Science Pédagogie

La pédagogie de l’écoute : définition, sens et piliers

La pédagogie de l’écoute consiste à aider les enfants et les adultes à chercher du sens et de la compréhension dans ce qu’ils font, ce qu’ils rencontrent et ce qu’ils vivent. L’écoute des théories des enfants renforce la possibilité de découvrir comment les enfants pensent et comment ils s’interrogent et développent une relation avec la réalité.

Qu’est-ce que la pédagogie de l’écoute ?

Dans le domaine de l’éducation de la petite enfance, la question de l’écoute des jeunes enfants a suscité un intérêt constant de la part des chercheurs (Dahlberg & Moss, 2005 ; Lansdown, 2005 ; Rinaldi, 2006). Dewey (1916) a suggéré que l’écoute englobe l’art de la communication. Elle génère la participation des gens dans le but de créer du sens et de briser les barrières sociales. La notion de pédagogie de l’écoute est apparue pour la première fois dans l’approche Reggio de l’éducation de la petite enfance, reconnue dans le monde entier.

La pédagogie de l’écoute se concentre sur l’écoute attentive des enfants et de leurs théories afin de comprendre comment les jeunes enfants pensent et comment ils établissent des liens qui ont un sens pour eux. 

Dans ce contexte, la pédagogie de l’écoute est liée à l’enseignement et à l’apprentissage dans la mesure où elle implique la recherche par l’enfant et l’adulte de sens et de compréhension par le biais d’approches basées sur des projets, combinées à une écoute attentive de l’autre (Rinaldi, 2001). La croyance de Reggio Emilia en une pédagogie de l’écoute donne lieu à une méthodologie d’apprentissage. Il s’agit d’un processus évolutif par lequel les enseignants développent des théories sur les enfants et leurs idées par le biais du dialogue collégial, du partage et de l’écoute.

Le sens de l’écoute

L’écoute doit être sensible aux modèles qui nous relient aux autres. Notre compréhension et notre propre être ne sont qu’une petite partie d’une connaissance plus large et intégrée qui maintient l’univers ensemble.

L’écoute doit être ouverte et sensible au besoin d’écouter et d’être écouté, ainsi qu’au besoin d’écouter avec tous nos sens, non pas seulement avec nos oreilles.

Cette compétence doit reconnaître les nombreux langages, symboles et codes que les gens utilisent pour s’exprimer et communiquer.

L’écoute de soi, « l’écoute interne », nous encourage à écouter les autres. Mais, en retour, elle est générée lorsque les autres nous écoutent.

L’écoute en tant que temps.

Quand on écoute vraiment, on entre dans le temps du dialogue et de la réflexion intérieure, un temps intérieur qui est fait du présent, mais aussi du passé et du futur. Et qui est donc en dehors du temps chronologique. C’est un temps plein de silences.

On génère l’écoute par la curiosité, le désir, le doute et l’incertitude. Il ne s’agit pas d’insécurité, mais de l’assurance que toute « vérité » ne l’est que si nous sommes conscients de ses limites et de sa possible falsification.

L’écoute produit des questions, pas des réponses.

L’écoute est une émotion. Elle est générée par des émotions, elle est influencée par les émotions des autres et elle stimule les émotions.

L’écoute doit accueillir et être ouverte aux différences. On reconnait la valeur du point de vue et de l’interprétation de l’autre.

L’écoute est un verbe actif. Il implique de donner une interprétation. Il donne aussi du sens au message et de la valeur à ceux qui sont écoutés par les autres.

Écouter n’est pas facile. Cela exige une prise de conscience profonde et une suspension de nos jugements et préjugés. Cela exige une ouverture au changement. Mais aussi de valoriser l’inconnu et de surmonter les sentiments de vide et de précarité que nous éprouvons lorsque nous remettons en question nos certitudes.

 L’écoute sort l’individu de l’anonymat (et les enfants ne supportent pas l’anonymat). Elle nous légitime et nous donne de la visibilité. Elle enrichit à la fois ceux qui écoutent et ceux qui produisent le message.

