Social émotionnel

4 façons d’enseigner l’empathie dans la classe

L’empathie peut être considérée comme un moyen d’apprentissage et de développement pour les élèves .

L’empathie peut être un concept difficile à enseigner aux enfants. Tout d’abord, il y a la différence subtile entre l’empathie et la sympathie, qui peut être difficile à expliquer même aux adultes. Et puis il y a la définition insaisissable du dictionnaire : « la capacité de comprendre et de partager les sentiments d’autrui. »

La question qui se pose est : Comment peut-on vraiment comprendre ce que ressent quelqu’un d’autre ? Certaines personnes naissent-elles avec cette capacité innée, ou s’agit-il d’une capacité qui peut être apprise et acquise ? Personnellement, je crois que même si les gens naissent avec différents niveaux d’empathie, c’est aussi une compétence importante qui peut être enseignée en classe. . Voici quelques façons pratiques dont le professeur peut enseigner l’empathie en classe.

1 . Enseigner l’empathie par l’apprentissage par projet

L’une des façons dont les écoles peuvent enseigner l’empathie aux élèves est de les faire participer à des projets technologiques créatifs et interdisciplinaires axés sur le développement de l’empathie.

Les élèves peuvent créer des histoires ,des bandes dessinées…pour favoriser l’empathie.

2 .       Créer des cartes d’empathie

Les recherches montrent que la meilleure façon pour les élèves de commencer à comprendre l’empathie consiste à les aider à agir par un apprentissage actif . On peut mettre au défi nos élèves de créer des  » cartes d’empathie « , dans lesquelles ils sont poussés à réfléchir à la façon dont les autres se sentiraient dans une situation donnée. Les élèves se sont d’abord associés pour créer des « roses » et des « épines » – des émotions positives et négatives -. Puis ils plaçaient leurs roses et leurs épines sur différentes sections d’un tableau sous les catégories  » Écouter « ,  » Voir « ,  » Penser et sentir  » ou  » Voir et faire « . Cela leur a permis de réfléchir de façon critique à la façon dont les autres se sentiraient dans une situation.

3. Élaborer un programme qui favorise l’écoute active

Une autre façon de favoriser l’empathie est l’écoute active, avec des exercices qui enseignent aux élèves la compétence de l’écoute active. Ces exercices consistent à jumeler un élève avec un autre élève. Les élèves doivent suivre des consignes précises comme le contact visuel quand leur partenaire parle, ne pas interrompre et faire des commentaires perspicaces qui reconnaissent que l’élève s’est entièrement appliqué à ce que dit son partenaire.

4. Intégrer le design  thinking

Enseigner l’empathie aux enfants commence par démontrer ce que signifie avoir une attitude positive qui se traduit dans la façon dont ils parlent. Par exemple, nous encourageons les élèves à structurer les phrases d’une manière qui reflète la pensée conceptuelle. Cela inclut des phrases qui coulent comme « J’aime… parce que… » et « J’aimerais… parce que… ». De cette façon, les élèves apprennent à réfléchir et à se mettre à la place des autres. S’ils pensent certaines choses pour certaines raisons, ils comprennent mieux pourquoi leurs pairs peuvent avoir aussi certaines pensées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page