Idées et stratégiesTice

15 méthodes innovatrices de l’utilisation des réseaux sociaux en classe

Nul ne peut nier que les étudiants d’aujourd’hui adorent les réseaux sociaux. Grace à leur popularité telles que Snapchat, Instagram, Twitter et Facebook, de nombreux enseignants intègrent ces applications à leur programme. Les enseignants transforment ce que les élèves publient sur les médias sociaux en contrôles.

Lors de l’utilisation d’une plate-forme d’un réseau social à l’école, l’enseignant doit tenir compte de quelques points. Tout d’abord, il est important de connaître et de suivre la politique de sarégion en matière de réseaux sociaux. Pour que les enseignants voient le contenu des médias sociaux postés par les élèves, ils doivent parfois devenir des amis virtuels ou suivre cet élève sur son compte personnel.

La transparence est également de la plus haute importance – les parents et les tuteurs devraient avoir la possibilité de suivre et de voir ce que les élèves et les enseignants publient. Souvent, cela signifie simplement de s’assurer que les comptes de médias sociaux sont publics ou, s’ils sont privés, et que les parents et les tuteurs aient la possibilité d’être invités à rejoindre des groupes de classe.

Les enseignants doivent également connaitre que les élèves n’ont pas tous accès à la technologie des smartphones ni aux médias sociaux. Par conséquent, des instructions différenciées doivent être disponibles pour ces élèves afin qu’ils puissent aussi s’amuser. En raison des problèmes de confidentialité liés aux réseaux sociaux, de nombreux enseignants optent pour que les élèves remplissent des modèles en papier qui ressemblent à des plates-formes de réseaux sociaux plutôt que de laisser les étudiants publier du contenu en ligne.

Enfin, les enseignants doivent comprendre que les comptes de réseaux sociaux sont personnels, ce qui signifie que les travaux scolaires ne doivent pas monopoliser les flux de réseaux sociaux sur les élèves. Certains enseignants demandent aux élèves de créer des comptes de classe, ce qui signifie qu’un compte principal peut être destiné aux amis et à la famille, tandis qu’un compte secondaire est celui où un élève poste le contenu de la classe.

Les moyens d’intégrer les réseauء sociaux dans la salle de classe sont de plus en plus nombreux. Voici quelques idées les plus novatrices !

1. Tableaux d’affichage

Les enseignants créatifs utilisent également les plateformes desréseaux sociaux comme tremplin pour inspirer leurs apprenants attachés à l’internet. Certains enseignants conçoivent leurs tableaux d’affichage pour ressembler à un profil Facebook, par exemple. Cela fonctionne particulièrement bien pour un tableau d’affichage de la rentrée scolaire, car il permet aux élèves de découvrir la personnalité de leur enseignant. Une autre façon de laisser les réseaux sociaux inspirer les tableaux d’affichage consiste à transformer votre tableau d’affichage en un profil Instagram. Sélectionnez un étudiant par semaine ou par mois pour afficher ses photos afin de permettre aux étudiants de mieux se connaître.

2. Organiser des groupes d’élèves avec un compte de réseau social de classe

Des groupes Facebook peuvent être créés pour permettre à l’administrateur du groupe (l’enseignant) de contrôler soigneusement les paramètres de confidentialité. Ici, les enseignants peuvent poster des rappels, des devoirs, des photos de sorties, des vidéos d’aide, des articles intéressants, des questions de discussion, etc. Les parents et les élèves peuvent se joindre à ces groupes, ce qui signifie que la communication avec la maison devient beaucoup plus facile. Les comptes Twitter des enseignants peuvent être utilisés de la même manière, mais avec moins de caractères. De même, les enseignants peuvent créer des comptes Instagram professionnels sur lesquels ils peuvent afficher des émissions et des éléments tels que des images de décor de salle de classe, un travail remarquable pour les étudiants, les points forts de la sortie éducative, etc.

Certains enseignants organisent des «prise de contrôle» d’élèves de comptes de médias sociaux en classe, ce qui signifie qu’un élève est autorisé à publier du contenu pour le jour ou la semaine suivant. Cela peut être une récompense pour un bon comportement ou un devoir de pratiquer la narration ou la synthèse de compétences.

3. Profils de réseaux sociaux pour un personnage historique

Plusieurs de possibilités ici. En utilisant Facebook, Twitter ou Instagram comme point de départ, demandez à vos élèves de sélectionner un personnage historique ou un personnage littéraire. Après avoir recherché la personnalité, les élèves créent ensuite un faux compte (un faux livre, si vous voulez) pour ce personnage. L’enseignant définit les paramètres. Sur Twitter, les étudiants devront écrire autant de tweets que leur alter ego, sur Instagram, ils organiseront des photos, rédigeront des légendes et des hashtags. Sur Facebook, les élèves créent et remplissent les détails du profil du personnage.

Pour les enseignants qui souhaitent effectuer cette tâche sur papier, les modèles numériques qui abondent permettent aux élèves de remplir des champs vierges et d’imprimer un produit final qui ressemble à une page de réseau social.

4. Utiliser de manière créative les hashtags

Les hashtags permettent aux utilisateurs d’organiser et de classer le contenu afin qu’il soit consultable ultérieurement. Les hashtags peuvent être inclus dans pratiquement tous les articles et les reportages sur les réseaux sociaux (une exception notable est Snapchat, qui ne permet pas aux utilisateurs d’organiser du contenu à l’aide de hashtags). Un enseignant qui s’y connait bien peut utiliser les hashtags de différentes manières.

Un enseignant peut proposer un hashtag dans la classe (cela peut changer chaque année). Tous les messages d’une année scolaire spécifique peuvent être marqués avec le même hashtag. Les étudiants peuvent soumettre le contenu à leurs enseignants à l’aide du hashtag afin que les enseignants puissent facilement trouver (et noter) le contenu requis.

5. résumés Tweet

Le test ultime de synthèse des compétences consiste à rédiger un résumé dans les 280 caractères autorisés par Twitter.
Les élèves peuvent résumer à peu près n’importe quoi, de la leçon du jour aux devoirs de lecture de veille à l’intrigue d’un livre ou d’un film. Ils le tweet ensuite avec un hashtag correspondant (ou l’écrivent sur un morceau de papier) et le tour est joué !

6. Conférences en classe sur Instagram

Les enseignants peuvent utiliser la fonction de récit sur Instagram pour enregistrer de courtes vidéos d’eux-mêmes donnant des conférences de livres, et les élèves peuvent être invités à faire de même. Une conversation de livre contient un peu le résumé de l’intrigue, deux raisons pour lesquelles une personne devrait lire le livre. Les discussions de livre ne gâchent pas la fin pour les lecteurs. Bien sûr, cette stratégie peut être utilisée en classe de littérature, mais elle s’applique également pour la lecture d’un programme.

7. Créer un personnage / un personnage historique

Un riff sur la page Facebook imaginée d’une assignation de personnage historique est une assignation similaire utilisant Pinterest comme plate-forme de média social de choix. Les étudiants choisissent à nouveau et recherchent le caractère de leur livre ou une figure historique assignée. Cette fois-ci, ils créent un tableau Pinterest où ils épinglent des images qui reflètent l’esthétique de leur personnage. Ceci est similaire à un tableau de vision, dans lequel une variété d’images apparentées sont épinglées pour donner une idée globale de la personne. C’est une excellente tâche qui fonctionne numériquement, mais il peut également être transformé en un projet artistique en 3D dans lequel les élèves épinglent réellement des images sur une affiche ou sur un babillard.

Voir cette publication sur Instagram

One of my current intention boards!! I feel that you can never have too many but once you feel that one isn’t resonating with you anymore, it’s time to make a new one. OR once a bunch of things happen on your board (as mine did, yay) it’s also time to make a new one, or change out some of the images and words. Sometimes our goals and dreams change, and that’s okay! We are meant to evolve. This world is full of unlimited opportunities and potential for EVERYONE. If you don’t have a board I encourage you to make one. I’ll be hosting a fun workshop soon in LA- teaching law of attraction and how to manifest your dreams by making intentional decisions and intention boards to help manifest those decisions. Details coming soon! #wealldeservetohaveitall #lifelessonswithlins #llwl #intentionboard #visionboard #workshop #la #intentions #intentionsetting #goals #happiness #podcast

Une publication partagée par LINDSAY COOLEY MANAGEMENT (@lindsayjcooley) le

8. Conversations textuelles imaginées

Dans cette activité, les élèves imaginent une conversation par texte entre deux personnes. Ceux-ci peuvent être des personnages d’un livre ou des personnalités célèbres. Le champ d’application peut être encore élargi pour imaginer une conversation entre les 13 colonies et l’Angleterre au moment de la révolution, par exemple. Les enseignants peuvent utiliser des modèles de message texte ou les étudiants peuvent créer de courtes vidéos montrant les textes en temps réel sur leur téléphone.

9. Utiliser le récit pour enseigner les techniques journalistiques

Snapchat, Instagram et Facebook ont tous une fonctionnalité de la journée qui permet d’afficher des images et des vidéos pendant 24 heures avant leur disparition. Cela signifie que ces compilations ne font pas partie d’un profil permanent de réseau social, ce qui en fait le lieu idéal pour couvrir les événements de journalistes en herbe ou pour une mission d’actualité dans un cours de sciences humaines ou d’écriture.

Les enseignants définissent la modalité du travail, puis les élèves partent pour couvrir un événement (un événement sportif, une assemblée, un exercice d’incendie) de la même manière que le ferait un journaliste. Les élèves iront peut-être interroger les participants à l’événement, puis ajouter une vidéo par eux-mêmes rapportant l’actualité. Des photos avec des légendes, des hashtags et des marqueurs d’emplacement peuvent également être ajoutés.

10. Utiliser la fonction du récit pour des vidéos explicatives

Les élèves peuvent publier des vidéos expliquant une expérience scientifique. La vidéo peut être une prise de vue en continue ou des photos avec du texte posté consécutivement dans leur histoire. Cela a d’innombrables applications et les enseignants peuvent également l’utiliser pour aider les élèves à comprendre comment résoudre un problème de maths, par exemple.

Voir cette publication sur Instagram

Wanna see my party trick? 🤣 literally… 😝😉

Une publication partagée par Claire Auden (@claire_auden) le

11. Chasses au trésor Hashtag

Certains enseignants vont encore plus loin dans leur jeu de hashtags en proposant des hashtags spécifiques à une tâche (#showandtellSaturday, #metaphorsonmondays, etc.). Les étudiants doivent aller dans le monde et trouver des exemples d’un concept enseigné en classe. Dans les arts du langage, cela pourrait être un signe d’erreur grammaticale et, en science, une vidéo enregistrant l’effet Doppler. Un enseignant peut en faire une tâche ou un devoir supplémentaire.

Instagram permet aux utilisateurs d’afficher des hashtags sur leurs journées et de marquer d’autres utilisateurs dans des journée. Un hashtag unique simplifie donc cette tâche.

12. Parole parlée / poésie

Instagram est un endroit idéal pour partager de la poésie, que ce soit sous forme écrite ou sous forme de mots parlés. L’interface d’Instagram permet aux utilisateurs de publier des photos de poèmes qu’ils ont écrits et les étudiants peuvent associer des hashtags à leurs écrits pour augmenter la taille de leur lectorat.

13. Créer un Bitmoji et l’utiliser

Bitmoji est une application qui fonctionne avec Snapchat. Dans celui-ci, les utilisateurs peuvent créer et personnaliser un avatar de dessin animé qui leur ressemble. Cet avatar peut ensuite être inséré dans des clichés instantanés que les utilisateurs s’envoient. Mais ce n’est pas tout. Les enseignants utilisent leurs Bitmojis pour ajouter toutes sortes de touches personnelles de culture pop à leur classe. Les bitmojis peuvent être utilisés pour créer des affiches et être personnalisés en autocollants pour les affectations .

14. Utiliser les « Stories » pour raconter une histoire

Une image vaut mille mots, n’est-ce pas? Les récits pratiques sur Instagram, Facebook et Snapchat sont la plate-forme idéale pour que les étudiants mettent en pratique leurs compétences en narration. Un professeur d’art du langage qui vient de parcourir les différentes parties d’une intrigue (situation initiale, élément perturbateur, …) peut demander aux élèves de composer une histoire complète en cinq images (une correspondant à chaque partie de l’intrigue). . Leurs histoires peuvent n’être que des images, ou les étudiants peuvent utiliser des hashtags ou des légendes pour développer leurs histoires.

15. Tweeter une fiche de sortie

Certains professeurs créatifs utilisent Twitter pour vérifier leur compréhension au début ‘ évaluation diagnostique) ou à la fin ( évaluation sommative) d’une période. Les enseignants demandent aux élèves de tweeter un bref résumé des activités de la journée ou de répondre à toutes leurs questions.

Source

Bouton retour en haut de la page
Fermer