Méthodes pédagogiques

Les 10 techniques de la pédagogie Freinet 

Au 20ème siècle, il y avait un pédagogue français du nom de Célestin Freinet qui considérait le système éducatif actuel comme intrusif et prédateur. Il croyait que les enfants ne devraient pas être forcés d’apprendre de manière autoritaire, que les enseignants ne devraient pas prendre de décisions pour les enfants et que les élèves devraient avoir leur mot à dire dans leur propre processus d’apprentissage. Cette pédagogie nouvelle de Freinet voulait changer la façon dont l’éducation était faite à travers des techniques et des outils. Elle croyait que les enfants devraient être autorisés à apprendre à leur propre rythme, à leur manière, avec l’aide d’un adulte qui peut les guider tout au long du processus.

En effet, l’école de Freinet aide les enfants à apprendre par le jeu et l’exploration. Il a également proposé d’utiliser la curiosité naturelle des enfants à des fins éducatives. En plus, la pédagogie de Freinet a créé un environnement d’apprentissage où les étudiants étaient encouragés à travailler ensemble et à partager leurs connaissances les uns avec les autres à travers des outils et des techniques :

Les techniques de la pédagogie Freinet 

Pendant longtemps, Célestin Freinet a refusé d’utiliser les mots de « méthode Freinet » et de « pédagogie Freinet » pour caractériser ses pratiques dans le milieu scolaire : jusqu’à la fin des années 1950, la formule le plus souvent utilisée fut celle de « technique(s)Freinet ». Voici les techniques ou les outils de la pédagogie de Freinet :

1. L’expression libre et le texte libre

Célestin Freinet soutient qu’il faut donner aux enfants la possibilité de devenir l’auteur de mots, de dessins, de textes et de gestes. Il croit que cela les aidera à apprendre à s’exprimer et à développer leur créativité.

Selon lui, il est important d’offrir aux enfants un environnement où ils peuvent apprendre par leur propre exploration et découverte. Par conséquent, cela les aidera à développer leur imagination et leur créativité ainsi que leur intelligence naturelle.

Cette pédagogie active a été développée en réponse aux limites des méthodes d’enseignement traditionnelles et à leur recours à la mémorisation par cœur. Freinet croyait que les enfants devraient être autorisés à explorer leurs pensées et leurs idées par l’écriture, le dessin et l’impression.

En plus, l’idée derrière ce concept est que chaque élève a sa propre façon de comprendre et d’apprendre les choses. Ainsi, les enfants écrivent un texte libre, à la maison ou à l’école, seuls ou en groupe. Ce texte sera ensuite imprimé en classe et analysé par tous les élèves.

Certes, spontanément, chaque individu a tendance à s’exprimer, à communiquer. L’enfant, comme l’adulte, n’écrit « spontanément » que dans certaines situations où il a quelque chose à dire à quelqu’un avec qui il ne peut communiquer oralement : d’où l’importance de la correspondance et du journal scolaires.  

Chaque enfant se trouve alors mis en situation d’écrire sa pensée à un autre ou à plusieurs autres ; il travaille pour les autres (ses correspondants) et souvent avec d’autres (ses camarades). 

2. La coopération

La pédagogie Freinet met l’accent sur la coopération avec les pairs. Les élèves travaillent ensemble et partagent leurs connaissances afin d’aborder des projets et des devoirs souvent plus complexes que ceux donnés dans les méthodes d’enseignement traditionnelles. Cette coopération encourage la créativité, la pensée critique et les compétences en résolution de problèmes.

De nombreux outils peuvent être utilisés pour la pédagogie Freinet, notamment :

Une salle de classe démocratique

La classe Freinet est une classe démocratique, où les élèves expriment leurs pensées et leurs idées sans crainte d’être jugés.

En effet, cette méthode d’enseignement croit que tous les élèves ont la capacité d’apprendre, de grandir et de changer pour le mieux. En d’autres termes, elle s’attache également à créer un environnement où les élèves sont libres de s’exprimer en toute sécurité. Cela se fait en favorisant la confiance en soi grâce à des commentaires constructifs de la part des pairs, des enseignants et des parents.

