Science Pédagogie

Les styles d’apprentissage : Tout ce qu’il faut savoir

Que vous soyez enseignant ou bien encore formateur, vous vous êtes sûrement déjà souvent interrogé sur la meilleure façon d’accompagner vos élèves ou vos étudiants au cours de leurs apprentissages.

En effet, vous avez forcément remarqué que chacun de vos élèves intègre les nouvelles informations que vous lui apportez d’une manière assez différente. Cette capacité à apprendre, que l’on peut aussi nommer le style d’apprentissage des apprenants, varie ainsi selon les individus. Nous allons donc essayer de comprendre ensemble ce qu’est un style d’apprentissage et surtout en quoi cela peut influencer votre façon d’enseigner.

Définition du style d’apprentissage 

Le style d’apprentissage est en fait une théorie selon laquelle il existerait différentes façons d’acquérir des connaissances pour les élèves. Il faudrait donc tenir compte de ces spécificités pour pouvoir accompagner chaque élève au mieux dans ses apprentissages.

Cette hypothèse est apparue dans les années 1970, dans les pays anglo-saxons, et elle a ensuite beaucoup influencé le système éducatif dans le monde entier. Cependant aucune étude n’a vraiment réussi à valider scientifiquement le concept de styles d’apprentissage. Pourtant quand on les interroge, les élèves eux-mêmes semblent bien souvent préférer certaines méthodes d’apprentissage pédagogiques plutôt que d’autres. Il serait donc dommage de se priver de cet outil pour adapter au mieux la méthode d’apprentissage à celui qui va la recevoir.

Les styles d’apprentissage et autres notions

Nous verrons plus loin plus en détail ce que sont les différents styles d’apprentissage. Mais il faut tout d’abord essayer de comprendre les différences qui peuvent exister entre les styles d’apprentissage et d’autres notions assez complexes, mais pourtant souvent très proches et qui se confondent parfois un petit peu entre elles.

En effet, si les styles d’apprentissage correspondent plutôt à la manière dont la connaissance ou le savoir-faire va être acquis par l’apprenant, les profils d’apprentissage eux, renvoient plutôt à une approche un peu plus psychologique sur l’état d’esprit de l’élève au moment où il va commencer un nouvel apprentissage.

Les profils d’apprentissage

On pourrait présenter le profil d’apprentissage comme le comportement que va pouvoir adopter l’élève face à une nouvelle connaissance ou une nouvelle compétence qu’il doit acquérir.

On peut citer ainsi, par exemple, plusieurs profils d’apprentissage comme  :

  • Le profil perfectionniste qui supporte assez mal de faire des erreurs et aura donc peur de se tromper
  • Le profil intellectuel plutôt réservé, mais qui adore apprendre de nouvelles choses
  • Le profil rebelle qui aura tendance à s’opposer par principe à toute autorité
  • Le profil dynamique qui sera actif dans son apprentissage et qui ne craindra pas l’inconnu
  • Le profil aimable qui cherche d’abord à faire plaisir à l’enseignant et qui a donc un grand besoin de reconnaissance
  • Le profil émotionnel qui fait preuve de créativité et d’originalité, mais parfois un peu trop
  • Le profil enthousiaste qui est toujours très positif et prêt à apprendre, mais il faudra parfois savoir canaliser son énergie.

Nous entendons parfois parler également du profil de motivation. Ce dernier consiste à rechercher l’élément qui va stimuler le plus possible l’envie d’apprendre chez chacun de vos élèves.

Cela peut aussi être question de profil de compréhension. Ce dernier va prendre en compte la manière dont un individu est capable de mémoriser un contenu nouveau. Le profil de compréhension se rapproche d’ailleurs assez du style d’apprentissage que nous détaillerons un peu plus bas.

Les types d’apprentissage

Découvrons maintenant à quoi correspondent les différents types d’apprentissage.

Les chercheurs ont démontré l’existence de différents types d’apprentissage suivant le fonctionnement de notre mémoire, mais aussi le rôle joué par l’observation ou l’expérience dans l’acquisition d’un nouveau savoir.

Parmi les nombreux types d’apprentissage existants on trouve notamment :

  • L’apprentissage implicite qui se fait tout naturellement sans que l’apprenant ne s’en aperçoive vraiment, et dont le résultat sera le plus souvent un comportement moteur automatisé.
  • L’apprentissage explicite dans lequel l’élève au contraire est pleinement conscient du fait qu’il est en train d’acquérir de nouvelles connaissances.
  • L’apprentissage associatif qui est un processus qui permet à une personne d’associer 2 stimuli entre eux, ou bien encore un stimulus à un comportement précis attendu.
  • L’apprentissage par habituation ou sensibilisation a lieu lorsqu’un stimulus présenté de manière régulière entraîne finalement un changement de comportement par habitude.
  • L’apprentissage significatif consiste quant à lui en fait à associer une nouvelle information à des connaissances qui ont été préalablement acquises.
  • L’apprentissage coopératif au cours duquel l’élève apprend en collaborant avec ses pairs, mais sous le contrôle de l’enseignant ou du formateur.
  • L’apprentissage par observation ou par imitation au cours duquel l’apprenant observe le comportement d’un individu qui lui sert de modèle, pour pouvoir le reproduire ensuite à l’identique.
  • L’apprentissage par l’expérience, au cours duquel l’élève ou l’étudiant va devoir réaliser par lui-même une action ou une expérience. Il devra ainsi faire plusieurs essais et sans doute commettre des erreurs avant de trouver la solution la plus appropriée au problème posé.

Les modes d’apprentissage

Nous sommes le plus souvent habitués depuis notre plus tendre enfance à suivre des apprentissages par instruction. C’est le cas notamment lorsque nos parents nous imposent des règles, et que nous devons les suivre sans broncher, parce qu’il s’agit d’une règle de sécurité impérative par exemple.

Pourtant il existe en fait 3 modes d’apprentissage bien différents, que l’on pourrait résumer ainsi :

  • Le mode d’apprentissage par instruction se constitue de règles verbales, c’est-à-dire de lois, qu’un enseignant ou un adulte référent nous imposent de suivre. On dit à l’élève exactement ce qu’il doit faire et il doit se contenter d’obéir.
  • Le mode d’apprentissage par observation consiste lui à regarder quelqu’un faire quelque chose. Cette personne va ainsi nous montrer comment faire une action ou encore quel comportement adopter dans une situation précise et nous devrons ensuite reproduire la même action ou le même comportement.
  • Le mode d’apprentissage par expérimentation correspond à une situation dans laquelle l’apprenant devra tester plusieurs possibilités par lui-même, puis il devra éliminer les erreurs et en tirer les conclusions nécessaires sur la bonne méthode à suivre.

Quels sont les différents styles d’apprentissage?

Maintenant que nous avons vu à quoi correspondaient les notions de profil d’apprentissage, de type d’apprentissage et de mode d’apprentissage, revenons donc aux différents styles d’apprentissage en didactique.

Les styles d’apprentissage varient en fait en fonction de l’environnement pédagogique dans lequel ils ont lieu. Ils sont surtout destinés à déterminer les préférences des élèves concernant les supports pédagogiques utilisés, que ce soit dans le cadre scolaire ou dans un autre contexte d’apprentissage.

On peut considérer que ces styles d’apprentissage dépendent en fin de compte de la façon dont un élève va encoder de nouvelles informations, mais aussi de la façon dont il va pouvoir se représenter mentalement une situation nouvelle.

Les styles d’apprentissage prennent donc en compte la manière dont un apprenant va mémoriser le plus facilement possible de nouvelles connaissances.

On peut classer les styles d’apprentissage en 3 grandes catégories, même si certains élèves utilisent parfois plusieurs styles d’apprentissage pour bien mémoriser un nouveau savoir.

Premier type

Le premier style d’apprentissage s’appuie sur la vue. On dira de ces élèves qu’ils sont plutôt visuels, car ils vont enregistrer et mémoriser en lisant ou en regardant une vidéo par exemple. Ce style d’apprentissage s’appuiera donc sur des schémas ou des dessins, et il sera favorisé par le fait que l’élève va écrire lui-même sa leçon.

Deuxième type

Le second style d’apprentissage utilise surtout l’ouïe. On appelle ces élèves les auditifs, parce qu’ils retiennent mieux les choses en écoutant quelqu’un parler ou en suivant une émission à la radio par exemple. Ce style d’apprentissage s’appuiera donc davantage sur des enregistrements sonores que sur des supports écrits.

Troisième type

Enfin, le troisième style d’apprentissage nécessite lui davantage le sens du toucher et on parlera d’une approche kinesthésique. Ce style d’apprentissage permet d’enregistrer et de mémoriser les nouvelles informations par la pratique. Il faudra donc laisser les élèves manipuler du matériel pour mieux comprendre le fonctionnement des choses, et ils pourront par exemple réaliser une maquette.

Les 4 styles d’apprentissage de Kolb

Lorsqu’on évoque les styles d’apprentissage en général, on entend forcément parler des styles d’apprentissage selon le modèle de Kolb.

Ce psychologue américain a conçu en 1984 un modèle de styles d’apprentissage dans lequel il existe trois grands agents qui influenceraient l’apprentissage : la génétique, les expériences de la vie et les exigences de notre environnement.

Même si cette classification a été critiquée, car elle n’a pas été démontrée par la recherche, voyons en quoi elle consiste et comment en tirer profit en tant qu’enseignant.

Parmi les 4 styles d’apprentissage de Kolb, on trouve :

  • Le style divergent qui regroupe les individus qui voient les choses sous un angle différent. Ces élèves aiment travailler en groupe et confronter leurs idées.
  • Le style d’assimilation qui demande une approche plus théorique que pratique. Ces élèves apprécient que les informations soient claires et bien structurées, et ils ont une très bonne capacité d’abstraction.
  • Le style convergent dans lequel les apprenants utilisent leur historique d’apprentissage pour trouver des solutions pratiques aux problèmes rencontrés. Ces élèves aiment les tâches techniques pendant lesquelles ils pourront réutiliser des connaissances déjà acquises.
  • Le style d’adaptateur repose lui davantage sur l’intuition que sur la logique. Ces élèves préféreront travailler en collaboration avec d’autres apprenants pour pouvoir réaliser ensemble des expériences pratiques.

Intérêt pour les styles d’apprentissage

Prendre le temps de connaître et de comprendre les différents styles d’apprentissage permettra aux enseignants de mieux appréhender la manière dont les apprenants se comportent face à un nouvel apprentissage.

Mieux connaître les attentes de ses élèves permet au formateur de s’adresser à chacun d’eux individuellement ou à l’ensemble de la classe en choisissant l’approche la plus adaptée au contexte.

Bien sûr, lorsqu’un enseignant s’adresse à un groupe, il ne peut pas adapter son cours pour qu’il puisse convenir au style d’apprentissage de chaque participant.

Ce serait à la fois une perte de temps et d’énergie pour l’enseignant, et cela ne donnerait pas beaucoup de résultats.

 Mais par contre il est tout à fait possible de donner satisfaction à l’ensemble de la classe ou du groupe.

Il s’agit en fait simplement de s’adapter au « profil d’apprentissage de la classe », en utilisant la méthode dite de saupoudrage. Cela consiste à diffuser le contenu pédagogique en utilisant, en même temps, les 3 styles d’apprentissage présents dans le groupe.

 L’enseignant devra donc varier au maximum les supports et les activités proposées au cours de sa séquence pédagogique, afin que tous les élèves, qu’ils soient plutôt visuels, plutôt auditifs ou plutôt kinesthésiques puissent comprendre et mémoriser les nouvelles informations apportées par l’enseignant.

Dans les cas où l’enseignant ou le formateur propose un accompagnement personnalisé à un élève en particulier, alors identifier le style d’apprentissage qui lui convient le mieux permettra de gagner en temps et en efficacité. C’est aussi un moyen pour le formateur de se mettre à la place de cet élève afin de pouvoir mieux réexpliquer une notion qui n’a pas été comprise, tout en tenant compte du style d’apprentissage qui correspond à cet élève en particulier.

En conclusion

Maintenant que vous avez mieux compris ce que sont les différents styles d’apprentissage et comment cette prise de conscience peut améliorer votre enseignement, il ne vous reste plus qu’à mettre tout cela en pratique.

Il est en effet regrettable que le système éducatif dans notre pays ne tienne généralement pas vraiment compte de l’existence de ces différents styles d’apprentissage.

En France, on a souvent tendance à accorder plus de valeur à la phase de conceptualisation et de théorisation plutôt qu’à la phase de recherche par exemple.

Mais en passant peu de temps sur l’expérimentation, on risque alors de favoriser toujours les mêmes étudiants, c’est à dire les plus théoriques, au détriment des élèves plus pragmatiques.

Gardez donc toujours à l’esprit que pour offrir les meilleures chances à tous vos élèves, il faudra sans cesse penser à employer tous les styles d’apprentissage et bien prendre garde surtout de n’en oublier aucun !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page