Gestion de classe

Comment utiliser la roue des émotions en classe ?

Les émotions peuvent être déroutantes ! Mais que diriez-vous si vous pouviez les explorer dans une roue des émotions et creuser plus profondément avec une liste d’émotions simplement puissante ? Le modèle d’émotions de Plutchik fournit un moyen logique de donner un sens aux émotions.

Après des années d’étude des émotions, le Dr Robert Plutchik, psychologue américain, a proposé huit émotions primaires qui servent de base à toutes les autres : la joie, la tristesse, l’acceptation, le dégoût, la peur, la colère, la surprise et l’anticipation.

Ainsi, même s’il est difficile de comprendre les 34 000 émotions distinctes, nous pouvons apprendre à identifier les émotions primaires et à agir en conséquence. C’est particulièrement utile pour les moments de sentiment intense et lorsque l’esprit ne peut pas rester objectif car il fonctionne à partir d’une réponse impulsive de « combat ou de fuite ».

roue des émotions Plutchik

La roue des émotions : définition

La roue des émotions de Plutchik est une infographie qui utilise la roue des couleurs pour illustrer les variations de l’affect humain et la relation entre les émotions. Les applications actuelles de la roue des émotions comprennent la robotique et l’analyse des sentiments.

Le psychologue Robert Plutchik a créé la roue en 2D et une version conique en 3D en 1980 comme outil de compréhension de sa théorie psycho évolutive des émotions. Plutchik a identifié huit émotions primaires qu’il a coordonnées par paires d’opposés : joie contre tristesse, confiance contre dégoût, peur contre colère et anticipation contre surprise.

L’intensité de l’émotion et la couleur de l’indicateur augmentent vers le centre de la roue et diminuent vers l’extérieur. Au centre, la terreur, par exemple, devient la peur puis l’appréhension ; l’extase devient la joie puis la sérénité. Les émotions secondaires sont affichées comme des combinaisons des émotions primaires.

Définition des émotions

Il a énoncé 10 points pour définir les émotions :

  1. Les émotions se retrouvent à tous les niveaux évolutifs des espèces. Elles s’appliquent aussi bien à tous les animaux qu’aux êtres humains.
  2. Les émotions ont évolué différemment chez les différentes espèces et peuvent être exprimées différemment d’une espèce à l’autre.
  3. Les émotions sont une réponse évolutive de survie permettant à l’organisme de survivre lorsqu’il est confronté à des défis environnementaux.
  4. Si les émotions peuvent être manifestées et évoquées par différents mécanismes dans différents organismes, il existe des éléments communs aux émotions que l’on peut identifier chez tous les animaux émotifs.
  5. Il existe 8 émotions de base, primaires.
  6. Les autres émotions sont simplement une combinaison de ces 8 émotions de base ou sont dérivées d’une (ou plusieurs) de ces émotions de base.
  7. Les émotions primaires sont « idéalisées » et leurs propriétés doivent être déduites à partir de preuves, mais ne peuvent être énoncées avec précision dans leur intégralité.
  8. Chaque émotion primaire est associée à une autre qui est son opposé.
  9. Les émotions peuvent varier et varient effectivement en degrés de similarité les unes par rapport aux autres.
  10. Les émotions existent à différents degrés d’intensité.

Les 8 émotions de base que Plutchik a définies sont les suivantes :

  1. La colère
  2. Le dégoût
  3. La peur
  4. La tristesse
  5. L’anticipation
  6. La joie
  7. La surprise
  8. La confiance

Comment lire la roue des émotions de Plutchik ?

Les paires d’émotions de base sont les suivantes :

  • Joie et tristesse
  • Confiance et dégoût
  • Peur et colère
  • Surprise et anticipation

Les émotions de la roue de Plutchik peuvent être combinées comme suit :

  • Anticipation + Joie = Optimisme (son opposé étant la désapprobation)
  • Joie + Confiance = Amour (son opposé étant le remords)
  • Confiance + Crainte = Soumission (son opposé étant le mépris)
  • Peur + Surprise = Effroi (son opposé étant l’agression)
  • Surprise + Tristesse = Désapprobation (son opposé étant l’optimisme)
  • Tristesse + Dégoût = Remords (son opposé étant l’amour)
  • Dégoût + Colère = Mépris (son opposé étant la soumission)
  • Colère + Anticipation = Agressivité (son opposé étant la crainte)

Comment utiliser la roue des émotions ?

Selon Plutchik, les humains éprouvent huit émotions primaires différentes qui peuvent être divisées en quatre paires distinctes d’opposés : joie-maladie, anticipation-surprise, peur-colère et dégoût-confiance.

