Coronavirus

Coronavirus: 5 idées pour maintenir des relations avec vos élèves

À cause de Covid-19, les enseignants ne sont plus dans les salles de classe avec leurs élèves. C’est pourquoi ils doivent inventer de nouveaux outils pour faire travailler leurs élèves. Leurs initiatives sont appréciées par les élèves et les parents. En effet, ils font plus d’efforts pour le suivi des cours en période de confinement, et varient les modalités pédagogiques pour faire travailler les élèves à distance et les garder plus motivés.

Actuellement, les élèves passent par des émotions négatives. Ils peuvent éprouver du découragement. Ils peuvent penser aussi que ça ne sert à rien, car ils se sentent en situation d’échec. La semaine dernière, le ministre de l’Éducation du Québec, Jean-François Roberge, invitait les enseignants à communiquer avec leurs élèves. Maintenant, comment les enseignants peuvent-ils garder contact avec leurs élèves ?

Voici 5 choses simples que les enseignants, peuvent faire pour communiquer avec leurs élèves, les soutenir et pourquoi pas, renforcer leurs relations malgré la distance :

1.  Dire bonjour fréquemment.

Dire bonjour à ses élèves, c’est les reconnaître, les accueillir, leur manifester de l’estime, et leur donner une place dans votre paysage. Dire un vrai bonjour nécessite de prendre quelques instants pour penser à vos élèves.

Pour les enfants ayant accès à l’Internet, de simples vidéos quotidiennes où l’élève voit l’enseignant et ce sens de la connexion est important à maintenir. Pour les élèves sans connexion Internet, l’enseignant peut les appeler par téléphone. Sans oublier de les appeler par leurs prénoms pour leur affirmer que la distance n’empêche pas les sentiments.

2.  Produire un journal de confinement.

Les élèves passent des moments difficiles, car l’isolement a des effets négatifs sur le moral. Donc, pour éviter que les premiers effets se ressentent, l’enseignant peut utiliser certaines occasions d’écriture pour que les élèves puissent exprimer leurs pensées, leurs sentiments, leurs peurs et leurs questions dans un format créatif de leur choix.                    L’enseignant peut utiliser Seesaw ou d’autres plateformes pour partager les productions de ses élèves. Ils écrivent des articles, depuis chez eux ; l’enseignant modère leur production. Après relecture, vous pouvez les partager avec d’autres groupes, ou les rassembler dans un webjournal à diffuser.
Une bonne idée pour garder le contact, s’exprimer et partager cette expérience inédite de confinement avec ses élèves via un journal de classe.

3.  Activité « Interviewe tes camarades »

L’enseignant demande à un élève de préparer à l’avance  une série de questions (sport, loisirs, activités pendant le confinement, etc.). Il lui confie la tâche de se connecter avec un camarade de classe. Ensuite, il rédigera un petit rapport de cette conversation. Ils peuvent décider de la façon dont ils souhaitent s’inscrire : e-mail, SMS, Skype ». Ces questions-réponses offrent aux apprenants un grand plaisir de s’exprimer, tandis que la connaissance plus approfondie de leurs camarades garantit le succès et l’efficacité de leurs communications. Cette astuce aidera les élèves à oublier leur peur et leur timidité.

4.  Inclure les parents.

L’enseignant peut demander également aux élèves d’inviter un parent en ligne, donnant aux adultes l’occasion de poser des questions, d’exprimer des préoccupations ou de demander des conseils.

Les parents vont raconter comment ils vivent le confinement avec leurs élèves, et comment ils assurent le suivi scolaire.

Les enseignants peuvent se connecter également aux familles par courriel, réseaux sociaux ou d’autres plateformes.

5.  Aider ses élèves à gérer leur stress.

Les mesures actuelles de restrictions provoquent beaucoup d’angoisse, de contrariétés, de frustrations, d’interrogations et d’incertitudes. Les enseignants doivent mettre en place un espace de discussion où chaque élève peut poser des questions sur les cours et les devoirs, et parler de ce qui est difficile pendant le confinement.

Le mieux est de normaliser leurs émotions, leur dire qu’il est normal d’avoir peur, qu’il est normal de se poser des questions ou encore d’avoir envie de retourner à l’école retrouver ses amis. Et répondre à leurs questions au fur et à mesure qu’elles leur viennent à l’esprit, leur dire qu’ils n’hésitent pas à en poser. Si vous n’avez pas la réponse à l’une d’entre-elles, osez répondre que vous ne savez pas et que vous allez vous renseigner. 

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer