Troubles d’apprentissage : un guide pratique pour les profs et les parents

Les troubles d’apprentissage sont des troubles complexes qui se manifestent sous diverses formes. Les plus connues sont la dyslexie, la dysorthographie, la dyscalculie, la dysphasie, la dyspraxie. Le trouble déficitaire de l’attention. Il est certain que les élèves qui en sont atteints vivent des moments difficiles lors des apprentissages fondamentaux et notamment lors de leur entrée à l’école primaire. Tous ces troubles ne sont pas facilement repérables. Ils sont cachés, presque invisibles. Et pourtant, les enfants qui en souffrent présentent aussi des difficultés sensorielles, c’est à-dire une grande difficulté à utiliser l’information qui leur parvient par les sens (vue et ouïe) pour progresser dans les apprentissages. Ils ont un désordre neurologique qui  les empêche de traiter comme tout le monde les caractéristiques visuelles de la langue écrite et les caractéristiques auditives de la langue orale.

1. Définition des troubles d’apprentissage


L’Organisation mondiale de la santé a définit  le trouble d’apprentissage comme un trouble permanent d’origine neurologique, qui perturbe l’acquisition, la compréhension, l’utilisation et le traitement de l’information verbale ou non verbale. Les troubles d’apprentissage sont des problèmes qui nuisent à la capacité de l’enfant de recevoir de l’information, de la traiter, de l’analyser et de la retenir. L’enfant peut avoir de la difficulté à lire, à écrire, à épeler des mots ou à résoudre des problèmes mathématiques. De plus, Ils sont un frein dans l’acquisition des bases fondamentales et nécessaires aux apprentissages et ce malgré une intelligence normale voire supérieure à la moyenne.

 Donc, les troubles d’apprentissages ne pas sont reliés à l’intelligence de l’enfant, mais plutôt à une carence du cerveau qui nuit au traitement de l’information. Cette carence n’est pas uniquement neurologique. Elle peut provenir de la difficulté de l’élève à rassembler les éléments d’informations provenant des différentes régions du cerveau. Ce déficit cognitif a ainsi un impact sur la façon dont une personne perçoit, reçoit, comprend et exprime une information. Environ 10 à 15 % de la population est affectée par ce trouble.

Les troubles d’apprentissage se manifestent par des difficultés très importantes pour :

✓ comprendre les énoncés,
✓ rédiger les copies,
✓ assimiler les règles de grammaire et d’orthographe,
✓ assimiler les leçons.

2. Différences entre troubles et difficultés d’apprentissage


Les troubles d’apprentissage

Ils sont d’origine neurologique

Un enfant qui présente un trouble d’apprentissage peut avoir une intelligence tout à fait normale. En effet, ce ne sont pas les facultés intellectuelles de l’enfant qui posent problème, mais bien un déficit neurologique qui touche des régions spécifiques du cerveau. En d’autres termes, ils ne sont pas liés à l’intelligence ou à des facteurs socioaffectifs. Aussi, ni les parents, ni les enseignants, ne sont responsables de ces troubles spécifiques d’apprentissage.

Ils sont persistants et permanents.

Étant donné son origine neurologique, Les troubles d’apprentissage sont permanents, c’est-à-dire ils perdurent toute la vie. Ils sont aussi persistants, en dépit d’une intervention adaptée. En d’autres termes, l’individu avec un trouble d’apprentissage peut bénéficier d’une rééducation, mais le trouble demeure face à un nouvel apprentissage. Cela provoque un obstacle permanent qui perturbe l’apprentissage.

Ils apparaissent tôt dans l’apprentissage.

Les troubles d’apprentissage précoces concernent l’apprentissage des gestes et du langage, qui sont d’importantes étapes développementales et qui apparaissent avec la maturation du cerveau. On peut donc voir des manifestations de ces troubles dès la petite enfance.