Plutchik pense également que chaque émotion que nous ressentons est une combinaison de ces huit émotions primaires. Par exemple, un mélange de tristesse et de dégoût peut donner lieu à des remords tandis que la joie et la confiance peuvent produire de l’amour.

5 conseils pour utiliser la roue des émotions de Plutchik en éducation :

1. Connaître la bonne recette pour comprendre les émotions

Afin de faire ressortir certaines émotions chez vos apprenants, il est important de savoir comment les comprendre correctement. Les émotions peuvent être difficiles à classer, et encore plus difficiles à susciter chez notre public. Cependant, si vous connaissez les ingrédients de base nécessaires à la création de chaque émotion, vous pouvez déclencher le bon sentiment. Si vous voulez inspirer et motiver vos apprenants, par exemple, vous voudrez utiliser l’optimisme. En regardant la roue de Plutchik, nous pouvons déduire que l’anticipation et la joie sont les ingrédients clés de l’optimisme. Faites connaître à vos apprenants les avantages de l’apprentissage de l’information et permettez-leur de suivre leurs progrès pour prendre en charge l’élément « anticipation ». Ajoutez une touche de « joie » en incluant une histoire amusante ou un narrateur joyeux, vous engendrez ainsi un lot d’optimisme.

2. Les faire sourire

Il est connu que les expériences d’apprentissage joyeuses et heureuses augmentent la rétention et le rappel des connaissances. Cela s’explique principalement par le fait que l’esprit associe l’information à une expérience favorable, ce qui la rend plus facile à retenir dans le monde réel. Si notre cerveau peut conserver des souvenirs tristes, il se souvient des expériences heureuses avec beaucoup plus de détails. Vous pouvez faire naître un sourire sur leurs visages en utilisant des mots de motivation, des couleurs stimulantes et une musique de fond qui apaise et calme. Rendez le cours divertissant et amusant pour qu’ils n’oublient jamais le cours ou les informations qu’ils y ont apprises.

3. Créer de l’intérêt et de l’intrigue en racontant une histoire

Gagnez leur confiance et faites en sorte qu’ils se sentent connectés à l’apprentissage en leur racontant une histoire émotionnellement engageante. Inclure des personnages qui manifestent des émotions spécifiques figurant dans la roue de Plutchik peut déclencher la bonne combinaison. Par exemple, un personnage qui manifeste de la colère peut offrir un contraste frappant avec un protagoniste serein ou affectueux. Faites-leur ressentir de l’empathie pour les personnages afin qu’ils aient l’impression de faire partie de l’histoire, mais n’oubliez pas de relier le tout aux objectifs d’apprentissage.

4. Leur faire vivre des bonnes surprises

Si vous mélangez la peur et la surprise, vous obtenez l’admiration, celle-ci mène à des expériences d’apprentissage étonnantes. Pour cela, on peut utiliser un graphique qui attire l’attention ou poser une question inattendue qui fait travailler les méninges. Prenez-les au dépourvu en ajoutant quelque chose qui peut sembler hors de propos, mais qui finit par être lié au sujet traité. Les énigmes sont également un excellent ajout aux cours si vous essayez d’obtenir le mélange parfait d’appréhension et de distraction qui aboutit également à l’émerveillement. Il y a toutefois un bémol à cette astuce  : vous devez vous assurer que votre élément « wow » ne finisse pas par offenser votre public. De même, il ne doit pas les éloigner des idées principales de la leçon. En d’autres termes, n’incluez pas un élément de surprise juste pour l’effet de choc.

5. Utiliser des images pour déclencher une réponse émotionnelle

Nous sommes des créatures visuelles. Alors que les mots écrits peuvent remuer l’âme et tirer les ficelles du cœur, les images nous font sentir encore plus connectés émotionnellement à l’expérience d’apprentissage. Utilisez des images qui sont familières à votre public et auxquelles il peut s’identifier.

Il existe de nombreux sites de photos libres de droits en ligne où vous pouvez télécharger des images de haute qualité. Cependant, vous devriez également essayer d’incorporer des images qui feront instantanément tilt auprès de vos apprenants, comme des photos ou de leurs collègues de travail. Si ce n’est pas possible, optez pour des images qui représentent visuellement l’émotion que vous essayez d’obtenir. Par exemple, la photo d’une femme avec son enfant pourrait leur faire ressentir de la joie, c’est-à-dire de l’acceptation combinée à de la sérénité, tandis que la photo d’un client frustré entraînera un sentiment de mépris, qui peut se traduire par de l’agacement mélangé à de l’ennui.

Lire aussi : Cartes émotions à imprimer gratuit

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page