Méthodes pédagogiquesScience Pédagogie

La pédagogie de projet: définition, étapes et exemples

Le concept de pédagogie de projets ne date pas d’hier. En effet, de nombreux pédagogues se sont penchés sur ce concept dès la fin du 19e siècle. La pédagogie de projet a été inspirée des travaux de John Dewey (1859-1952), philosophe et pédagogue américain, qui est basée sur une action organisée vers un but précis ; appelée aussi « Learning by doing ». C’est-à-dire apprendre en faisant (1929). Par ailleurs, Dewey a remarqué que l’enseignement théorique donne peu de résultats par rapport à l’enseignement pratique. Pour lui, le penser et le faire sont inséparable. Depuis plusieurs années, la pédagogie de projet est devenue une pratique quotidienne dans l’enseignement primaire, secondaire et supérieure. Elle est très essentielle pour l’amélioration de la motivation des élèves.

1. Qu’est ce que la pédagogie de projet ?

Le mot ≪projet≫ est souvent employé dans des contextes qui correspondent très peu à ses caractéristiques. Ainsi, il semble essentiel de poser la question suivante: qu’est-ce que la pédagogie de projet ?

Cette appellation réfère à un modèle d’enseignement issu du courant socioconstructiviste. C’est un processus ou une démarche qui mène à une communication ou à une action. En effet, les élèves se fixent d’abord un but commun; ils anticipent ensuite la démarche, les moyens et les opérations et ils avancent progressivement vers une production ou une action. En d’autres termes, c’est une approche pédagogique au sein de laquelle l’enseignant est un médiateur entre l’élève et les savoirs. L’élève, durant la démarche de projet, construit activement ses savoirs en interaction avec les autres élèves et l’environnement.

Il apparait que la pédagogie de projet est un modèle d’enseignement qui engage l’élève dans l’acquisition de connaissances, la construction de savoirs et le développement de compétences. L’élève est invité à se fixer un but et à avancer, conjointement avec ses pairs, dans un temps déterminé et grâce à l’accompagnement de son enseignant, vers la réalisation d’une production concrète qui sera présentée, à la fin de la démarche, à un auditoire préalablement sélectionné. La pédagogie par projet doit donc fournir l’occasion à l’élève de se fixer un but, de faire des choix, d’adopter une attitude de recherche, d’explorer, de discuter et de collaborer avec ses camarades pour réaliser et présenter une production concrète.

C’est une forme de pédagogie active dans laquelle l’élève est acteur du projet. De plus, elle permet à l’élève de réaliser des projets concrets. C’est-à-dire,  l’élève peut s’impliquer et jouer un rôle actif, qui peut varier en fonction de leur moyen et intérêt.  Dans la pédagogie de projet, l’élève est associé à l’élaboration des savoirs. En d’autres termes, il essaie de donner du sens aux apprentissages en réalisant d’une façon concrète un projet pédagogique.

En bref, la pédagogie de projet est une forme de pédagogie dans laquelle l’enfant est associé de manière contractuelle à l’élaboration de ses savoirs. Cependant, cette méthode n’est pas facile à appliquer. De plus, elle vise à mobiliser les compétences transversales des élèves. Aussi, Elle cherche à familiariser les élèves à la complexité du monde actuel, tout en les aidants à construire un projet personnel et professionnel.

2. Les principes de la pédagogie de projet

L’apprentissage par projets repose sur différents principes qui en dictent l’essence :

✔ Participation active et responsable de l’élève

Un projet s’appuie sur une participation active et responsable de l’élève. La pédagogie par projets s’inscrit indéniablement dans une perspective socioconstructiviste, centrée sur l’apprenant.  L’élève est actif dans ses apprentissages et il en est responsable. Il se questionne, explore, cherche, lit, discute avec ses pairs, expérimente, synthétise, etc. L’enseignant le questionne et l’accompagne, mais se retient de lui offrir des solutions ou des réponses. L’élève contrôle sa démarche et son produit final.

✔ Signifiance pour l’élève

Un projet est signifiant pour l’élève et le rejoint dans ses dimensions cognitive et affective. L’élève est amené, dans la démarche de projet, à préciser ses champs d’intérêt. Il doit se positionner face à un sujet particulier ou à un sous-thème émanant de ce sujet. L’exercice de choisir permet à l’élève d’explorer des avenues qui l’intéressent, le motivent sur le plan affectif et le stimulent sur le plan cognitif. L’enseignant, s’il sélectionne lui-même le thème du projet, s’assure d’avoir préalablement sonde les intérêts des élèves. Il doit toutefois se garder de tout décider. Une fois le sujet choisi et présenté aux élèves, il doit faire un effort particulier afin de réserver, à l’intérieur du projet, des espaces pour que l’élève puisse exercer son pouvoir décisionnel (ex. : choix du sous-thème à étudier, choix des partenaires de travail, choix de la démarche, choix du produit final, choix du mode de communication, etc.). Le projet est ainsi signifiant pour l’élève puisqu’il répond à ses intérêts et à ses besoins.

✔ Démarche ouverte

Un projet s’appuie sur une démarche ouverte qui se déroule en plusieurs phases; il s’inscrit dans le temps. Le projet ne doit pas être entièrement planifié par l’enseignant, du début a la fin. Il peut être spontanément déclenché par un événement, un intérêt particulier d’un élève, une lecture, etc.

Les auteurs s’entendent sur le fait qu’un projet contient au moins trois phases : une phase de planification, une phase de réalisation et une phase de communication et d’intégration. Ces étapes ne sont toutefois pas linéaires ; les embuches rencontrées nécessitent parfois des va-et-vient entre les phases. Le projet doit donc obligatoirement s’inscrire dans le temps et ne peut habituellement pas ≪ se faire en quelques jours seulement≫. En effet, un projet, selon sa nature, peut se dérouler sur quelques semaines ou quelques mois et même s’étaler sur toute une année.

✔ Collaboration et coopération de l’élève

Un projet se réalise grâce à la collaboration et à la coopération entre les élèves. Pour permettre le développement intégral de l’élève et répondre aux orientations des programmes de formation et aux principes du courant socioconstructiviste dans lequel il s’inscrit, la pédagogie par projets adopte habituellement une démarche de coconstruction des savoirs. L’élève est amené à collaborer et a coopérer avec ses pairs. Les élèves vont se donner un but commun, se partager les taches et contribuer ensemble à la réalisation du projet. Au cours de la démarche, les élèves vont alterner entre les périodes de travail collectif, de travail d’équipe et de travail individuel, qui sont toutes orientées vers la poursuite du but commun. Une démarche entièrement individuelle, qui n’est pas exclue de l’approche par projets, ne permettrait pas à l’élève de développer l’ensemble de ses compétences et le priverait de ressources importantes pour la construction de ses savoirs.

✔ Réalisation concrète

Un projet conduit à la présentation d’une réalisation concrète et créative. Ce produit final peut revêtir différentes formes selon l’imagination et la créativité des élèves. Ils peuvent également construire un jeu, faire une bande dessinée, composer une chanson, présenter une saynète, faire une danse, faire un journal, etc. La liste pourrait s’étendre encore, surtout qu’avec les technologies de l’information et de la communication (TIC) les possibilités sont augmentées. Il est important de souligner que le produit final doit, au terme de la démarche, être présenté à un auditoire réel.

Plus un projet s’inscrit dans une démarche authentique, plus il aura de signification et d’impact chez les différentes personnes impliquées.

✔ Développement intégral

Un projet favorise le développement intégral de l’élève, c’est-a-dire l’acquisition et la construction de savoirs essentiels et de stratégies cognitives et métacognitives ainsi que le développement de compétences.

De plus, le travail en projets sans objectifs d’apprentissage, sans finalités pédagogiques, n’est que du bricolage pédagogique. En fonction du sujet choisi, du but fixe, de la nature du projet, des modalités de réalisation et du type de présentation retenu, la démarche de projet permettra à l’élève d’acquérir et de construire différents savoirs essentiels et stratégies ainsi que de développer plusieurs compétences. L’apprentissage par projets est considéré, par plusieurs, comme le modèle d’enseignement par excellence pour favoriser le développement de compétences transversales chez l’élève.

L’apprentissage par projets est un modèle d’enseignement qui s’inscrit dans l’autosocioconstruction des apprentissages. Il se déroule selon une démarche qui comporte plusieurs étapes, allant du choix du sujet à la détermination d’un but jusqu’à la présentation d’une réalisation concrète. Cette démarche demande un investissement important en temps et en effort de la part de toutes les personnes impliquées. Elle permet, par contre, le développement intégral de l’apprenant.

3. Les effets de la pédagogie de projet 

La pédagogie de projet permet à l’élève de développer son autonomie et son sens des responsabilités et également d’accroitre sa motivation. L’élève est au centre de la pédagogie de projet. L’enseignant ne lui dicte pas la démarche à suivre. L’élève doit faire preuve d’initiative et d’autonomie. Il a des choix à faire (que veut-il faire ? où va-t-il trouver l’information ? quelle information est pertinente? Comment peut-il l’organiser? etc.). Il partage, avec les membres de son équipe, la responsabilité de la réussite du projet. Bien que ce partage du pouvoir puisse inquiéter certains élèves, la plupart d’entre eux trouvent la démarche de projet très motivante et s’impliquent pleinement.

4.  Etapes d’un projet  pédagogique 

a- Etape préparatoire

Cette étape permet aux élèves et à l’enseignante de choisir le projet collectif. Elle vise entre autres a consigner les objectifs et les critères d’apprentissage et de développement, à faire un remue-méninges, à regrouper les idées et à choisir celles qui correspondent au ≪quoi≫, au ≪pourquoi≫, au ≪pour qui≫, au ≪comment≫ et au ≪quand≫ du projet. L’étape préparatoire est réalisée collectivement et sous la gouverne de l’enseignant, grâce à l’élaboration d’un réseau (aussi appelé : carte concept, permet de déterminer les connaissances, les champs d’intérêt et les questionnements des élèves. Ce temps permet aussi aux élèves de regrouper et de catégoriser leurs idées. Il favorise l’émergence de projets. De plus, il permet aux élèves de former des équipes en fonction d’un intérêt commun.

b- Etape de réalisation

Lors de la réalisation du projet, les élèves ébauchent un plan de travail, se partagent les taches et collectent des données. Ils vont ensuite traiter l’information (la comparer, la sélectionner, l’interpréter, etc.). Ensuite, les élèves sont amenés à restructurer et à synthétiser les données retenues en les organisant en un tout cohérent. Finalement, lors du temps de communication et d’action, les élèves présentent leurs résultats (le produit final) et leur démarche (comment ils ont procède). Des discussions et des échanges suivent, ce qui permet à chacun d’évaluer et d’intégrer ses apprentissages. Ces discussions débouchent parfois sur une production collective ou un nouveau projet.

c- Etape d’évaluation

Lors de l’étape d’évaluation, les élèves et l’enseignant décident des réussites et des améliorations collectives, d’équipes et individuelles à retenir pour un projet collectif ultérieur. Finalement, chaque élève sélectionne des documents à insérer dans son portfolio avec le bilan du projet.

Lire aussi : Les étapes d’un projet de classe

5. Techniques et méthodes de pédagogie de projet

Pour assurer le bon déroulement de la démarche de projet, l’enseignant peut recourir à différentes techniques d’intervention.

Questionnement

La technique la plus importante dans le cadre de la pédagogie de projet est sans aucun doute le questionnement. Dans son rôle de médiateur, l’enseignant doit éviter de fournir des réponses à l’élève ; il doit chercher plutôt à le questionner pour l’amener à progresser dans sa démarche et l’aider à surmonter les difficultés qui se présentent.

Savoir questionner efficacement est tout un art. Mentionnons simplement ici que l’enseignant  aura recours à des questions ouvertes qui amèneront l’élève à réfléchir et à solutionner lui-même son problème, plutôt que de suggérer une réponse par un questionnement trop ferme.

Remue-méninges et carte d ’exploration

A plusieurs reprises durant le projet, l’enseignant  peut diriger un remue-méninges afin de faire émerger les idées des élèves et stimuler leur participation et leur motivation. Par exemple, lors de la phase de

préparation du projet, les élèves peuvent être amenés à dresser une

liste de sujets intéressants ou de projets potentiellement réalisables. Ils peuvent également dresser un inventaire des ressources à explorer pour la collecte des données.

L’élaboration d’une carte d’exploration (ou carte concept) constitue une sorte de remue-méninges puisque les élèves sont amenés à partager avec tout le groupe leurs connaissances antérieures sur le sujet. Les idées sont regroupées selon la catégorisation proposée et sont discutées lors de l’élaboration de la carte d’exploration. Certains élèves pourront ne pas être d’accord avec l’une des idées proposées ; des discussions et des échanges pourront suivre, ce qui permettra de clarifier cette idée, d’évaluer sa pertinence et de la situer par rapport aux autres idées de la carte concept. Le débat autour de ces idées pourra également amener les élèves à dresser une liste de questions qui seront élucidées au cours du projet ou encore qui pourront mener à un nouveau projet.

Échanges et discussions

Les échanges et les discussions, que ce soit entre un élève et son enseignant, entre deux élèves, entre les membres d’une équipe ou au sein du groupe-classe, permettent de faire avancer le projet. Ils peuvent également donner lieu à des conflits cognitifs nécessaires à l’apprentissage et, éventuellement, aider les élèves à les résoudre. Il est certain que les discussions sont au cœur de la démarche de projet; l’enseignant devra par conséquent faire preuve de tolérance face au bruit.

Vote ou consensus

L’enseignant peut utiliser le vote pour effectuer des choix de groupe-classe. Cette méthode offre l’avantage d’être rapide. Elle est également mieux adaptée aux jeunes élèves et facilement utilisable avec eux. L’enseignant peut recourir au consensus pour prendre des décisions collectives. Ainsi, lorsque le groupe-classe doit faire des choix, l’enseignant peut animer une discussion dont le but est d’amener les élèves à trouver une solution qui conviendra à tous. Les élèves vont proposer des idées, exposer les pour et les contre, argumenter, tenter de convaincre, analyser et éliminer des options pour finalement en venir à un consensus.

6. Exemples de pédagogie de projet

a- projet de classe maternelle

  • Un exemple de projet d’école autour de l’environnement. Ce projet présenté par l’académie de Nancy-Metz propose différents aspects de l’engagement pour l’environnement.
    En effet, ce projet est décliné en 6 actions tout au long d’une année scolaire pour des élèves de cycle 1 :
    1. Une opération « Nettoyons la nature. »
    2. Un défi « une semaine à la maternelle sans poubelle »
    3. Une action Récup’art.
    4. Une action autour de la préservation de notre planète.
    5 Un défi « Trier, c’est gagné ! »
    6. La biodiversité.

b- Projet de classe primaire

– Créer un journal scolaire

Tout d’abord, le journal scolaire est essentiellement un projet de communication. Aussi, le projet pourra intégrer des apprentissages de certains autres programmes disciplinaires.

– Roman photo

La création d’un roman photo se prête particulièrement bien à la pédagogie de projet. En effet, vous pourrez ainsi vous inspirer de l’expérience des enseignants de français qui présentent des projet de création des romans policiers sous forme de roman-photo .

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer