Article invitéMéthodes pédagogiques

Apili, apprendre à lire grâce à l’humour

Dans mon activité d’orthophoniste, je prends en charge des enfants qui présentent des difficultés variées : troubles du langage, dyslexie, dysorthographie, dyscalculie…

Mon métier est basé sur les relations humaines et c’est ce qui me plaît avant tout.

La naissance d’Apili

Alors que j’étais tout jeune orthophoniste, je me suis trouvé face à des enfants démotivés face à la lecture. 

A l’époque, je n’avais que peu d’expérience et me demandais comment j’allais pouvoir aider ces enfants, présentant d’importants troubles d’apprentissage.

C’est alors que je leur ai proposé des phrases amusantes à lire.

J’utilisaisla méthode « bien lire aimer lire » de Madame Borel Maisonny (une des fondatrices de l’orthophonie en France).

Je transformais les phrases du livre en phrases humoristiques. Je proposais aux enfants les gestes de cette méthode que je trouvais très efficaces, en particulier pour ceux en grande difficulté.

C’était tout simple, mais pour mes jeunes patients ça a vraiment tout changé.

Certains essayaient même de lire à l’envers ce que j’étais en train d’écrire tellement ils étaient impatients de lire mes phrases !

J’avais trouvé une façon de les rendre très motivés .

Les années suivantes

J’ai continué à utiliser l’humour avec mes jeunes patients pendant des années.

Ce n’est que bien plus tard que j’ai décidé d’en faire une vraie méthode qui puisse servir à tous.

Mon objectif était clair : créer la meilleure méthode francophone, la plus attrayante et motivante pour les enfants.

 Je voulais que la méthode permette à tout lecteur adulte d’aider un enfant à apprendre à lire. J’y ai donc ajouté tous les conseils que je donne aux parents dans mon cabinet.

Ces conseils sont signalés par des pictogrammes.

Quel type de méthode pour Apili ?

M’appuyant sur les ouvrages de Stanislas Dehaene, neuroscientifique français reconnu, j’ai pu déterminer la progression idéale de ma méthode.

Pour moi, cela ne faisait aucun doute, Apili serait une méthode syllabique.

A cela j’ai ajouté les moyens d’aide les plus efficaces que j’utilise avec mes jeunes patients :

  • Des images de référence pour les lettres
  • Des bouches pour illustrer l’articulation du bruit que font les lettres
  • Des gestes pour les enfants qui font appel à la mémoire kinesthésique (mémoire corporelle)

Et bien sûr l’humour !

       L’humour n’est pas un simple artifice qui permet d’apprendre en s’amusant. Il a de très nombreuses vertus !

Il stimule :l’attention, la motivation la mémorisation, la communication, la sociabilisation, les activités cognitives (images mentales, créativité, intégration des concepts), la curiosité

De plus, il diminue le stress et soulage les tensions !

2019, découverte d’un grand artiste : Rémy Tornior

Début 2019, je suis tombé sur cette image de Rémy Tornior.

Je suis tombé sous le charme de ses illustrations et j’ai contacté Rémy qui a été enthousiasmé par le projet. Les choses se sont accélérées et en quelques mois, Rémy a fait un travail remarquable.

Frédérique Hérin, mon amie graphiste, s’est occupée de la mise en page afin d’en faire un livre unique et attrayant.

En février 2020, nous avons pu assister à l’impression des premiers exemplaires, à Gand, en Belgique.

 C’était un grand moment après 6 ans de travail, de difficultés, de doutes.

Présentation d’Apili à mes jeunes patients

De nombreux enfants que je vois en orthophonie me demandaient depuis tant d’années quand mon livre serait terminé.

C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’ai pu enfin leur présenter Apili ! Leurs réactions ont été unanimes.

Pour conclure, voici quelques pages de la méthode.

Si vous êtes intéressé par la méthode Apili, n’hésitez pas à visiter notre page Facebook :

www.facebook.com/apili.fr

Vous pouvez également visiter notre site Internet :

www.apili.fr sur lequel vous pourrez télécharger un extrait gratuit et commander le livre.

Je suis disponible pour toute question, remarque ou suggestion.

Benjamin Stevens

Orthophoniste (logopède) originaire de Liège en Belgique. J’exerce à Soissons depuis 2002, je suis marié à une autre orthophoniste, française, et nous avons deux enfants de 11 et 9 ans. Dans mon activité d’orthophoniste, je prends en charge des enfants qui présentent des difficultés variées : troubles du langage, dyslexie, dysorthographie, dyscalculie…
Bouton retour en haut de la page
Fermer