Conseil de carrière

En ne respectant pas nos enseignants nous apprenons aux enfants à faire de même

Les enseignants passent des heures supplémentaires chaque semaine à accomplir des tâches supplémentaires (préparation des cours, correction des copies…) mais qui compte ces heures ?

Ces heures de travail inaperçues et non rémunérées que nous consacrons sont monnaie courante et nous ne demandons pas grand-chose en retour.

Nous n’en parlerons pas aux administrateurs ; ils font probablement des heures supplémentaires aussi. Nous n’en parlerons pas aux parents ; nous aurons l’air de nous plaindre. Nous n’en parlerons pas aux élèves ; ce n’est pas de leur faute si nous n’avons pas assez de temps pendant une journée scolaire pour noter les articles qu’ils ont rédigés. 

Habituellement, cela ne nous dérange pas. Nous acceptons cette charge supplémentaire comme faisant partie de notre quotidien dans cette profession. Cela ne nous dérange pas de rester éveillé tard pour nous assurer que le lendemain se passe bien. Cependant, il y a un moment où cela nous dérange.

Nous ne voulons ni pitié, ni biscuit, ni plaque. Parfois, nous voulons juste du respect.

Je ne veux pas seulement le respect ; je sens que je le mérite. Non seulement pour les tâches supplémentaires, mais aussi pour la façon dont nous les passons. La plupart du temps, la noblesse du métier nous suffit ; le fait que nous changeons la vie des enfants nous fait chanter le cœur. Nous sommes surtout coupables de ne pas avoir remarqué ces tâches supplémentaires pour ce qu’elles sont : le travail. 

Nous ne parvenons pas à les reconnaître parce que même si nous le faisions, nous ne devrions pas. En tant qu’enseignant, nous devrions être comblé par notre appel, notre différence et notre grand cœur. En tant qu’enseignant, nous semblons avoir besoin de mentionner tout manque de soutien et de salaire. Ne devrions-nous pas être notre propre système de soutien ? Ne devrions-nous pas nous contenter d’être payés en amour et en noblesse ? Malheureusement, la plupart des gens disent « oui ».

Ne devrions-nous pas simplement garder la bouche fermée sur ce manque de respect ?

Dans notre société, nous prêchons à nos propres enfants que l’éducation est la clé. Dans la même société, nous montrons aux enfants par nos actions qu’il ne vaut pas la peine d’investir pour nos écoles et certainement pas pour nos enseignants.

Nous montrons à nos enfants par nos actions que les enseignants sont là pour servir et qu’ils sont les premiers à être accusés lorsque quelque chose ne va pas. Nous leur montrons qu’il est normal que les enseignants dépensent leur argent durement gagné en fournitures parce qu’il n’y a pas de financement pour ce dont ils ont besoin. Nous disons à nos enfants de se respecter les uns les autres quoiqu’il arrive, mais les enseignants n’obtiennent pas le même respect que leurs supérieurs. Jour après jour, nous montrons par inadvertance à nos enfants que le respect n’est pas habituel dans notre quotidien, quoi que nous disions. Nous ne montrons pas à nos enfants l’importance du respect.


Par WhitneyBallard, Traduit et adapté par équipe BienEnseigner

Un commentaire

  1. Au maroc nous vivons ce calvaire de nos enseignants bafoues par l’état .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page