La classe Freinet est une société démocratique. Les règles de vie sont pensées et décidées collectivement. C’est-à-dire, la classe Freinet est une école expérimentale où les enfants ont la possibilité de décider comment ils veulent que leur vie soit. Cela inclut de décider ce qu’ils veulent apprendre, ce qu’ils veulent faire et comment ils veulent le faire. Ils ont également la possibilité de prendre des décisions concernant d’autres aspects de leur vie, notamment ce qu’ils mangent, combien de temps ils consacrent à différentes activités et qui est autorisé à entrer en classe.

Dans la classe Freinet, il n’y a pas de rôles fixes. Les membres de la communauté doivent être flexibles et prêts à changer leurs tâches pour s’entendre. Un jour, ils pourraient travailler sur le potager, un autre jour, ils pourraient enseigner aux enfants ou cuisiner pour tous les autres membres de la communauté.

Par ailleurs, les élèves gèrent eux-mêmes leurs relations au sein du groupe classe. Ils décident comment résoudre les conflits, quand prendre la parole à tour de rôle et comment se répartir les tâches. Aucun enseignant ne peut intervenir s’ils ne sont pas d’accord sur ce qu’ils doivent faire ensuite.

Tutorat par les pairs

Les tuteurs ne sont pas seulement ceux qui apprennent quelque chose. Ils en retirent également des avantages cognitifs et personnels.

L’avantage cognitif du tutorat est qu’il vous oblige à avoir une compréhension approfondie du sujet que vous enseignez. En effet, vous devez être capable de décomposer des concepts complexes en éléments plus petits pour que votre apprenant les comprenne.

Les avantages personnels comprennent un sens du but, le sentiment d’être utile et le fait de faire partie d’une communauté.

3. La correspondance interscolaire

Périodiquement, chaque enfant écrit à son correspondant, qui devient vite son ami.   Les maîtres ont constitué des « couples », d’âge, de niveau scolaire et d’intérêts sensiblement correspondants pour que l’échange soit possible. C’est l’aspect affectif qui, ici, semble prédominer. Le correspondant — cet « autre » lointain, imaginaire et réel à la fois — peut jouer un rôle psychologique important.   Chaque enfant    lui    écrit, quand il veut, ce qu’il veut. Ces lettres, groupées, parfaitement écrites, sont distribuées dès leur arrivée et souvent lues en public, parfois avec l’aide du maître.  

Les classes échangent régulièrement lettres, textes et documents. Il est important qu’elles appartiennent à des milieux géographiques assez différents. Le voyage-échange, qui permet à chaque enfant et à chaque groupe d’aller vivre avec le correspondant, est le complément idéal d’une année de liaisons épistolaires. Mais les obstacles matériels, financiers et surtout juridiques ne doivent pas être sous-estimés. 

4. Le journal scolaire  

L’originalité de Freinet a été de mettre l’imprimerie au service de l’expression libre des enfants dans le cadre des classes primaires publiques. Quelques milliers d’expériences variées ont abouti à une technique utilisable par    chaque instituteur. Recueil d’une dizaine de textes d’enfants imprimés sur feuilles I3>5 x 2I cm < lue l’on agrafe, le journal est ordinairement mensuel.   

 Il est l’image, le symbole de la classe ; parfois, son titre souligne ce caractère : « Lutins courageux », « Les renardeaux », « Les petits chats », « Le chalut », « Les moussaillons », etc.  

 Il est tiré à une centaine d’exemplaires, distribués, échangés ou vendus au profit de la coopérative.

5. Les brevets de validation des acquis

Les brevets de validation des acquis utilisés dans les classes Freinet sont un outil d’évaluation. Cela permet de mesurer la progression des élèves. 

C’est une alternative aux évaluations par notes ou par compétences. Ces certificats sont remis aux étudiants qui ont réalisé un projet démontrant ce qu’ils ont appris. 

Célestin Freinet s’inspire des certificats des Jeunes Scouts mis en place par Robert Baden-Powell (1857-1941), fondateur du scoutisme. Les jeunes scouts (garçons uniquement) devaient démontrer devant le groupe leur niveau de maîtrise d’une activité durant le cours. Les scouts ont une limite de temps et doivent terminer le projet au mieux de leurs capacités.