Le diagnostic

Il faut s’assurer d’obtenir un véritable diagnostic avant de s’inquiéter ou même d’entreprendre un traitement. Il est essentiel que l’enfant soit évalué de la bonne façon avec le bon professionnel. L’évaluation permet de déterminer quelles sont ses forces et ses faiblesses, et si les faiblesses en question sont assez sévères, assez nombreuses et assez problématiques dans différents contextes pour qu’on puisse poser un diagnostic. Le cas échéant, le diagnostic reçu permet de clarifier la situation non seulement pour l’enfant, mais aussi pour ses parents et les différents intervenants autour de lui.

Ils peuvent être diagnostiqués par un orthophoniste, un neuropsychologue ou un orthopédagogue à l’aide de tests standardisés qui évaluent le temps de lecture d’un texte donné ainsi que le nombre et le type d’erreurs.

Les difficultés d’apprentissage

Les difficultés d’apprentissage peuvent être passagères et ne sont pas reliées à l’intelligence de l’enfant.  Elles se manifestent par un retard, un déséquilibre ponctuel dans les apprentissages. C’est-à-dire ce sont des obstacles à l’apprentissage qui sont temporaires et sont souvent reliées à différents facteurs :

  • des conditions socioaffectives difficiles, un deuil, de l’anxiété.
  • un manque de motivation et d’intérêt qui désengage
  • une situation socio-économique ou familiale qui affecte la disponibilité à apprendre
  • des méthodes de travail ou des stratégies d’étude qui ne sont pas efficaces
  • de fréquents changements d’école qui ont demandé beaucoup d’adaptations.

Des troubles d’apprentissage  affectent la capacité à

  • Comprendre ou utiliser le langage oral
  • Comprendre ou utiliser le langage écrit
  • Effectuer des calculs mathématiques
  • Coordonner ses mouvements
  • Focaliser son attention sur une tâche

3.   Les signes et les symptômes


  • L’hyperactivité ou un trouble de l’attention en constitue un signe répandu. L’enfant (fille ou garçon) bouge constamment, ne peut porter attention et agit de façon impulsive.
  • L’enfant peut avoir une mauvaise main d’écriture et des mouvements gauches et maladroits. Il peut avoir de la difficulté à lancer ou attraper une balle, ou à pédaler à bicyclette.
  • Il peut connaître de brusques changements d’humeur et se sentir facilement frustré et découragé.
  • Il peut mélanger ses mots (« pasghetti » « hôtipal », « l’aminal ») et avoir de la difficulté à s’en souvenir.
  • Il peut avoir beaucoup de peine à maîtriser les concepts comme gros et petit, haut et bas, gauche et droite.
  • Il peut avoir de la difficulté à penser de façon logique et ordonnée. Il peut sauter vite aux conclusions et avoir de la peine à planifier son travail ou à comprendre les conséquences de ses actes.
  • Il peut avoir de la difficulté à savoir où il se situe dans l’espace. Il peut être incapable, les yeux fermés, de situer la position de ses membres.

4. Comment enseigner aux élèves avec troubles d’apprentissage ?


La gestion de la classe

 Maintenir un climat émotionnel chaleureux et favorable

 Maintenir une classe organisée avec des horaires prévisibles

 Varier le volume et le ton de la voix

 Demander à la classe d’aider à planifier la journée ou la leçon   afin que les attentes soient claires et que l’élève acquière des habiletés d’organisation et de prévision

 Ne pas être avare d’éloges honnêtes et précis

 Informer les élèves des consignes particulières et des attentes relatives à leur comportement et poser des limites acceptables de manière ferme et cohérente

 Faire un retour systématique après les situations difficiles (lorsque le calme est revenu). Pour éviter toute escalade verbale, amener l’élève à écrire ce qu’il veut dire afin de l’entrainer à s’accorder un délai de réflexion et de réduire sa peur d’oublier ce qu’il voulait expliquer ;

 Valoriser davantage les comportements positifs plutôt que réprimer intensivement chaque débordement

 Utiliser les moyens pratiques à disposition pour diminuer le bruit dans la classe (par exemple, placer des balles de tennis fendues sous les pieds des chaises).

Pour la préparation de la leçon

 Donner l’objectif de la leçon

 Varier les présentations

 Inclure des composantes écrites et visuelles

 Être conscient de son propre style d’apprentissage et de celui de l’élève

 Indiquer les étapes principales de la tâche ou de la leçon et leur ordre sur un support visuel.

Pour les consignes

 Être précis, concis et systématique sur le plan des attentes et des actions

 Donner les consignes à l’élève et lui demander de les répéter à voix haute ;

 Être conscient de l’importance de la démonstration pour la compréhension des consignes.

5.   Les Types de troubles d’apprentissage


La dyslexie


La dyslexie est un trouble de la lecture spécifique et durable qui apparaît chez l’enfant et l’adolescent. Ce trouble de la lecture est caractérisé par :

  • Une difficulté à apprendre à lire
  • Grande lenteur dans toutes les activités comprenant de l’écrit (lecture ou écriture) d’où impossibilité de traiter un Devoir en entier
  • Une difficulté à différencier certains mots proches
  • Ecriture peu lisible dans son contenu et sa forme
  • Difficultés d’organisation, besoin de repères
  • Problèmes pour se situer dans le temps, pour établir une chronologie
  • Fatigabilité
  • Gêne par le bruit qui perturbe la concentration
  • Un problème pour différencier certaines lettres (le b et le d par exemple) ou certains mots.
  • Une tendance à ne pas mémoriser l’alphabet ou les jours de la semaine
  • Orthographe très défaillante
  • Meilleures performances à l’oral. Compréhension supérieure lorsque l’énoncé est oralisé
  • Capacités d’apprentissage normales si on passe par une autre modalité que l’écrit.

Pour apprendre à lire, l’enfant doit apprendre à associer aux lettres les sons correspondants (correspondance graphèmes/phonèmes), lier les consonnes et les voyelles et associer les syllabes. Il doit également mémoriser les mots globalement car la prononciation peut ne pas correspondre à la forme écrite et parce qu’il doit apprendre à lire rapidement. Cette description fait ressortir les deux voies utilisées dans l’acte de la lecture :

  • La voie phonologique (décodage) est la voie qui est utilisée lorsque le lecteur commence son apprentissage de la lecture et lorsqu’il rencontre des mots nouveaux. C’est le décodage son par son des mots.
  • La voie globale est la voie qui est utilisée lorsque le lecteur a emmagasiné dans son lexique des mots et lorsqu’il fait face à des mots irréguliers (ex. femme, oignon, etc.). Il n’a plus besoin de décoder les mots qui sont dans son lexique, il les reconnaît. La dyslexie survient lorsque l’une de ces deux voies ou les deux ne sont pas fonctionnelles. Voici les quatre différents types de dyslexies centrales :
  • La dyslexie phonologique se caractérise par une difficulté à « déchiffrer » les mots. L’enfant  est incapable de déchiffrer des graphèmes et des phonèmes parce que cela va aussi l’empêcher de découvrir et d’apprendre de nouveaux mots. C’est le premier signe d’une dyslexie phonologique : l’enfant peut être capable de lire des mots connus, mais peut avoir des grandes difficultés à faire de même avec des mots inhabituels ou inconnus.
  • La dyslexie de surface correspond à une difficulté à reconnaître un mot dans sa globalité. C’est un déficit de la voie globale. Le lecteur ne peut que décoder ce qui rend sa lecture très lente. Il ne peut presque pas lire les mots irréguliers (tabac = tabak, car il applique systématiquement les règles de correspondance graphème/phonème). Comme le lien entre le mot écrit et son sens est rompu, les problèmes de compréhension sont majeurs. Les mots sont écrits comme ils se prononcent, la dictée de mots irréguliers et complexes est perturbée.
  • La dyslexie mixte associe les deux types de dyslexie précédemment cités (phonologique et de surface). L’enfant est handicapé par une atteinte de la voie phonologique, mais également lexicale.
  • La dyslexie profonde : Cette dyslexie est caractérisée par un déficit de la voie phonologique avec la production d’erreurs sémantiques (herbe = gazon) en lecture de mots isolés. Le lecteur ne peut presque pas lire les mots nouveaux.

Comment  repérer  la Dyslexie :

L’évaluation psychologique devrait être complétée par un examen neurologique.

Le neuropédiatre, s’il l’estime nécessaire, orientera alors l’enfant et ses parents vers les examens complémentaires à réaliser :

  • Examen logopédique
  • Examen psychomoteur
  • Examen visuel
  • Examen audiométrique

Faire passer le ROC (Repérage Orthographique Collectif) à tous ces élèves.
Durée : 13 minutes. Téléchargeable gratuitement.
Cet outil permet aux enseignants de CM2, 6ème et 5ème de repérer les élèves en grandes difficultés de lecture/orthographe. Puis diriger les élèves repérés vers un orthophoniste.

Comment aider un enfant dyslexique ?

La dyslexie touche une proportion significative de la population, près de 10%, c’est pourquoi le diagnostic et la prise en charge précoce sont capitaux. Il ne faut pas attendre ce fameux « déclic ». Un enfant dyslexique ne guérit pas de sa dyslexie, il faut donc mettre en place des moyens adaptés à chaque enfant afin qu’il progresse dans de bonnes conditions :

  • Simplifier les consignes par des phrases courtes et des mots simples, éviter les mots à double sens.
  • Utiliser une approche multisensorielle lors des apprentissages (visuelle, en utilisant des couleurs par ex, tactile, auditive….).
  • Essayez d’éviter de demander aux élèves dyslexiques de recopier ce qui est écrit au tableau. Cela leur prendra trop de temps, ils se mettront en retard et en retireront un sentiment d’échec par rapport à leurs camarades. De plus, il est fort possible qu’ils fassent des erreurs en recopiant ce qui est écrit. Utilisez des craies (ou des feutres) de différentes couleurs à chaque ligne et mettez les enfants deux par deux : un élève qui a des difficultés avec un camarade qui écrit facilement.
  • La correction des copies : Évitez l’encre rouge ! Il peut y avoir beaucoup de fautes d’orthographe dans la copie d’un élève dyslexique, et cela risque d’être très décourageant pour lui de voir chacune de ces fautes soulignée, entourée et commentée en rouge. Dans l’idéal, il serait bon que la correction ne prenne essentiellement en compte que le contenu (« le fond »), en laissant de côté l’écriture et l’orthographe (« la forme »).
  • Logiciel de reconnaissance et retour vocal : les logiciels de reconnaissance et retour vocal peuvent servir à prendre des notes, à copier un texte, à écrire une rédaction ou répondre à une interrogation. L’élève s’adresse à voix basse à son logiciel et ne gêne pas la classe ; tout au plus peut-il, lors d’un devoir sur table ou d’une interrogation écrite, s’asseoir à une place un peu à l’écart de ses camarades. À la maison, il s’en servira pour écrire ses exercices et rédiger des textes. Le logiciel lui fournira également une aide précieuse pour apprendre les leçons, lire des textes et des livres.
  • Lire la consigne à voix haute et vérifier auprès de l’élève qu’il l’a bien comprise.
  • Utiliser au maximum des manipulations et des supports visuels (des tableaux, graphiques, illustrations, films) sauf si l’élève présente des difficultés visuo-spatiales.
  • L’élève doit suivre les mots avec son doigt lorsqu’il lit.
  • Lorsque l’élève a de la difficulté à résumer le texte lu : lui faire dire oralement, s’il peut, c’est l’écrit qui bloque. Sinon, on lui fait résumer une petite partie à la fois.
  •  Donner des trucs simples pour qu’il distingue nom, verbe, adjectif, etc.
  • Un enfant qui a une dyslexie phonologique la surmonte lorsqu’il apprend globalement les mots. Plus il connaît de mots, plus il devient un lecteur habile.
  • Lorsqu’il y a des confusions de mots qui se ressemblent (ex. balle =bague), mettre les mots dans un contexte pour les distinguer et prononcer la différence distinctement.
  • Mettre en avant par la couleur ou des cadres ce qu’il faut retenir.
  • Etre patient face à sa lenteur.
  •  Autoriser la lecture à mi-voix des consignes ou textes en classe.
  •  Donner plus de temps pour les évaluations ou alléger les exercices.
  • Lui apprendre à faire des cartes mentales pour ses notes et leçons.
  • Ne pas faire lire l’élève à voix haute devant la classe 
  • Diminuer la quantité et la taille des textes ou livres à lire
  •   Proposer des livres en version audio
  •   Proposer des livres simples mais de son âge pour développer son plaisir de la lecture.
  • Enseigner à l’enfant à se créer des images mentales qu’il pourrait associer avec des mots ou des lettres.
  • Ne pas donner des textes trop longs à lire car il ne peut lire qu’en décodant.

