Bien-êtreConseil de carrière

Vous n’avez pas besoin d’être un enseignant parfait

Un bon professeur est comme une bougie, se consumant pour éclairer le chemin des autres

Être un bon enseignant ne signifie PAS se consommer. J’adore la façon dont un enseignant nommé Chavie a recadré cela dans les commentaires: «Que diriez-vous, ‘Les bons professeurs sont comme une bougie, car ils peuvent permettre aux autres de briller sans briller moins eux-mêmes’?»

J’adore cette torsion, et c’est tellement vrai – une bougie peut être utilisée pour en allumer une autre, sans perdre aucune de sa propre flamme ou lumière. Il s’agit de partager le feu. Une bougie n’a pas besoin d’être complètement consommée pour être utile. En fait, le contraire est vrai.

Les enseignants ne le font pas pour le revenu; ils le font pour le résultat

C’est une autre platitude similaire, présentée par Kristina. Je me souviens avoir partagé une image de citation en ligne il y a longtemps qui disait cela, et je pensais que c’était tellement intelligent.

Mais comme Donna l’a commenté, «je le fais pour les deux. Faire une différence et gagner sa vie ne sont pas deux objectifs qui s’excluent mutuellement. Ce n’est pas parce que vous voulez avoir un impact positif que vous ne pouvez pas non plus vous soucier de gagner de l’argent. » Comme l’a ajouté Rachel, «les résultats ne mettront pas de la nourriture sur la table pour ma famille.» Bien dit.

Tout est pour les enfants / fais-le pour les enfants

En voici un qui m’a toujours beaucoup dérangé, soumis par Melinda. «Chaque fois que quelque chose est ajouté à nos assiettes, on nous dit:« C’est dans le meilleur intérêt des étudiants ». N’essayez pas de me culpabiliser!

Kendra a ajouté: «C’est ce qu’il y a de mieux pour les enfants. Oui, j’entends souvent ça quand ils veulent ajouter à la liste des choses à faire. » Betsy a déclaré: «Nous faisons tout pour les enfants. Mais je fais ça aussi pour mon hypothèque. Professeurs, oui! Il n’y a pas de honte à cela.

Vanessa a ajouté: « J’aime les enfants, mais si je n’étais pas payé, je ferais autre chose. » Thurmiere l’a complimentée en disant: «Je respecte totalement votre honnêteté. Tant d’enseignants sont politiquement corrects quand il s’agit de pourquoi ils enseignent. Mais la réalité est que l’enseignement est un travail qui paie les factures (comme tout autre travail). Je vous garantis que la plupart des enseignants ne se présenteraient pas le lundi s’ils devaient enseigner à vie comme bénévoles! (à moins, bien sûr, qu’ils aient un flux de revenus régulier ailleurs). »

Nous devons abandonner la croyance que vouloir gagner suffisamment d’argent pour vivre confortablement est en quelque sorte égoïste ou mauvais ou contraire à la profession d’enseignant. Chaque enseignant attentionné que je connais se soucie également du chèque de paie et nous ne devrions pas avoir à le cacher pour embrasser la mentalité de martyr qui nous a été imposée.

Faites «tout ce qu’il faut».

Cela conduit à un bon, soumis par John. Il a écrit: «Euh, non. Les frontières comptent. »

Laura a répondu: «Oui, et c’est équivalent: vous devez toujours mettre les enfants en premier; faites-le pour les enfants. Non, les enseignants ne peuvent pas être obligés de sacrifier leur santé mentale et physique «pour les enfants» ou de «faire tout ce qu’il faut» au détriment de leur propre bien-être! »

En aparté ici, je vais vous parler d’une contre-citation que j’aime vraiment, et sans surprise, elle ne provient pas de l’espace éducatif. C’est « Vous ne pouvez pas verser d’une tasse vide. »

On est né pour enseigner

Eric a mentionné la platitude de «On est né pour enseigner» et dit: «Cela obscurcit le fait que les grands enseignants sont faits par le travail acharné, l’étude, la pratique, la réflexion, etc. En tant que formateur d’enseignants, celui-ci me rend fou.

Je dois admettre que je ne l’ avais jamais pensé de cette façon avant, parce que je ne sens que je suis né pour enseigner. Je suis un enseignant dans l’âme et je le fais tous les jours, toute la journée, à un titre ou à un autre. J’étais cette enseignante qui jouait à l’école quand j’avais cinq ans et qui rêvait toujours d’avoir ma classe.

Mais Eric a tout à fait raison. Un grand enseignant n’est pas né de cette façon. Oui, vous pourriez avoir le désir d’enseigner de manière intrinsèque, et cela pourrait ressembler à votre vocation ou à votre objectif, mais cela nécessite énormément d’apprentissage, de pratique, d’expérimentation, de réflexion et de croissance. L’enseignement est un métier qui doit se perfectionner au fil du temps. Et si nous réduisons cela à quelque chose où vous venez de naître pour être enseignant, cela minimise vraiment tout le travail acharné, les compétences et l’argent qui ont été nécessaires pour être formé en tant qu’enseignant.

Enseigner est une vocation

Christy dit que ce n’est pas une vocation: «C’est une carrière dans laquelle vous êtes allé à l’école pendant longtemps et à laquelle vous vous consacrez tellement. Vous devriez être payé pour cela. Cependant, chaque fois qu’un enseignant dit cela, quelqu’un entend: «Les enseignants n’ont pas besoin d’être payés davantage. Ils peuvent faire ce qu’ils aiment. »

J’ai beaucoup repensé cela aussi, en particulier avec cet entretien que j’ai fait avec Jenn Binis dans EP153 sur la façon dont les enseignants sont historiquement surchargés et sous-évalués . J’ai lu le livre qu’elle a recommandé par Dana Goldstein intitulé The Teacher Wars: A History of America’s Most Embattled Profession .

Dana explique comment, au début de l’ère de l’école commune (qui a finalement conduit à notre système scolaire public américain), l’enseignement était considéré comme une vocation à laquelle on consacrerait sa vie. C’était comme entrer dans un ministère ou devenir religieuse: les enseignantes devaient être célibataires et sans enfant et se consacrer de manière désintéressée à leurs élèves. De nombreux enseignants étaient de jeunes adolescents – âgés de 14, 15 ans – et l’enseignement était essentiellement considéré comme du travail non qualifié. Il était considéré comme une extension du maternage (qui n’est évidemment pas rémunéré) et le travail principal d’un enseignant était de transmettre la moralité et les bonnes manières, pas les universitaires. De toute évidence, les salaires correspondaient à cette vision de la profession en tant que ministère ou vocation.

Ainsi, lorsque nous parlons aujourd’hui d’être né pour enseigner ou d’enseigner comme étant une vocation, nous renforçons ce récit qui persiste depuis plus de 200 ans en Amérique sur le fait que l’enseignement est quelque chose que vous faites parce que vous avez été appelé à y consacrer votre vie. Vous n’exigez pas que vos propres besoins soient satisfaits dans le ministère (du moins, pas dans l’opinion populaire.) Vous vous soumettez à l’appel et sacrifiez vos propres besoins pour cela.

Mais aujourd’hui, l’enseignement est censé être une carrière. Les enseignants sont des professionnels diplômés et hautement qualifiés. Donc, même si une personne a l’impression que l’enseignement est un appel, nous devons contrer le récit selon lequel il s’agit d’un appel censé être totalement altruiste. Ce n’est pas exact pour le moment et ce n’est certainement pas sain, étant donné toutes les demandes qui sont imposées aux enseignants et justifiées parce que «vous faites tout pour les enfants».

J’enseigne; quel est VOTRE superpuissance?

Maintenant c’est intéressant. C’est celui que j’ai personnellement trouvé stimulant jusqu’à ce que je réfléchisse un peu plus au commentaire d’Amy: «Ce n’est pas une superpuissance. C’est un travail acharné et nous sommes des êtres humains avec des limites.

Patrick a ajouté: «Franchement, je déteste cette phrase avec tout ce qui est la« superpuissance », car une superpuissance serait quelque chose qui vous arrive juste, sur lequel vous n’avez aucun contrôle. Ce qui signifie que la tâche est extrêmement simple pour vous ou demande très peu d’efforts. »

Et Vanessa a souligné que «le concept selon lequel les enseignants sont des super-héros signifie qu’ils peuvent tout faire en même temps. Mais les enseignants sont des êtres humains qui doivent prendre soin d’eux-mêmes pour prendre soin de leurs élèves.

