Idées et stratégies

Le projet d’établissement : définition, exemples et démarche

Le projet d’établissement scolaire ou le projet d’école est la déclaration de politique générale d’un établissement sur une durée de trois à cinq ans.

En exagérant un peu le propos, nous pourrions presque dire « autant d’idées, autant de projets », et cela nous dissuaderait vite de chercher à établir quelques distinctions dans les types de projets possibles en apprentissage scolaire.

Le projet d’établissement scolaire n’est pas un document, mais une démarche partagée par, et, selon les textes officiels, élaborée avec, les représentants de la communauté éducative (enseignants, vie scolaire, agents, service médico-social, administration, direction, élèves, parents).

Le projet d’établissement scolaire est inspiré de la pédagogie de projet et exprime la volonté collective et assure la cohérence de ses actions avec ses valeurs et le contexte de l’établissement. Englobant l’ensemble des structures et dispositifs de formation présents au sein d’un établissement, dont on trouvera une liste non exhaustive.

Qu’est-ce que le projet d’établissement ?

Le projet d’établissement scolaire ou d’école détermine les activités propres à chaque établissement sous forme d’objectifs et de programme d’action. Il constitue la feuille de route des changements que l’école entend réaliser pour s’améliorer.

Ces projets revêtent toujours un caractère officiel en ce qu’ils font l’objet de décisions prises par l’instance supérieure dans une école, soit le conseil d’établissement ou le conseil d’administration.

Bien sûr, de tels projets ont, en cours d’élaboration et de réalisation, des ramifications à différents niveaux de l’institution, mais ce sont d’abord les instances qui l’adoptent et qui en assurent le suivi. Un autre aspect caractéristique des projets d’établissement est qu’ils ratissent très large dans les sujets susceptibles de retenir leur attention.

Le projet d’établissement ne concerne donc pas forcément l’enseignement lui-même. Par exemple, un conseil d’établissement pourrait se donner comme projets d’agrandir son parc-école, de réaménager. Il pourrait aussi repeindre l’intérieur de l’école, de mettre sur pied un service de cafétéria pour les élèves, etc.

Tous ces projets constitueraient certainement des projets d’établissement, mais leur impact serait très indirect sur l’enseignement en tant que tel. En cela, ces projets peuvent, selon la volonté et les priorités du personnel approuvées par l’instance de direction, avoir ou non un effet tangible sur la pédagogie pratiquée à l’école.

Il est clair, par exemple, qu’un conseil d’établissement qui déciderait d’investir massivement dans l’achat de matériel informatique à des fins d’enseignement créerait du même coup une onde de choc étendue sur les pratiques pédagogiques en vigueur dans ses murs.

En général, il est d’ailleurs souhaitable qu’il en soit ainsi, c’est-à-dire que les projets d’établissement privilégient autant que possible ce qui est au cœur de la mission des établissements.

Le projet d’établissement

Quelle est la différence entre le projet d’établissement et le projet de classe ?

Les projets de classe sont des projets qui, sur le plan du contenu d’apprentissage, s’appuient sur un dénominateur commun à toute la classe.

Dans une certaine mesure, ils focalisent l’attention des apprenants et mobilisent leur énergie vers une même cible. Par exemple, dans un cours de géographie, tout un groupe-classe pourrait être amené à établir une carte géographique des populations selon leur race, leur religion, leur territoire, leur instruction, leur condition économique, etc.

Certes, on le voit bien ici, un tel projet peut être découpé en différentes parties susceptibles d’intéresser des petits groupes d’apprenants. Il demeure toutefois que le produit attendu est le même pour tous : une carte géographique des populations. On comprend alors qu’une dynamique d’interdépendance et de complémentarité à instaurer aura vite fait de s’imposer aux personnes engagées dans ce projet.

Le bénéfice attendu peut être très manifeste. Mais les obstacles de parcours plus nombreux, chacun ne travaillant pas au même rythme ni avec la même facilité en matière de ressources. Les projets de classe ambitieux méritent d’être encouragés. Mais le danger de « mettre tous ses œufs dans le même panier » est réel. Il faut donc à cet égard, concevoir des projets suffisamment souples et larges. Le but est que la plupart des objectifs de contenu d’un cours puissent s’y insérer efficacement.

Comment mettre en place un projet d’école ?

Une fois que vous avez diagnostiqué votre école, vous et votre équipe de direction (et/ou collègues enseignants) avez identifié vos priorités pour améliorer le niveau de votre établissement scolaire. Cela pourrait comprendre :

La première étape consiste à cerner certains domaines prioritaires. Cela implique un dialogue avec toutes les parties prenantes. Le but est de s’assurer que les priorités choisies correspondent à la vision collective de l’école.

Une fois que vous avez réussi à partager une vision commune et à définir des priorités, l’étape suivante consiste à concevoir un ensemble d’actions et d’étapes. Cela peut apporter le changement que vous voulez. Si l’une des priorités choisies est de modifier la répartition de la journée scolaire, vous devrez peut-être prendre plusieurs mesures, telles que :

  • Identifier deux ou trois options possibles ;
  • Conseiller auprès des enseignants, des élèves et des parents afin de déterminer l’option la plus appropriée ;
  • Décrire l’horaire de cette façon est préférable puis vous donnez le consentement des employés et des parents ;
  • Informer les élèves et décider de la date de la création de la nouvelle organisation. Il est souhaitable que vous confiiez la responsabilité de chaque action à une personne en particulier. Ensuite, établissiez un programme et des critères afin qu’il puisse suivre la performance de l’action.

À lire aussi…

44 idées écologiques créatives pour une école verte

50 idées intelligentes pour l’apprentissage par projet

Sources :

  • ARPIN, L. et CAPRA, L. (2001). L’apprentissage par projets. Montréal : Chenelière/McGraw-Hill.
  • Stéphane Gaston, le projet d’établissement, techno sans frontière novembre décembre 2013

Un commentaire

  1. Bonjour,
    Le covid a eu des percussions négatives sur le comportement en classe de certains élèves.J’aimerai recevoir ce guide .
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page