Lire aussi: Nouvelles méthodes pour aider les élèves ayant La dyslexie


La dyscalculie


Définition :

Trouble électif en mathématiques dû à un dysfonctionnement dans le domaine de la logique, de la construction des nombres et des opérations sur les nombres, chez des enfants qui ne présentent pas de déficit intellectuel.

C’est un trouble qui rend l’apprentissage des mathématiques très laborieux  et qui peut se présenter de différentes façons parce qu’elle englobe diverses compétences.

  • Reconnaître, Produire et écrire les chiffres et les nombres
  • Mémoriser les tables (addition, soustraction, multiplication et division)
  • Calculer (faire des calculs mentalement, poser les opérations…
  • Comprendre le lien entre le symbole et la quantité.
  • Comparer des nombres.

Lire aussi: Bien comprendre la dyscalculie en 4 Points

Les symptômes :

  • Difficulté à mémoriser et traiter des informations
  • Erreurs lors du dénombrement (compter des objets en les pointant un à un)
  • Difficulté à compter sur ses doigts
  • Trouble du langage sur certains concepts (différence, quantité, le tout et les parties, condition, mise en mots des hypothèses)
  • Difficulté à écrire les chiffres (le dyscalculique peut par exemple écrire 202 au lieu de 22).
  • Difficulté à lire des nombres (par exemple, l’enfant inverse les chiffres et lit 6 au lieu de 9 ou 52 au lieu de 25).
  • Difficulté à réaliser des calculs arithmétiques simples (du type 5 – 2 = ?), que ce soit à l’écrit ou en calcul mental. Exemple : pour réaliser une addition simple comme 3 + 2, un enfant dyscalculique va compter sur ses doigts 1, 2, 3, 4 et 5 ; même au bout d’un an, il continuera à utiliser cette méthode (tandis que les enfants ne présentant aucun trouble développent le calcul direct).
  •  Mauvaise organisation spatio-temporelle gênant la mise en place de la numération, des opérations mathématiques
  • Retard dans l’acquisition des opérations mentales telles que décrites par Piaget (ex : conservation du nombre, sériation…)
  • Difficulté dans la planification de la tâche (créer des images mentales), la mise en œuvre et le contrôle.
  • Difficulté (ou incapacité) à compter spontanément sur ses doigts.

Comment aider un enfant dyscalculique ?

Le plus important pour traiter  la dyscalculie  est de diagnostiquer ces troubles le plus tôt possible. Plus vite nous détectons les premiers symptômes et offrons aux enfants un dispositif pour les aider à suivre une scolarité normale, plus ils auront de chance d’éviter tout retard éducatif et des problèmes d’estime de soi.

L’enfant dyscalculique peut aussi consulter un professionnel, orthophoniste ou orthopédagogue, pour l’aider à s’outiller à devenir de plus en plus autonome en mathématiques, notamment en s’exerçant à mieux apprivoiser les chiffres et les opérations.

