Coronavirus

Enseignants ! Soyez Fiers de ce que vous avez accompli pendant le confinement !

L’éducation pendant la crise sanitaire du covid-19 a été confrontée à une menace d’ampleur inédite. Cette pandémie a perturbé fortement la situation d’un grand nombre d’enfants, de parents et d’enseignants. Mais, le corps enseignant a réussi à se réinventer et faire preuve d’imagination pour basculer vers des alternatives en ligne qui, certes, demandent beaucoup d’efforts aux parents et enseignants.

En effet, les enseignants font preuve d’une grande créativité. Ils font l’impossible en s’appuyant sur tous les canaux de diffusion possibles en mobilisant les infrastructures disponibles. Sans oublier la responsabilité des enseignants à garder leurs propres enfants et à participer à leur suivi scolaire. Cependant, les réseaux sociaux participant à la construction d’un problème public qui serait celui du manque d’engagement des enseignants vis-à-vis de leurs élèves. C’est le prof bashing ou les enseignants décrocheurs. Heureusement, le pourcentage d’absentéisme des profs pendant le confinement reste médiocre. En France, 5 % des enseignants ont arrêté de travailler pour diverses raisons selon le ministère de l’Éducation nationale. Ce problème de décrochage des enseignants a été suivi par une avalanche de critiques. Cependant, Enquête COVID menée dans le cadre de l’étude ELFE (Étude Longitudinale Française depuis l’Enfance), affirme que 97 % des parents répondants de la cohorte ont déclaré avoir reçu des leçons pour leur enfant ainsi que du travail à réaliser.

Le monde était complètement renversé, et les enseignants ont sauvé la situation.

Pendant la crise sanitaire liée au coronavirus, les enseignants ont montré un très grand engagement professionnel remarquable. Ils ont assuré la continuité pédagogique malgré les problèmes de l’enseignement à distance. Les innovateurs engagés étaient très conscients des lacunes et des enjeux liés à une utilisation efficace des technologies (en matière de connectivité, équipement informatique, intégration des outils numériques dans les programmes, préparation des enseignants, etc.). Bref, ils étaient soucieux de l’immense responsabilité qui leur incombe.

 Pendant cette période d’école à la maison, les parents d’élèves ont découvert la beauté, la pertinence, l’importance et la complexité de ce métier d’enseignant. Ils sont impressionnés par ce que font les enseignants avec leurs enfants tous les jours toute la semaine toute l’année. Ce métier d’enseignant demande une grande concentration, de la ténacité et des sacrifices.

En ces temps de confinement lié à la crise du coronavirus, les profs s’appliquent autant que possible afin de rendre la tâche facile et d’envoyer via le monde virtuel tous cours détaillés comme si les élèves étaient en classe ! Ils ont envoyé des courriels pour demander à leurs élèves si tout se déroule bien. Cela a montré aux parents combien les enseignants travaillent beaucoup et combien leurs enfants eux aussi ont des journées chargées. Tout cela pour dire les profs doivent être fiers de tout ce qui était réalisé et que la continuité pédagogique a été assurée grâce à leurs efforts.

Les profs sont multitâches !

Les Enseignants Maman Papa font deux journées en une. La première, en ligne pour leurs élèves. Et la seconde, pour leurs propres enfants. Du coup, tous les jours, ils se sentent épuisés, après avoir mené leurs deux vies de front.  Ils ont tenté d’assurer la continuité pédagogique, imposée par le ministère de l’Éducation, et d’aider leurs enfants à surmonter les difficultés d’apprentissage. Mais, ils sont épuisés de chercher où trouver les cours, découragés d’abattre les piles de devoirs donnés et fatigués de répondre aux besoins spécifiques de chaque élève et de leurs enfants en même temps.

Les efforts des enseignants sont incontestables. Malgré leur formation express aux réseaux sociaux, aux techniques de la nouvelle technologie, ils ont accompagné au mieux leurs élèves. De plus, ils ont réussi à gérer le multitâche pendant le confinement : devoirs, contenus de séances, messagerie des parents, messagerie des enfants, et aussi les questions laissées après chaque cours. Ainsi, ils se soucient de certains élèves qui ne peuvent pas se faire aider par leurs parents (soit parce qu’ils n’ont pas le temps, soit parce qu’ils n’y comprennent rien) et risquent d’accumuler du retard, voire de décrocher.

Nous avons planifié à l’avance des distractions pour nos élèves et avons espéré que cela suffirait à les occuper pendant les séances de l’enseignement à distance. Entre les appels, les réunions et les cours à distance, nous aidions nos propres enfants à faire leurs travaux scolaires. Nous allions chercher des collations, embrasser les bobos, faire la lessive, chercher des fournitures, préparer tous les repas et essayer de faire en sorte que tout se passe bien pour notre famille. Nos propres enfants ont parfois dû faire marche arrière, car le portail des enseignants était toujours rempli de courriels auxquels il fallait répondre et de devoirs à corriger.

Beaucoup d’entre nous se sont sentis épuisés par l’enseignement à distance — physiquement et émotionnellement — comme si nous avions échoué à la fois avec nos élèves et avec nos propres familles parce qu’il n’y avait tout simplement pas assez de temps pour s’occuper de tout le monde. Nous faisions la course tous les jours et nous nous sentions souvent coupables de ne pas faire assez.

Tout le monde est convaincu que les enseignants sont vraiment utiles, et qu’ils assurent une mission remarquable, et regrettent désormais de les avoir dénigrés par le passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page