Science Pédagogie

La pédagogie participative : Comment pratiquer en classe ?

La pédagogie participative est une méthode d’enseignement dans laquelle un espace est fourni aux apprenants pour créer activement leur propre sens par la participation.

La pédagogie participative permet aux apprenants d’être des créateurs en s’engageant activement dans les médias numériques tels que les wikis, les blogs, les réseaux sociaux, les vlogs, les marque-pages sociaux, les récits numériques et les environnements virtuels. Les apprenants deviennent des co-créateurs du programme d’études qui façonnent leur apprentissage par une participation active. L’expérience d’apprentissage est donc la somme de ces multiples perspectives et créations.

La pédagogie participative : définition 

La pédagogie participative est une théorie d’une approche pédagogique ou d’une condition environnementale de l’enseignement démocratique qui représente potentiellement l’idéal de la société démocratique envisagé par Freire et Dewey. Elle engendre un changement de pouvoir, une révision de la hiérarchie au sein des écoles et de la vision théorique de « l’enfant ». 

La pédagogie participative vise à promouvoir les idéaux d’équité, d’égalité et de cogestion dans le but de les modeler efficacement dans nos salles de classe afin qu’ils se reflètent et se répandent dans la communauté scolaire et dans la société en général.

Cette approche participative et active est essentielle à l’éducation globale, car elle peut contribuer à encourager la voix des élèves, l’exploration et l’engagement critique ainsi que l’apprentissage par les pairs. Elle s’éloigne de l’enseignant, seul transmetteur de connaissances, en permettant aux élèves de contribuer à la construction du savoir.

Les principes de la pédagogie participative

Voici quelques principes de la pédagogie participative :

1. La collaboration et la coopération

La collaboration est une philosophie d’interaction. C’est un mode de vie personnel où les individus sont responsables de leurs actions, y compris de l’apprentissage. Ils respectent les capacités et les contributions de leurs pairs.

Dans la collaboration, les groupes modèles assument une responsabilité presque totale, c’est-à-dire chaque membre de groupe a une tache précise, tandis que la coopération est une structure d’interaction conçue pour faciliter l’accomplissement d’un produit final ou d’un objectif spécifique par le biais de personnes travaillant ensemble en groupes.

La pédagogie participative est une méthode d’enseignement dans laquelle les étudiants travaillent ensemble en petits groupes pour s’aider mutuellement à apprendre des contenus académiques ». 

La collaboration ou la coopération est devenue une tendance du XXIe siècle. Le besoin de la société de penser et de travailler ensemble sur des questions d’importance critique a augmenté, faisant passer l’accent de l’effort individuel au travail de groupe, de l’indépendance à la communauté. Malgré les termes, le contexte théorique basé sur la philosophie de la participation est pris en considération dans cette recherche, car cette méthode crée un environnement dans lequel les apprenants et les enseignants, les apprenants et les apprenants enseignent et apprennent les uns des autres de manière équitable en incorporant des principes de centrage sur l’apprenant dans leurs programmes et cursus. 

2. L’élève est le centre d’apprentissage

Cette pédagogie active se caractérise par l’engagement actif, la participation, la construction de connaissances. Et aussi la participation à une expérience d’apprentissage par l’apprentissage collaboratif, le co-apprentissage et les engagements. 

Dans la pédagogie participative, les apprenants sont placés au centre et les processus réciproques entre les apprenants sont donc essentiels pour produire des relations plus nombreuses et plus fortes afin d’exécuter des activités d’apprentissage pour un apprentissage continu en produisant des connaissances, en récoltant des connaissances pour produire plus de nouvelles idées et contribuer à la communauté. Cela favorise l’égalité dans l’apprentissage, permet de surmonter la timidité ou le malaise de discuter en face à face et donne à chaque participant la même chance de s’exprimer.

3. Le travail en groupe

L’approche participative implique des petites équipes hétérogènes. Ils sont généralement de quatre ou cinq membres. Ils travaillent ensemble vers une tâche de groupe dans lequel chaque membre est individuellement responsable d’une partie d’un résultat qui ne peut être achevé que si les membres travaillent ensemble. En d’autres termes, les membres du groupe sont positivement interdépendants. 

La pédagogie participative est une méthode d’enseignement dans laquelle de petites équipes, composées d’apprenants de différents niveaux, utilisent une variété d’activités d’apprentissage pour améliorer leur compréhension d’un sujet. 

Chaque membre d’une équipe est responsable non seulement d’apprendre ce qui est enseigné, mais aussi d’aider ses coéquipiers à apprendre, créant ainsi une atmosphère de réussite. L’idée de participation fait référence à l’action de prendre part à des activités et des projets, et à l’action de partager les activités d’un groupe. Le processus de participation favorise l’apprentissage mutuel. La stratégie d’apprentissage participatif trouve sa théorie de base dans le socio-constructivisme ainsi que dans l’approche de l’apprentissage participatif.

La différence entre la pédagogie participative et traditionnelle

La pédagogie participative vise à faire participer les élèves. Elle les met aux commandes de leur propre éducation. Cela rend l’apprentissage actif et participatif, et l’éducation plus équitable. Parmi les éléments fondamentaux de la pédagogie participative figurent la communauté, la collaboration et la justice sociale. 

La pédagogie participative est issue de la généalogie de l’éducation progressive. Cette dernière remonte à Montessori et Dewey, de la pédagogie radicale (pensez aux méthodes dialogiques de Paulo Freire et à l’accent mis par Bell Hooks sur le développement intellectuel et spirituel des étudiants) et de diverses pédagogies contemporaines et engagées, y compris celles qui sont influencées par les sciences sociales (comme les travaux de Carol Dweck sur la mentalité fixe et la mentalité de croissance).

Cette pédagogie active se base sur l’idée que chacun mérite d’apprendre. Et également que chacun mérite une éducation qui soutient son potentiel. Chaque élève a le droit de réussir. Elle est structurée de manière à favoriser la réussite et l’autonomisation des étudiants. Cela signifie qu’il faut les inclure dans le processus d’apprentissage. Par exemple, en co-créant un plan de cours et des résultats d’apprentissage. 

Enfin, la pédagogie participative renforce une méthode d’autoréflexion. Elle engage les étudiants dans la métacognition. Ce processus oblige les apprenants à réexaminer de manière critique les modes traditionnels d’enseignement et d’apprentissage.

Pédagogie traditionnelle vs pédagogie participative

Contrairement à la pédagogie traditionnelle qui utilise un modèle descendant de diffusion de l’information et traite les étudiants comme des récepteurs passifs de connaissances, la recherche montre que l’apprentissage actif améliore l’absorption d’idées complexes par la pratique

En termes simples, l’idée qui sous-tend la pédagogie active est que le cerveau a besoin de s’exercer en permanence. Il forme de nouvelles connexions neuronales, qui renforcent la prise de décision et, ce faisant, reconnectent le cerveau. Écouter passivement des conférences n’aide pas le cerveau à s’exercer. Mais réfléchir activement aux bonnes ou mauvaises explications et aux chemins à suivre le fait ».

Lorsque nous avons la possibilité de participer, nous apprenons tous mieux. Les recherches sur la valeur de l’apprentissage participatif sont irréfutables. 

Introduction de l’approche participative dans l’enseignement

La pédagogie participative se concentre sur l’apprenant. Elle encourage l’apprentissage par la pratique. En plus, elle utilise de petits groupes, des matériaux concrets, des questions ouvertes et l’enseignement par les pairs. Par exemple, les apprenants utilisent des activités pratiques pour comprendre des concepts mathématiques. Ils peuvent aussi travailler ensemble pour résoudre des problèmes, poser des questions et y répondre. 

La pédagogie participative s’oppose aux méthodologies axées sur l’enseignant. En effet, ces méthodes traditionnelles se caractérisent par le fait que les apprenants restent passivement assis à leur bureau. Ils répondent seulement à des questions fermées et copient au tableau. 

La pédagogie participative et active peut également être utilisée avec les enseignants et les autorités éducatives. Elle les aide à analyser leurs besoins, à identifier des solutions. Et aussi à développer et mettre en œuvre un plan d’action. Dans ces contextes, on peut inclure la participation, la coordination et l’analyse de la communauté.

Un défi majeur dans la création d’un climat de classe pour la pédagogie participative est la mentalité existante de l’enseignant impliqué : sa philosophie éducative et sa vision de « l’enfant » qui influencent ses choix pédagogiques. En outre, la relation de pédagogie participative entre l’enseignant et l’élève nécessite également une certaine reconnaissance par les élèves eux-mêmes de leur propre capacité à participer et de leur responsabilité à s’engager sérieusement.  

Conclusion

La pédagogie participative comprend un ensemble de stratégies et de techniques didactiques. Elle vise à promouvoir un rôle plus actif des étudiants dans le processus d’apprentissage. Cela implique de susciter l’intérêt des étudiants pour les leçons théoriques. L’enseignant encourage les discussions de groupe et les réflexions critiques. Il les implique aussi dans des activités plus pratiques. Le but est de relier les résultats scolaires aux problèmes de la vie réelle. Et également de comprendre l’impact des actions individuelles sur la communauté.

7 commentaires

  1. j’ai trouvé votre guide très utile et je voudrais l’avoir gratuit

  2. Bonjour. Votre document est très intéressant et pertinent. J’aimerais avoir les noms des pédagogies ou auteurs qui ont développé cette approche participative. Et quelles sont les paradigmes qui se sont basés sur la pédagogie participation. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page