Voici quelques astuces pour faciliter l’apprentissage des mathématiques chez l’enfant dyscalculique :

  • Utiliser des couleurs différentes pour la numération de position (les centaines en bleu, les dizaines en rouge et les unités en bleu par ex).
  • Proposer un tableau ou un quadrillage pour aider à poser les opérations en colonnes.
  • Eviter d’une manière générale toutes les activités Visio-spatiales et lui proposer d’autres supports.
  • Autoriser la calculatrice.
  • L’accompagner et verbaliser toutes les étapes lors des activités exigeant la maitrise des différentes techniques opératoires.
  • Habituez-lui à trouver la famille de chaque chiffre en lui expliquant que chaque chiffre composant un nombre précis appartient à « une famille ». Et il y a plusieurs familles : la famille des « millions », la famille des « mille », la famille des « cent », etc. 
  • utiliser les codes couleurs : Pour l’aider à se souvenir à quelle famille appartient un chiffre donné, vous pouvez utiliser un code couleur. Par exemple : le vert pour la famille des « mille », l’orange pour la famille de « cent » et le bleu pour les deux derniers chiffres.
  • C’est très laborieux pour un enfant dyscalculique d’apprendre les opérations.  Il n’en comprend ni le sens, ni l’utilité et sans stratégie efficace et adaptée, il se peut qu’il les comprenne jamais.

Dysgraphie


Définition de la dysgraphie

Trouble affectant le geste graphique et l’aspect forme de l’écriture. L’écriture manuelle est soit trop lente, soit illisible, soit fatigante, demandant dans tous les cas un effort cognitif majeur. C’est un problème d’écriture dans lequel les enfants ne parviennent pas à organiser et à coordonner leur écriture, ce qui la rend difficilement compréhensible. Ce trouble concerne environ 10 % des enfants, et surtout des garçons.

Les symptômes de la dysgraphie

  • le patient a des difficultés à se faire comprendre par écrit (il est difficilement lisible).
  • l’écriture est lente.
  • écrire est fatigant voire douloureux.
  • réaliser une tâche supplémentaire est impossible car l’écriture demande à elle seule trop d’efforts.

Il existe plusieurs types de dysgraphie :

– Les dysgraphies raides : il existe une tension et une crispation lors de l’écriture rendant le trait tendu et hypertonique;
– Les dysgraphies molles : le tracé est relâché avec une irrégularité dans la dimension des lettres donnant une impression de négligence;
– Les dysgraphies lentes et précises : le graphisme est très appliqué avec un excès de structure et de précision maintenu au prix d’un effort épuisant;
– Les dysgraphies impulsives : le geste est rapide, avec un mauvais contrôle, entraînant une perte de toute structure et d’organisation.

Comment aider un enfant dysgraphique ?

  • Il est recommandé de diminuer la quantité d’écrit, ce qui s’avère indispensable pour ne pas laisser l’enfant face à des tâches insurmontables. Cependant, pour que le langage écrit soit préservé, il n’est pas pertinent de remplacer l’écriture de phrases entières par des exercices à trous : en effet, en remplissant des trous, l’élève ne perçoit pas la phrase écrite comme un tout et il accomplit une tâche mécanique, bien souvent vidée de son sens. Il est recommandé  de proposer à l’élève de ne faire que la première phrase de chaque exercice, mais de la faire entièrement, en privilégiant la qualité plutôt que la quantité.
  • Inciter l’élève à associer le geste formateur de la lettre au son qu’il est en train d’écrire, en le faisant écrire à voix haute. Ce travail vise à habituer l’enfant à synchroniser son geste et sa voix. Dans le groupe-classe, l’élève sera incité à travailler à voix plus basse, mais à continuer à murmurer au fur et à mesure qu’il écrit. Le contrôle se fait donc de manière auditive autant que visuelle.
  • Lorsque les conséquences de la dysgraphie ne sont pas encore catastrophiques, la prise en charge de l’enfant peut être effectuée par l’enseignant lui-même, et ce, durant les cours en classe. Ainsi, pour améliorer la qualité de l’écrit, vous pouvez mettre en place des petites stratégies d’écriture que l’élève appliquera à chaque fois qu’il sera amené à écrire. Vous pourrez, par exemple :
  • Il faut que le crayon soit correctement tenu.
  • Veiller à ce que l’enfant écrive avec la bonne main, selon sa latéralité (gaucher ou droitier).
  • Veiller à ce qu’il sache comment continuer un tracé.
  • Il faut qu’il comprenne le sens de rotation des lettres rondes.