Si un élève n’a pas appris, l’enseignant n’a pas enseigné

Nanette l’a mentionné en écrivant: «Je ne suis pas un faiseur de miracles, je ne suis qu’un humain.» Debra a ajouté: « Et je ne suis qu’une variable dans la vie de cette personne. »

Un bon enseignant peut gérer n’importe quelle taille de classe

Regina a mentionné une platitude autour de la taille de la classe: «Si un enseignant a de solides compétences en gestion de classe, peu importe qu’il y ait 15 ou 35 élèves dans une classe. Mais ça compte. J’ai eu les deux classes de taille et tout le reste. Vous pouvez évidemment accorder plus d’attention par élève s’il y a moins d’enfants dans la classe. »

Nous enseignons aux étudiants, pas à un domaine

Zendre a écrit: «Je suis tellement fatigué de lire: ‘Nous enseignons aux étudiants, PAS les mathématiques / la lecture / les sciences / ELA / etc.’ Il s’agit d’une fausse dichotomie: ce n’est pas une situation de l’un ou l’autre. Je ne choisis pas entre les étudiants et le sujet que j’aime. C’est un faux problème de prétendre que les enseignants doivent choisir entre enseigner aux enfants ou enseigner la matière qu’ils aiment. C’est le fait que j’aime A LA FOIS ma matière ET mes enfants qui me fait aimer enseigner et me donne envie d’acquérir une expertise avec les étudiants et les mathématiques. Je le dis souvent ainsi: «J’adore marcher aux côtés des enfants lorsqu’ils apprennent les mathématiques. J’adore être là quand ils découvrent qu’ils sont, en fait, bons en maths, que les maths sont chouettes, etc. »

Les données doivent guider l’instruction

Mindi a écrit: «Nous entendons toujours que les données doivent guider l’instruction. Mais une bonne partie des données ne sont pas des représentations pertinentes ou précises de ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas faire. »

C’est un point fort, et cela m’a beaucoup fait réfléchir sur les raisons pour lesquelles le terme basé sur les données m’a tellement dérangé. Vrai temps de confession: je n’ai jamais vraiment utilisé de données pour conduire mon instruction. Influencer et informer mon instruction… bien sûr. Mais le conduire? Jamais.

Je n’ai pas besoin de résultats de tests pour me dire si un enfant a compris ce que j’ai enseigné. Le truc logique et concret n’est qu’une information. Mon intuition, mon observation et mes preuves anecdotiques sont tout aussi importantes et sont souvent encore plus précises car elles sont holistiques et ne réduisent pas l’apprentissage d’un enfant à un score sur une tâche.

Je sais – en tant qu’être humain ayant un lien avec mes enfants – quand un élève a mal fait parce que ses parents se battaient la nuit précédente et qu’il était distrait. Les données ne me disent pas cela.

Je sais que l’enfant qui semblait maîtriser les normes ne sait vraiment pas comment penser de manière critique ou résoudre des problèmes, mais a simplement fait tellement d’activités de préparation aux tests qu’elle peut le simuler pour un examen. Les données ne me disent pas cela.

Les enseignants, votre humanité, vos relations avec les enfants, vos relations et vos capacités d’observation comptent. Ils font partie intégrante du travail même s’ils ne sont pas mesurés, alors ne laissez personne écarter cela dans votre esprit.

Donc là vous l’avez, une douzaine de platitudes d’enseignants démystifiées. S’il semble que je suis passionné par ce genre de choses en ce moment, je le suis. S’il semble que je parle beaucoup de choses générales sur le podcast ces jours-ci, et de la façon dont les enseignants sont traités et de la façon dont la profession est perçue, je le suis.

Je partage avec vous sur ce podcast ce que j’ai appris et me concentre sur moi-même. Et au cours de cette dernière année, et particulièrement ces six derniers mois, lorsque j’écrivais ce nouveau livre «Fewer Things, Better: The Courage to Focus on What Matters Most» , j’ai commencé à voir des choses que je ne peux pas ignorer maintenant.

Je souhaite partager autant d’informations que possible avec vous sur la façon dont vous, en tant que praticien de classe, pouvez prendre en charge votre profession, réécrire le récit d’enseignement et définir le travail que vous faites pour vous-même.


Par Angela Watson: une spécialiste de la productivité et de l’état d’esprit, auteure et conférencière motivante pour les éducateurs.

Cet article est traduit de l’anglais et adapté par notre équipe BienEnseigner. (Source)

Un commentaire

  1. Euh et ceux qui se remettent à bosser à 21h quand leurs enfants sont couchés ? Ce n’est pas parce qu’on part après les élèves qu’on a fini notre journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page