C’est un excellent moyen pour eux d’apprendre toutes sortes de compétences, et aussi de s’amuser. Et Célestin Freinet a adapté cette pratique au contexte scolaire.

Les différents brevets de Freinet :

Freinet distingue deux types de brevets : les brevets obligatoires qui correspondent au programme officiel et les brevets accessoires qui ne sont pas obligatoires.

  • Les brevets obligatoires : Ces brevets correspondent au programme officiel. Par exemple : brevet d’écrivain, brevet de lecture, brevet d’écriture, brevet de bon langage, brevet de maître en orthographe, brevet d’historien, brevet de géographie…
  • Les brevets accessoires : Un brevet accessoire est un brevet qui se situe en dehors des instructions officielles. Par exemple : imprimeur ; enquêteur ; peintre ; marionnettiste ; nageur ; campeur ; potier ; cuisinier ; électricien…

6. Plan de travail Freinet

Un plan de travail Freinet est un excellent moyen de garder les élèves concentrés sur la tâche et d’améliorer leur productivité. Il s’agit d’un plan individualisé qui comprend des tâches adaptées aux intérêts et aux compétences de l’élève. Il comprend également un certain nombre de tâches que l’étudiant doit accomplir d’ici la fin de la semaine.

En effet, ce plan de travail est un excellent moyen pour les enseignants d’aider les élèves à rester organisés, à être productifs et à apprendre à gérer leur temps.

7. Le tâtonnement expérimental 

Le tâtonnement expérimental était un processus que Freinet utilisait pour enseigner à ses élèves. Il leur donnait un problème et les laissait ensuite travailler dessus, sans aucune instruction.

Freinet croyait que les enfants devraient pouvoir faire des erreurs sans se sentir honteux ou gênés.

Les essais et erreurs expérimentaux permettent aux enfants d’expérimenter de nouvelles idées et techniques, tout en fournissant des conseils et des commentaires.

Ce type d’enseignement encourage les élèves à explorer leurs propres idées, mais leur fournit également des commentaires de l’enseignant. C’est une façon pour les élèves d’apprendre de leurs erreurs sans se sentir honteux ou gênés.

8. Apprentissage selon le rythme de l’enfant

La philosophie pédagogique de Freinet est celle de la liberté et de l’égalité. Il croyait que les enfants devraient être libres d’apprendre à leur propre rythme, sans être contraints ou forcés d’apprendre des choses pour lesquelles ils ne sont pas encore prêts.

C’est-à-dire, les élèves apprennent à leur propre rythme, sans être contraints ou forcés d’apprendre des choses pour lesquelles ils ne sont pas encore prêts. C’est pourquoi il n’a pas utilisé de cours magistraux dans ses cours et a plutôt encouragé les étudiants à lire, écrire et épeler selon leur rythme.

9.Les « Quoi de neuf ? »

Freinet crée cette technique pour donner aux élèves plus de liberté et de responsabilité sur leur propre apprentissage, plutôt que l’enseignant soit en charge de tout.

Ce rituel quotidien permet aux élèves de présenter à leurs camarades quelque chose de nouveau qu’ils ont appris. Par exemple, les élèves peuvent partager ce qu’ils ont appris sur le système solaire ou comment fabriquer un avion en papier. Cette activité encourage également les élèves à explorer des sujets qui les intéressent et à partager leurs connaissances avec les autres.

10. L’organisation spatiale de la classe

L’organisation spatiale des classes Freinet est un élément clé de la pédagogie Freinet. L’utilisation de l’espace et son organisation au sein de la classe est une partie essentielle de la pédagogie qui aide à développer la compréhension et les compétences des enfants par rapport à l’espace.

Voici quelques-uns des grands principes de l’organisation spatiale :

  • Un enfant devrait avoir un sentiment de propriété sur son propre espace ;
  • Les enfants doivent être encouragés à explorer leur environnement librement et sans crainte ;
  • L’utilisation de la couleur, de la lumière, du son et de la musique peut être utilisée comme outils spatiaux ;
  • Il ne devrait pas y avoir de hiérarchie entre les espaces au sein d’une salle de classe ;
  • Les espaces au sein d’une salle de classe ne sont pas fixes, mais changent en fonction des besoins.

Sources :

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page