Conseil de carrière

Les 10 qualités intelligentes d’un bon enseignant

3/10. Ils sont conscients de la motivation des élèves

stratégies pour motiver les élèves

Pour que les élèves cherchent à s’améliorer, il faut bien sûr qu’ils soient motivés. Et pour susciter cette motivation chez eux, on doit leur permettre d’agir comme les acteurs principaux ; leur rôle n’étant pas de recevoir de l’information comme dans une activité d’enseignement (par exemple, un exposé), mais de se servir de la matière apprise pour résoudre des problèmes ou encore, d’effectuer les exercices proposés par l’enseignant.

De plus, chaque élève ayant un ensemble d’intérêts différent, chaque élève aura un ensemble de motivateurs différents en conséquence. De nombreux élèves (ou la plupart) pourront concilier leurs propres perspectives et ambitions avec ce qui se passe dans la classe et en tirer la motivation suffisante pour avancer. Malheureusement, certains élèves s’appuieront aussi simplement sur des motivations externes. Le pire, c’est que nous avons tous rencontré des étudiants qui n’arrivent pas à trouver de relation entre ce qui les motive et ce qui se passe dans la classe autour d’eux.

Ces étudiants courent le risque de se désengager complètement. C’est là que l’enseignant principal se doit de connaître chacun de ses élèves pour l’aider à contextualiser le travail qu’il fait et lui permettre de se connecter avec quelque chose faisant partie de son domaine d’intérêt. Les enseignants qui ne peuvent pas aider les élèves à établir cette connexion doivent reconsidérer ce qui se passe. Après tout, quel est le point de travail auquel un étudiant ne trouve aucun intérêt et pour lequel il ne peut faire aucun lien ?

4/10. Ils sont des humains, pas des héros

Oui, tous les professeurs sont des héros. Passons maintenant au-delà de la platitude pour voir ce que cela signifie vraiment. Certains enseignants ont encore du mal à montrer leur vulnérabilité de faillibilité. Ces enseignants dépenseront énormément d’énergie pour cacher le fait qu’ils sont frustrés par quelque chose, qu’ils sont bouleversés ou peut-être même en colère. Pourquoi ? D’autres enseignants sont liés par des logiques internes pour éviter d’admettre « Je n’ai aucune idée de la réponse à votre question ». Mais parmi les qualités d’un bon enseignant est qu’il se connecte véritablement avec les élèves, et n’a pas peur de montrer des émotions en classe, et qui peut admettre en toute humilité qu’il n’estt pas les dépositaires de toutes les connaissances.

Bien sûr, personne ne veut être un professeur rabat-joie en classe, mais quelle meilleure façon d’enseigner l’empathie que de proposer aux élèves quelqu’un avec qui sympathiser lorsqu’ils démarrent une mauvaise journée ? Quelle meilleure façon de favoriser la collaboration et d’enseigner que d’admettre qu’il est normal de ne pas savoir quelque chose et de dire à ce moment-là : « Je ne sais pas, découvrons ça » ?

Page précédente 1 2 3 4 5Page suivante
Bouton retour en haut de la page