Conseil de carrière

Trop vieux pour enseigner !

Au début de leur carrière, les enseignants sont généralement enthousiastes, mais après quelques années, ils se sentent souvent épuisés et sous-évalués. Ce métier resterait-il le jeu des jeunes ? Alors que l’inquiétude monte autour des projets des gouvernements du monde de repousser l’âge de la retraite, les enseignants se demandent combien de temps ils prévoient de rester en classe …

Quand les enseignants commencent dans le métier, ils sont très excités d’avoir à s’occuper d’une salle de classe remplie d’élèves. Ils travaillent les soirs et les weekend sans sourciller. Ils essaient toutes les nouvelles idées pédagogiques et inventent certaines des leurs. Une enseignante raconte cet enthousiasme : « Je me suis mise en colère contre mon mari quand il a dit qu’il était jaloux de mes élèves parce que je pensais plus à eux qu’à toute autre chose. Avec le recul, il avait raison. Avec le recul, j’étais une énorme épine dans le pied. Puis j’ai eu des enfants. Soudainement, je n’avais plus de temps pour planifier quoique ce soit ou pour noter les copies. Je me suis trouvée submergée et en plus, je dormais très peu. Je gardais à peu près la tête hors de l’eau, mais je ne pouvais plus enseigner les leçons que je voulais ». Beaucoup d’enseignants semblent en arriver à un point (pas toujours parce qu’ils ont des enfants) où ils reconnaissent que leur travail d’enseignement devra être un compromis entre privé et professionnel.

Mais le travail ne s’arrête jamais. La roue pédagogique continue de tourner et les normes deviennent plus élevées et plus irréalistes. Des versions d’enseignants plus jeunes et moins agités entrent dans la profession. Les étudiants et les directeurs commencent à comparer le travail des enseignants jeunes à celui de ceux qui sont plus chevronnés. 

Il se produit la même chose avec les forums en ligne que les enseignants utilisent pour partager des ressources et des bonnes pratiques. C’est une excellente idée, vraiment, et c’est une bonne chose que ces personnes passent encore plus de leur temps précieux pour partager des choses gratuitement. Mais les enseignants les plus âgés finissent par se sentir comme l’enseignant le plus nul du monde dans les 10 minutes suivant mon passage sur ces sites.

Autre chose avec les étudiants : ils ne vieillissent jamais ! Chaque année, une nouvelle classe d’adolescents arrive, mais chaque année que vous enseignez, l’écart d’âge entre vous et eux s’élargit. À certains égards, c’est plutôt bien ; être plus âgé signifie être plus expérimenté et plus considéré dans votre approche du travail. Mais on peut avoir l’impression de se tenir devant 24 extraterrestres. Et ce sentiment se renforce à mesure que je vieillis.

Nous nous demandons combien d’enseignants d’une quarantaine d’années quittent la profession parce que l’enthousiasme qui était le leur dans leur jeunesse n’est plus là ; parce qu’ils ne peuvent pas travailler tous les soirs et tous les week-ends et accepter simplement que « c’est comme ça ».

Malheureusement, l’enseignement est comme un piège à mouches. Nous imaginons que la mouche se plonge assez joyeusement dans le piège, pensant que c’est une excellente décision. Même lorsque le piège se referme, elle peut rester au chaud et sécurisée. Elle se rend probablement compte trop tard que le piège aspire la vie et qu’il n’y a pas d’échappatoire.

Au moment où les enseignants se rendent compte qu’ils ne peuvent pas faire face à la charge de travail et que personne ne va diminuer cette charge, ils sont probablement assez loin dans la grille des salaires, peut-être même est-il le principal salarié, avec une famille et une hypothèque sur le dos.

Le plus triste, c’est que nous, les enseignants expérimentés, avons un immense ensemble de compétences. Nous évitons chaque jour les catastrophes mineures et majeures, désamorçons les situations difficiles sans provoquer d’émeute et avons des conversations susceptibles de changer la vie de nos étudiants. Pourtant, nous traversons péniblement le système en nous sentant sous-évalués.

Que pouvons-nous faire d’autre ? Nous supposons que nous allons devoir trouver une solution. Alors, nous adressons ce message aux enseignants d’une quarantaine d’années : restez forts.

Les exigences de la charge de travail sont mortelles.

Il y a des gens qui peuvent et qui enseignent jusqu’à 70 ans – et c’est formidable qu’ils le fassent –, mais ils le font généralement à temps partiel et dans des écoles qu’ils connaissent bien. La profession a besoin de ces gens, mais les forcer à enseigner à plein temps jusqu’à ce qu’ils aient 68 ans signifie qu’ils auront la charge d’en faire 70.

Avec des pénuries d’enseignants un peu partout, des attentes toujours plus hautes à l’égard des enseignants et une espérance de vie stagnante dans de nombreuses régions du pays, les arguments socio-économiques en faveur du relèvement de l’âge de la retraite des enseignants à 68 ans semblent beaucoup moins sûrs qu’il y a dix ans.

Compte tenu de la charge de travail actuelle imposée aux enseignants, il est impossible pour la grande majorité d’entre eux d’envisager de travailler au-delà de 60 ans. Soit ils chancellent, de plus en plus épuisés et souffriront très probablement de maladies chroniques, soit ils partent et font face à un déclin indigne et injustifié vers une pauvreté relative.

Il ne faut pas être un génie pour comprendre que les enseignants en milieu de carrière préféreront quitter leur emploi plus tôt et opteront pour une carrière différente qui ne les tuera pas, et les plus jeunes se détourneront de la profession en nombre encore plus grand.

« Nous ne pouvons pas être un enseignant actif dans la soixantaine »

Il est absolument essentiel que les enseignants puissent partir en retraite à 60 ans ; ils travaillent dans l’éducation depuis des années et c’est vraiment un métier difficile. Ils doivent être actifs pour garantir les résultats positifs que tous les élèves méritent.

Ils font encore beaucoup de sport physique, en restant debout la plupart du temps. À la fin de la journée de classe, nous souffrons énormément et certains d’entre nous avons besoin de prendre des analgésiques puissants, ce qui accentue notre fatigue et ce sentiment d’être un peu « brumeux », et ce n’est pas une bonne chose lorsque nous essayons de nous concentrer et de faire plusieurs tâches à la fois.

« Notre expérience est sous-utilisée »

« Soixante ans est certainement l’âge de la retraite le plus raisonnable. Au-delà de cet âge, il peut être difficile de trouver l’énergie nécessaire pour assurer un emploi à temps complet. Nous sommes d’avis que tous les enseignants devraient avoir la possibilité de travailler à temps partiel lorsqu’ils atteignent 60 ans.

Les enseignants ressentent aussi souvent un manque d’épanouissement ; cela ressemble à une histoire inachevée. Ils ont beaucoup à offrir, mais ils ne sont plus certains que quiconque veuille utiliser leur expérience et leurs compétences.

L’expérience est certainement utile : peu de situations surviennent à l’intérieur ou à l’extérieur de la salle de classe qu’ils n’aient jamais eus à traiter auparavant.

Tous les âges semblent irréalistes.

Puisque ce métier est pénible, tous les âges formels de retraite évoqués semblent irréalistes, qu’ils soient fixés à 63,65 ou 68 ans! En conséquence, il semble totalement impossible d’imaginer l’enseignement à ce stade, donc toute discussion sur l’âge exact a vraiment un impact limité.

De plus, il y a un énorme problème de recrutement et de maintien du personnel en place, mais du point de vue des directeurs d’établissements, s’ils choisissent de passer à autre chose, il y aura toujours un autre recrutement pour les remplacer.

De nombreux membres du personnel estiment que le temps partiel est la seule façon de faire face au vieillissement des professeurs ; à moins d’occuper des postes plus administratifs, un emploi du temps complet devient trop exigeant. On pense qu’au-delà de 55 ans, il devient difficile d’avoir assez d’énergie en continu ; on pense qu’il devient difficile de faire le supplémentaire attendu en classe.

Si vous parlez à la plupart des personnes de 60 ans et que vous essayez de les imaginer en train d’inspirer 34 adolescents, vous pouvez imaginer à quel point il est difficile de continuer à enseigner à l’âge de la retraite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page