Social émotionnel

Phobie scolaire : test gratuit et en ligne

La phobie scolaire est un trouble anxieux qui se manifeste lorsqu’un enfant refuse d’aller à l’école en raison de peurs irrationnelles d’être en danger. Ces craintes sont généralement infondées et disproportionnées par rapport au risque réel de danger. La phobie scolaire peut avoir de graves conséquences sur les résultats scolaires de votre enfant et sur son avenir à long terme. 

La phobie scolaire est généralement déclenchée par une expérience effrayante, comme le fait d’être victime d’intimidation, d’échouer à un test important ou de ne pas se sentir prêt pour la classe. Presque tous les enfants ont vécu une ou plusieurs de ces expériences et continuent pourtant à aller à l’école tous les jours. 

Lisez ce qui suit pour en savoir plus sur ce trouble et sur ce que vous pouvez faire si vous pensez que votre enfant en souffre.

Qu’est-ce qu’une phobie scolaire ?

La phobie scolaire est connue sous le nom de refus scolaire. Il s’agit d’un signe d’anxiété chez les enfants d’âge scolaire et de leur refus d’aller à l’école. Il peut se manifester de plusieurs façons, notamment : 

  • Le fait que les enfants commencent à aller à l’école pour la première fois peut être un signe de refus scolaire. Ce type de phobie se développe à la suite d’une anxiété normale de séparation ou d’un malaise à l’idée de quitter une figure parentale. Ce type de peur se dissipe souvent quelques jours après que l’enfant a commencé l’école. 
  • Les enfants plus âgés peuvent développer des phobies scolaires parce qu’ils craignent vraiment que quelque chose de grave ne leur arrive à l’école. Il peut s’agir d’une brute ou d’un professeur méchant, par exemple. Les peurs de votre enfant peuvent être le résultat d’un certain nombre de problèmes. Il est important de parler avec votre enfant pour déterminer la cause de ses peurs. 
  • Des enfants qui sont vraiment anxieux à l’idée de quitter leurs parents pour aller à l’école. Ils aiment l’école, mais ils sont trop anxieux pour quitter leurs parents et y aller.

Les signes de la phobie scolaire

Il existe plusieurs signes de refus scolaire, et chaque enfant est différent. Votre enfant peut présenter un ou plusieurs de ces comportements : 

  • Votre enfant peut vous dire qu’il se sent malade ou qu’il a mal à la tête, ce qui s’améliore instantanément lorsqu’il est autorisé à rester à la maison. 
  • Votre enfant peut exprimer de la peur ou de l’anxiété à propos d’une circonstance spécifique à l’école, ou il peut refuser de vous quitter. 
  • Il peut refuser de vous quitter en raison de bouleversements récents dans sa vie, notamment : Une nouvelle école, un déménagement récent, un nouveau frère ou une nouvelle sœur, un frère ou une sœur ou un parent malade, un divorce ou le décès d’un membre de la famille. 

Lire aussi : 5 stratégies pour cultiver l’apprentissage socio émotionnel à l’école

Phobie scolaire test

Comment savoir si on a une phobie scolaire ?

Une approche d’équipe est souvent utilisée pour diagnostiquer le refus scolaire. Le prestataire de soins de santé de votre enfant, vous-même, votre enfant, ainsi que les administrateurs et conseillers scolaires en font tous partie. 

Il est important d’écarter tout problème de santé réel avant de décider de traiter le refus scolaire. Un examen physique et des antécédents médicaux complets seront effectués. Il se peut que l’on demande aux responsables de l’école de fournir des informations supplémentaires.

Vous trouverez ci-dessous un test de phobie scolaire :

Phobie scolaire : test gratuit

Si vous ne savez pas si votre enfant a une phobie de l’école ou fait une crise de colère, vous pouvez faire ce test en ligne pour déterminer si vous devez demander un traitement psychiatrique. Votre enfant peut ou non faire une crise de colère ; ce test est conçu pour vous aider à faire le bon choix. 

Il se peut que vous souhaitiez ou non demander l’aide d’un pédopsychiatre après que votre enfant ait passé ce test. Vous devriez consulter un pédopsychiatre dès que possible si votre enfant souffre de phobie scolaire. Plus vous attendez, plus il sera difficile pour votre enfant de retourner à l’école.

Voici 3 tests en ligne de phobie scolaire :

Comment la gérer ?

Chaque enfant est unique, et on traite chaque situation de manière individuelle. Voici quelques-unes des interventions qui peuvent être utilisées pour aider votre enfant. 

De surcroît, le traitement le plus efficace combine une thérapie comportementale et cognitive pendant six mois afin de surmonter certains comportements stressants comme la séparation. La thérapie familiale peut aider à éliminer les problèmes familiaux qui pourraient mettre l’enfant en danger. La thérapie cognitive permet d’apprendre aux enfants à réorienter leurs pensées et leurs actions vers un modèle plus souple et plus assertif.

Nous pouvons traiter les enfants avec des médicaments pour soulager la dépression, la panique et l’anxiété, ou d’autres troubles de la santé mentale. 

Les médecins et les parents doivent évaluer individuellement les avantages et les inconvénients de la prescription de ces médicaments aux enfants, en tenant compte de toutes les variables. 

Quelles conséquences sur la vie de l’enfant ?

Les conséquences peuvent être multiples à long terme tant d’un point de vue scolaire, social ou familial, entraînant en parallèle une grande souffrance émotionnelle pour vous et votre enfant. 

Votre enfant ou votre adolescent risque de se désengager de son cursus scolaire ou d’adopter une certaine rigidité face à sa scolarité. Il a donc un taux d’absentéisme plus important. Cela peut engendrer des difficultés quant à son développement socio-émotionnel. Ce désengagement peut entraîner une déscolarisation avec toutes les difficultés sous-jacentes qui l’accompagnent. Ces complications peuvent être l’isolement social, l’apparition ou accroissement des troubles anxieux ou de dépressions, la désocialisation, des ruptures amicales et affectives, ou encore d’autres troubles psychiatriques. Si votre enfant est adolescent, il risque même, à long terme, de développer des troubles de la personnalité.

De plus, cette phobie peut également avoir des conséquences sur votre vie de famille. Elle peut créer des conflits pour toute la famille, sur la fratrie et dans votre couple. Il est également possible que vous ayez à devoir réorganiser le fonctionnement familial, comme faire un travail à temps partiel pour pouvoir garder l’enfant parce qu’il ne veut pas aller à l’école par exemple.

Toutes ces difficultés cumulées risquent, en plus, d’engendrer des complications supplémentaires pour votre jeune de trouver un emploi. 

Lire aussi : Tout savoir sur le mutisme sélectif

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page