Comment la psychomotricité traite t- elle la dysgraphie ?


Dysorthographie


Définition de la dysorthographie

C’est un trouble spécifique d’acquisition et de maitrise de l’orthographe, caractérisé par des inversions de lettres ou de syllabes, par des confusions auditives ou visuelles, par des omissions, par des erreurs de segmentation. Une dysorthographie accompagne une dyslexie dans deux tiers des cas environ.

Il ne s’agit pas d’un trouble des apprentissages mais d’une conséquence directement liée à certains troubles des apprentissages : en cas d’observation de signes d’alerte, se référer aux fiches concernant la dyslexie, la dyspraxie Visio-spatiale, les troubles de la mémoire, l’hyperactivité, les troubles dysexécutifs.

La dysorthographie semble aussi reliée à une absence de stratégies d’anticipation et de vérification.

Les symptômes de la dysorthographie

  • Sauts de lettres
  • Difficultés à associer un graphème à un son
  • Inversions de syllabes
  • Mauvaise segmentation des mots
  • Ecriture en phonétique

Comment aider un enfant dysorthographique ?

Le traitement est basé sur une rééducation orthophonique, prolongée et idéalement prévoir. Celle-ci ne guérit pas mais elle aide l’enfant à compenser ses déficits.

Soigner la dysorthographie (exercices pratiques)


Dyspraxie


Définition de la dyspraxie

La dyspraxie est un trouble d’ordre psychomoteur provoquant un manque de coordination et d’adaptation des mouvements à la réalisation de l’acte voulu.

Les symptômes de la dyspraxie

  • L’enfant dyspraxique aura souvent du mal à s’habiller, à faire sa toilette, à tenir ses couverts, à faire des jeux où intervient la motricité fine comme les jeux de construction.
  • Difficultés à réaliser des gestes automatiques
  • Mauvaise coordination des gestes, des mouvements
  • Maladresse
  • L’écriture est difficile car un enfant dyspraxique est également dysgraphique, c’est-à-dire qu’il a du mal à reproduire les formes graphiques. 
  • La lecture, l’orthographe, les mathématiques, la géométrie vont aussi poser souvent des problèmes, tout comme les activités manuelles, musicales ou sportives.

Comment aider un enfant dyspraxique ?

Une équipe pluridisciplinaire qui prend le mieux en charge l’enfant dyspraxique. Après avoir réalisé un bilan complet, l’équipe pourra proposer une prise en charge adaptée et un traitement individualisé (avec rééducation, aide psychologique et adaptation pour compenser les difficultés par exemple). Orthophonie, orthoptie et psychomotricité pourront ainsi faire partie du traitement global de la dyspraxie.

Dyspraxique simplement


TDA/H


Le Trouble déficitaire de l’Attention avec ou sans Hyperactivité est un trouble neuro-développemental qui se manifeste par des comportements intenses, fréquents et persistants d’inattention, d’impulsivité et d’hyperactivité. L’enfant TDA/H présente cette triade de comportements de façon handicapante et sévère, qui le rendent dysfonctionnel dans les différentes sphères de sa vie.

 Les symptômes  d’un TDA/H :

Perturbation du comportement durant au moins six mois pendant lesquels au moins six des comportements listés ci-dessous sont présents et apparition des comportements avant l’âge de 7 ans.

Troubles de l’attention :

 L’enfant ne prête pas attention aux détails ou / et fait des erreurs d’étourderie dans ses travaux.

 L’enfant peut difficilement soutenir son attention durant les activités cognitives ou les activités ludiques.

