Méthodes pédagogiques

La pédagogie coopérative Freinet

La pédagogie coopérative Freinet contribue activement à la socialisation et à la solidarité grâce à son organisation coopérative. Elle permet à l’enfant d’entrer en contact avec la réalité du monde au 21e siècle à l’aide de différents outils tels que le texte libre, la correspondance, l’impression, le magazine scolaire. , les rapports scientifiques, les outils audiovisuels ainsi que l’utilisation critique des nouvelles technologies de communication et de production. C’est une méthode qui assure la libération de toute l’énergie créatrice et le respect du patrimoine culturel des élèves comme des enseignants. Alors, qu’est-ce que la pédagogie coopérative Freinet ? Et quels sont les principes clés de cette pédagogie alternative ?

Pédagogie Freinet : définition

La pédagogie coopérative Freinet lie sa théorie à une volonté de transformation sociale et estime qu’une «autre éducation» doit permettre l’émancipation des classes populaires. Elle choisit donc délibérément de s’implanter dans l’enseignement public, et/ou dans des quartiers défavorisés, et recourt à des pratiques visant à acquérir l’esprit critique, la coopération ou la capacite à mettre en œuvre ses projets.

Face aux difficultés d’apprendre, Célestin Freinet remet en question les façons d’enseigner et non les capacités des enfants. Il expérimente des pratiques fondées sur le travail à partir des intérêts et des questionnements de l’élève, sur le plaisir d’apprendre, sur la pédagogie active et alternative (faire et non écouter), sur la pluridisciplinarité, le respect des rythmes de l’enfant, l’autoévaluation et la responsabilisation. Célestin Freinet se considère comme un enseignant et un éducateur. Il veut enseigner des savoirs savants. Mais aussi des savoir-faire et des savoir-être. Il veut favoriser l’épanouissement de toutes les facettes de la personne, la créativité, les capacités d’expression, la confiance et l’estime de soi.

Les principes de la pédagogie coopérative Freinet

  • Les classes Freinet se basent sur le travail à partir des intérêts des enfants. Et sur la réalisation de projets qui permettent de fonder les apprentissages sur des situations ≪vraies≫ . Et, ainsi, de donner du sens aux savoirs. L’apprentissage de l’écriture et des mathématiques préscolaire se développe dans des situations de communication réelle: journal, correspondance…
  • Dans les classes Freinet ou de Pédagogie institutionnelle, notamment, l’autorité n’émane pas de l’enseignant. Mais du groupe classe qui prend les décisions par le biais d’un ≪conseil≫.
  • La pédagogie coopérative Freinet favorise, bien plus que le système standard, l’esprit critique, la capacite à s’exprimer, à monter des projets, à prendre des responsabilités collectives.

En un mot, elle forme des citoyens capables d’une contestation active de la société. D’autre part, si de tels établissements fonctionnaient correctement (avec des élèves et des moyens ordinaires et en nombre suffisant, afin que leurs résultats ne soient pas attribuables aux conditions de l’expérience), cela signifierait que la réponse aux difficultés actuelles de l’école est d’ordre pédagogique, et non d’ordre quantitatif, et que c’est donc la structure du système éducatif qu’il faut transformer.

Ces deux explications contribuent sans doute à expliquer le faible développement des écoles différentes. Pres de cent cinquante ans après son développement, le mouvement de l’école ≪nouvelle≫ dérange toujours…

Dans une classe Freinet…

  1. Les acquisitions se font essentiellement par la participation à des projets incluant une communication vers l’extérieur : correspondance, journal, écriture d’une pièce de théâtre…
  2. La journée prévoit une alternance de temps de travail individuel et collectif. Le travail individuel sur le matériel auto-correctif est au service des projets: sa place est secondaire.
  3. Les échanges, la coopération et le travail en groupe occupent une place centrale.
  4. Freinet juge les aménagements du matériel Montessori artificiels et prône la présence d’outils réellement utilisés dans les activités quotidiennes.

Par exemple, les enfants apprennent le calcul en gérant les bénéfices de la vente de leur journal scolaire. Ils comptent de vraies pièces, dans une situation de vente réelle.

  1. La pédagogie coopérative Freinet est fondée sur l’ouverture sur l’extérieur. Par exemple, visite d’une ferme, plantations dans un jardin ouvrier, sorties, enquêtes…

Vous pouvez consulter : les 5 piliers de la pédagogie Freinet

Conclusion

La pédagogie coopérative Freinet a utilisé différents outils. Par exemple, les journaux de classe, l’expression libre, la correspondance scolaire, le journal de l’école. Il y a aussi les bibliothèques de travail, la coopérative, les enquêtes sur le terrain, l’assemblage de la classe ainsi que les fichiers auto-corrigés.  Freinet pense que les enfants jouent parce qu’ils n’ont pas le droit de travailler. Par conséquent, un environnement d’apprentissage optimal devrait permettre aux enfants d’observer et de participer aux travaux des adultes. Autant la méthode coopérative de Freinet présente de nombreuses perspectives susceptibles de transformer le système éducatif, elle a aussi ses propres défis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page