L’écoute est la base de toute relation d’apprentissage. Par l’action et la réflexion, l’apprentissage prend forme dans l’esprit du sujet et, par la représentation et l’échange, devient un savoir et une compétence.

L’écoute se déroule dans un « contexte d’écoute » où l’on apprend à écouter et à raconter, et où chaque individu se sent légitime à représenter et à proposer des interprétations de ses théories par l’action, l’émotion, l’expression et la représentation, en utilisant des symboles et des images (les « cent langages »). Le partage et le dialogue génère la compréhension et la conscience .

Les piliers la pédagogie de l’écoute

La pédagogie de l’écoute est une valeur authentique qui a émergé et non une valeur prévisible. Dans cette pédagogie nouvelle, des sous-thèmes significatifs ont émergé : comment les enseignants ont écouté les enfants ? Comment les enseignants se sont écoutés entre eux  ? Et comment nous avons appris à écouter les autres, ou écoute réciproque ?

L’écoute des enfants par les enseignants

L’écoute attentive des enfants par les enseignants est bien illustrée par les interactions des éducateurs et la documentation des expériences et des idées des enfants. Les changements environnementaux et psychologiques qui ont accompagné la création de nouveaux types d’espaces d’apprentissage ont laissé présager l’écoute attentive qui a suivi. Les phases de l’étude ont entraîné la transformation de l’environnement dans les salles de classe et avec les ajouts des ateliers. L’inventaire des matériaux et l’attention portée à la création d’un espace qui « parle » la culture mohawk sont des éléments qui ont préparé le terrain pour des expériences interactives significatives. 

Au fur et à mesure que les enseignants s’habituaient à travailler avec de petits groupes et se concentraient sur les expériences artistiques, leurs compétences se sont développées en matière d’écoute attentive et tendre, comme en témoignent les exemples suivants : « Elle m’a dit qu’elle avait besoin de temps pour réfléchir à la conversation ». C’était un défi pour elle d’écouter plus de 3 ou 4 enfants à la fois lors d’une activité.

Les administrateurs semblaient également apprécier l’écoute attentive qui se produisait entre les enseignants et les enfants, comme l’a décrit Gail. Il s’agit de réfléchir, documenter, ce qui prend une toute autre signification.. Cela a permis de sensibiliser les enseignants. Ils l’ont dit, surtout pendant nos réunions. Cela les a fait écouter.

Des enseignants à l’écoute les uns des autres

L’évolution des ateliers a coïncidé avec la capacité croissante des enseignants à s’écouter les uns les autres. Cette pédagogie de l’écoute a donné naissance à une véritable communauté de pratiques. Les enseignants ont partagé leurs connaissances et se sont montrés ouverts à la rétroaction.

En plus, il y a des indications récurrentes de travail d’équipe qui sont nées d’une telle écoute attentive : il y a plus de collaboration car les enseignants se sont aventurés ensemble dans ce voyage. Ils ont partagé des idées et pris des notes pour s’en souvenir.

L’écoute réciproque

Les projets culturels à long terme ont montré comment l’enfant et l’enseignant interagissent dans le cadre d’une pédagogie de l’écoute réciproque. Ce sous-thème est apparu en raison de la force révélée par l’écoute mutuelle et communautaire entre tous les participants.

La pédagogie de l’écoute nécessite la valeur de l’écoute. Il s’agit de s’approprier ses convictions personnelles et professionnelles, de les révéler. Et ensuite de prendre le temps de comprendre qu’il peut y avoir des différences d’interprétation de ce qui est valable et de ce qui compte comme connaissance. Et donc d’être responsable de l’action et de l’évolution dans des directions différentes.

Sources :

  • SHERYL SMITH-GILMAN, Developing a Pedagogy of Listening: Experiences in an Indigenous Preschool, McGill University, Canada, volume 12, Issue 2, 345–355, 2018
  • Rinaldi, C. (2006). In dialogue with Reggio Emilia: Listening, researching and learning. NewYork : Routledge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page