Science Pédagogie

La pédagogie et la didactique : définitions claires et simples

La pédagogie et la didactique sont deux mots souvent confus dans le domaine de l’éducation, ils peuvent être légèrement différents tout en étant complémentaires. L’objectif principal de cet article est donc d’analyser le lien entre les deux concepts en utilisant des informations provenant de spécialistes du domaine de l’éducation.

Différence entre didactique et pédagogie

La pédagogie est généralement l’art d’enseigner ou l’exercice de la profession d’enseignant. Selon l’Oxford English Dictionary (2000), la pédagogie est l’activité d’éduquer ou d’instruire. Elle regroupe les activités qui transmettent des connaissances ou des compétences.

Tchoshanov & Knyazeva, (2013) affirment que le mot didactique émane du mot grec « didaskein », qui signifie enseigner ou savoir enseigner.

La didactique comprend une relation triple, appelée le triangle didactique. Ce triangle est composé de l’enseignant, de l’apprenant et du contenu. Chacun de ces composants s’engage activement dans des activités interconnectées. À partir de ces définitions, nous pouvons convenir que les deux concepts impliquent l’enseignement, l’instruction et la connaissance.

La pédagogie : une définition simple, mais complète

Didactique : définition et fondements théoriques

Différence entre instruire et enseigner

Oluokun et Olayanju (2000) affirment que de nombreuses personnes, comme on l’a observé, pensent qu’il n’y a pas de différence entre instruire et enseigner. Selon le Macmillan School Dictionary (2000), le mot « instruction » signifie un énoncé d’une tâche qui doit être accomplie, ou une explication de la façon de faire ou d’utiliser un objet. 

Le même dictionnaire définit un instructeur comme « une personne dont le travail consiste à enseigner une compétence ou un sport ». Il ressort de ces deux définitions qu’il incombe à celui qui instruit de recourir à l’enseignement. Par conséquent, l’instruction relève des efforts d’une personne supérieure en termes de connaissances, de compétences. Ces savoirs et savoir-faire impliquent notamment la planification, la conception, la mise en œuvre et l’évaluation du processus d’enseignement et d’apprentissage au profit des bénéficiaires (apprenants).

Les 5 méthodes d’enseignement en didactique

Histoire de la pédagogie

La pédagogie est l’art d’enseigner. Ce terme a une longue histoire d’utilisation. Étonnamment, le terme a été interprété, à tort, comme désignant l’acte de toute personne supposée bien informée de diffuser des informations aux autres. C’est cette interprétation erronée du terme qui a conduit à la nomination de nombreuses personnes non qualifiées dans le domaine de l’enseignement.

L’enseignement est une activité sérieuse. Il s’agit d’une tâche très difficile et très exigeante, un art de transmettre des connaissances. Il doit prendre en compte les apprenants en organisant délibérément la tâche à apprendre, la ou les méthodes à adopter, le matériel à utiliser et l’évaluation. C’est ainsi que l’ensemble du processus d’enseignement cherche à ce que les interactions soient source d’apprentissage.

Il est courant de dire que « les enseignants naissent » ou plutôt de parler de « l’enseignant né ». Cela parait évident, si les enseignants sont des êtres humains, c’est bien qu’ils sont nés. Salawu (2001) affirme toutefois qu’« un enseignant né », s’il existe, sera plus performant avec une bonne formation. L’enseignement est censé produire un apprentissage. Par conséquent, toute activité d’enseignement qui ne parvient pas à produire l’apprentissage ne doit pas être considérée comme un enseignement. Il peut y avoir des raisons ou plusieurs facteurs qui peuvent empêcher l’apprentissage de se produire. Même si une préparation adéquate est conçue pour une leçon, si la leçon ne conduit pas à l’apprentissage de la part des apprenants. On pourrait alors dire que l’apprentissage n’a pas eu lieu.

Le lien entre la pédagogie et la didactique

On ne peut pas analyser suffisamment le lien entre la pédagogie et la didactique sans mentionner le concept d’apprentissage. Heinich et al (2002) affirment que l’apprentissage est un changement relativement permanent du comportement humain résultant de l’expérience. On utilise l’expression « relativement permanent » pour évoquer l’attente d’un changement de comportement. On s’attend à ce que le changement soit remarqué chez la personne qui a acquis la nouvelle connaissance. Il devrait faire partie intégrante de la personne jusqu’à ce que les connaissances/compétences acquises deviennent en quelque sorte obsolètes, archaïques. Elles ne seraient ainsi plus pertinentes.

La notion de comportement

En plus de ce qui précède, le terme « comportement » indique où mesurer l’acquisition des nouvelles connaissances. Nous ne sommes pas intéressés par le changement physique, mais par le changement d’attitude. De plus, le changement de comportement devrait être le résultat de l’interaction de l’apprenant avec l’environnement plutôt que le résultat de changements biologiques naturels tels que la maturation, la croissance et le développement. Aniemeka (2005) affirme que pour que l’apprentissage ait lieu, l’environnement d’apprentissage doit être suffisamment propice. Il doit être riche en ressources afin de fournir les expériences d’apprentissage nécessaires à l’apprenant pour atteindre les résultats d’apprentissage attendus. L’utilisation de différentes formes de média : les documents audio, visuels, audiovisuels, les modèles, les maquettes, les graphiques, les projections, les non-projections et les objets réels, encouragera un environnement et des expériences propices à l’apprentissage.

Acquérir de nouvelle connaissances

Abimbande (1997) note que l’instruction est un sous-ensemble de l’enseignement. En plus, les enseignants ont recours à la formulation de demandes pour aider les apprenants à acquérir de nouvelles connaissances, compétences. En d’autres termes, l’enseignant peut demander aux apprenants de suivre certaines étapes pour leur permettre d’atteindre un objectif spécifique. Les instructions, si elles ne sont pas habilement conçues, tuent les initiatives des apprenants et encouragent ainsi le dogmatisme. Cependant, dans une tâche où l’on attend un respect strict des règles et des règlements, le recours aux instructions ne peut être exclu.

La connaissance des apprenants comprend le développement biologique, social, psychologique et cognitif des élèves. Elle considère également les questions liées à la dynamique de groupe. Et aussi à l’interaction entre les élèves et à celle entre l’enseignant et les élèves. Connaitre les apprenants c’est aussi prendre en compte leurs problèmes de comportement, la motivation d’apprentissage, les questions d’adaptation et les difficultés d’apprentissage. La méthodologie professionnelle de l’enseignant élargit ces connaissances.

La méthodologie de l’enseignement ou la didactique implique donc la présentation schématique des éléments structurels spécifiques des instructions dans la planification des leçons. Cela comprend les activités de l’enseignant avant la leçon. Et aussi l’organisation du contenu en unités thématiques, la transformation du matériel didactique en connaissances enseignables, la définition des objectifs d’enseignement, l’organisation méthodologique de l’enseignement, la planification du temps et le choix des processus d’évaluation.

La didactique et la pédagogie : résumé

Le lien entre la pédagogie et la didactique est l’ensemble des choix et des actions que l’enseignement mène en amont, en aval et lorsqu’il délivre son contenu. C’est-à-dire, ce processus passe de la planification et de l’organisation didactique aux parcours d’enseignement. Et aussi de l’application des formes d’enseignement et des actions directes de l’enseignant à l’utilisation des méthodes et des aides pédagogiques. Ce processus implique également l’évaluation de l’enseignement sous forme d’évaluation des performances des élèves. Et aussi des objectifs du programme, des principes de base et des techniques d’évaluation.

En plus, Gómez, (2009) dit que le curriculum est la connaissance du programme scolaire pour déterminer les choix conceptuels de l’enseignant. Donc, cela implique le programme, les manuels, les règles et les lois du système éducatif. Et aussi le rôle que les mathématiques jouent dans l’enseignement général. On peut s’accorder sur le fait que le programme d’études est un élément pédagogique. Il concerne l’organisation des activités et des procédures d’enseignement dans la classe. Le but est de motiver et de retenir l’attention des élèves.

Par conséquent, on peut affirmer que l’une des caractéristiques les plus importantes pour être un bon enseignant est d’avoir une très bonne base de connaissance du contenu. Cependant, des études ont tenté de trouver une relation entre le contenu et un bon enseignement. Et bien qu’une bonne base de contenu soit un fondement pour un bon enseignement, ce n’est pas la seule exigence. Kind (2009) affirme que « des performances académiques élevées dans une matière spécialisée ne sont pas un précurseur automatique d’un bon enseignement ». 

En fait, les spécialistes d’une matière sont plus susceptibles de recourir à l’enseignement par le biais d’un processus de transmission des connaissances. Cela ne suffit pas pour qu’un apprentissage profond ait lieu.

Exemple

Les enseignants de sciences exemplaires, comme l’affirme Shulman (1986, 1987), doivent également développer ce qui leur permet de combiner « le contenu et la pédagogie dans une compréhension de la façon dont des sujets, des problèmes ou des questions particuliers sont organisés, représentés et adaptés aux divers intérêts et capacités des apprenants et présentés pour l’enseignement » (Shulman, 1987, p. 8).

Pour conclure, cet article a analysé le lien entre la pédagogie et la didactique. Il utilise des arguments pertinents soutenus par des universitaires.

Sources

Abimbade, A. (1997). Principles and Practice of Educational Technology, Ibadan: International Publishers Limited.

Aniemeka, N.E. (2005). Fundamentals of Educational Technology. Abeokuta: Patev (Nigeria) Publishing.

Ball, D. L., Thames, M. H. & Phelps, G. (2008). Content knowledge for teaching. What makes it special? Journal of Teacher Education, 59(5), 389-407.

Gómez, P. (2009). Learning Processes in pre-service teacher training for secondary school mathematics teachers. Electronic Journal of Research in Educational Psychology, 17(1), pp: 471-498.

Heinich, R., Michael, M., James, D.R., Sharon, E.S. (2002). Instructional Media and Technologies for Learning (7th Edition). Ohio: Pearson Education, Inc.

Heinich, R, Molenda M, Russell J.D and Smaldino, S.E (2002). Instrutional Media and Technologies of Learning (7th Edition). New Jersey: Upper Saddle River.

Kind, V. (2009). A Conflict in your Head: An exploration of trainee science teachers’ subject matter knowledge development and its impact on teacher self-confidence. International Journal of Science Education, 31 (11), 1529-1562.

Macmillan School Dictionary (2004)

Salawu, I.O., Afolabi, A.O. and Taiwo, S.A. (2001). Essential of Educational Technology, Oyo: Kay Blessings Ventures.

Oluokun, O. and Olayanju, O. (2000) An Introduction to Principles and Methods of Teaching,

Lagos: SIB Publishers.

Shulman, L. S. (1987). Knowledge and Teaching: Foundations of the New Reform. Harvard

Educational Review, 57 (1), 1–22.

Tchoshanov, M. & Knyazeva, S. (2013). Engineering of Learning: Conceptualizing e-Didactics. Moscow: UNESCO Institute for Information Technologies in Education.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page