à des tâches plus complexes, comme faire fonctionner une machine complexe ou danser.

De surcroît, le domaine psychomoteur, qui se concentre sur les aptitudes physiques, a été identifié, mais pas défini, par le Dr Bloom. Ses idées originales ont été développées par des éducateurs des années 1970, dont Dr Elizabeth Simpson. Ils les ont développées dans cet ordre du simple au complexe :

  • Perception (guidage sensoriel de l’activité motrice)
  • Préparation (se sentir prêt à agir)
  • Réponse guidée (début de l’apprentissage de compétences complexes)
  • Mécanisme (développement d’une compétence de base)
  • Réponse ouverte complexe (exécution avec une compétence avancée)
  • Adaptation (modifier le mouvement pour répondre à des circonstances particulières)
  • Origine (créer des mouvements spécifiques à une situation)

Sources :

  • Clark, D. (2013). Bloom’s Taxonomy of Learning Domains. Big Dog & Little Dog’s Performance Juxtaposition. Retrieved from
  • Simpson E. J. (1972). The Classification of Educational Objectives in the Psychomotor Domain. Washington, DC: Gryphon House
  • Anderson, L.W., Krathwohl, D.R., Airasian, P.W., Cruikshank, K.A., Mayer, R.E., Pintrich, P.R., Raths, J., Wittrock, M.C. (2001). A Taxonomy for Learning, Teaching, and Assessing: A revision of Bloom’s Taxonomy of Educational Objectives. New York: Pearson, Allyn & Bacon.

Un commentaire

  1. je m’inspire de la taxomie de BLOOM pour la réussite de mes enseignements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page