 L’enfant semble ne pas écouter lorsqu’on s’adresse à lui personnellement.

 L’enfant ne se conforme pas aux consignes et peine à mener à terme les différentes tâches auxquelles il est confronté.

 L’enfant a de grosses difficultés à organiser ses travaux ou activités

 L’enfant déteste et évite les tâches nécessitant un effort mental soutenu.

 L’enfant perd souvent les objets dont il a besoin pour son travail ou ses activités même ludiques.

 L’enfant est facilement distrait par un stimulus externe.

 L’enfant a des oublis fréquents dans la vie de tous les jours.

Hyperactivité / Impulsivité :

 L’enfant remue souvent les mains ou les pieds ou se tortille sur son siège ;

 L’enfant peine à rester assis en classe.

 L’enfant court, grimpe partout dans des situations où un tel comportement est inapproprié.

 Il s’engage fréquemment dans des activités dangereuses sans tenir compte des conséquences éventuelles (mais sans être à la recherche de sensations fortes) ; par exemple, il traverse la rue encourant sans regarder. Chez les adolescents et les adultes, ce symptôme peut se limiter à un sentiment d’impatience motrice.

 L’enfant peine à se tenir tranquille durant les activités ludiques ou de loisir.

 L’enfant agit souvent comme s’il était « monté sur ressorts »

 L’enfant parle souvent trop.

 L’enfant tend à répondre à une question même si cette dernière n’est pas entièrement posée.

 L’enfant a du mal à attendre son tour. Il manifeste rapidement son impatience.

 L’enfant interrompt les autres et tente d’imposer sa présence même si celle-ci n’est pas souhaitée.

Comment aider un enfant facile à distraire ?

• L’élève devrait être assis dans les première rangée de la classe dans

une zone où il n’y a pas trop de circulation et à la portée de

l’enseignant.

• Asseoir près de lui un pair qui peut lui venir en aide et servir de

modèle de bonne écoute.

• Donner la permission à l’élève de comparer son travail avec son voisin

lorsqu’il a terminé.

• S’il a de la difficulté à terminer son travail car il est trop distrait, lui

mettre une petite étoile après quelques numéros et lui demander de

venir montrer son travail lorsqu’il atteint la petite étoile.

• Il est bien important d’avoir le silence avant de commencer une leçon

afin de favoriser l’écoute.

• Les groupes de travail ne doivent pas être trop grands.

• On peut emménager en classe un coin de lecture tranquille.

• Se rapprocher de lui pour lui donner des explications et se servir de

son cahier pour donner des exemples.

• Seulement le matériel nécessaire devrait se trouver sur le pupitre. Il

peut parfois être utile de garder son matériel et lui donner seulement

ce dont il a besoin.

• Lui donner davantage de temps pour ses examens et ses travaux.

• Il peut être utile dans certaines situations d’agrandir les feuilles de

travail et d’en enlever les décorations.

• Cacher avec une feuille les autres numéros sur une page pour qu’il

puisse voir un numéro à la fois.

« Trucs et Astuces » pour les parents d’enfants TDAH

Sources :

  • Clinique d’évaluation neuropsychologique et des troubles d’apprentissage de Montréal
  • Association québécoise des troubles d’apprentissage, Les adultes ayant un trouble d’apprentissage, Publication, 1996, 2 pages.
  • L’Association canadienne des troubles d’apprentissage (TAAC) www.aqeta.qc.ca
  • Académie de Grenoble
  • LES TROUBLES D’APPRENTISSAGE Guide pour les enseignants Mars 2004
  •  http://www.apedys2savoie.org/dys/definitions/dyslexies
  • http://www.enseignement.be
  • Guide des aménagements pour élèves DYS Primaire et secondaire
  • REID, G., et GREEN, S. (2011). 100 idées pour venir en aide aux élèves dyslexiques, Éditions Tom Pousse
  • ENSEIGNER AUX ÉLÈVES AVEC TROUBLES D’APPRENTISSAGE.  Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles