Culture scolaire

La discipline positive : définition, principes et exemples

Comme dans un jeu, les règles doivent être claires et constantes tout en entraînant une conséquence lorsqu’elles sont enfreintes. C’est à cette condition que la discipline positive vise à instaurer des principes pour que les relations de famille se déroulent dans le plaisir et l’harmonie.

La discipline positive est fondée sur les droits des enfants à un développement sain, à la protection contre la violence et à la participation à leur apprentissage. Elle a pour but d’encourager la coopération, et le sentiment de compétence qu’elle fait naître chez l’enfant. On atteint plus aisément cet objectif en donnant à l’enfant le sentiment qu’il est respecté, accepté, compris et aimé. 

Qu’est-ce que la discipline positive ?

La discipline positive est une méthode respectueuse, ni permissive ni punitive qui propose aux adultes, un ensemble d’outils pour développer chez l’enfant le sens des responsabilités, l’autonomie, le respect mutuel et l’envie d’apprendre. 

C’est une méthode fondée sur les principes du développement de l’enfant. Son but est de guider les enfants en leur faisant savoir quel comportement est acceptable d’une manière ferme, mais gentille. 

La punition décrit des méthodes de contrôle, obtenues en exigeant le respect de règles ou d’ordres et en punissant le comportement indésirable. 

La discipline vient de la racine latine disciplina, qui signifie « donner une instruction, enseigner ». Des recherches récentes sur le cerveau ont confirmé que les gens apprennent mieux lorsqu’ils se sentent en sécurité et connectés aux autres, dans le contexte de relations sûres. 

Par conséquent, l’objectif de la discipline positive est d’enseigner en créant d’abord des relations sûres avec les enfants. La connexion doit précéder la correction pour que la discipline soit efficace à long terme. L’outil le plus puissant pour enseigner aux enfants est de modeler ce que nous voulons qu’ils fassent ou soient. 

La discipline positive: résumé

Vous trouverez ci-dessous un résumé des principes de la discipline positive :

  • La discipline positive est une méthode par laquelle les parents communiquent clairement quels sont les comportements appropriés, ceux qui ne le sont pas, et quelles sont les récompenses pour un bon comportement et les conséquences pour un mauvais comportement.
  • Elle a été mise au point par Dr Jane Nelsen, conseillère matrimoniale, familiale et infantile agréée et auteur de Discipline Positive.
  • Il s’agit d’une méthode autoritaire axée sur l’encouragement et la résolution des problèmes. La discipline positive n’utilise pas les cris, la fessée ou les punitions sévères.
  • Les experts estiment qu’elle est motivante et efficace pour les enfants.

Pourquoi la discipline positive est-elle importante ? 

La discipline positive a plusieurs avantages : 

  • La discipline positive enseigne aux enfants la responsabilité, l’autodiscipline, la capacité à résoudre les problèmes et la coopération. 
  • Elle respecte les enfants et les adultes. 
  • Elle établit la confiance et renforce les relations, aidant à former de nouvelles connexions dans le cerveau de l’enfant. 
  • La discipline positive développe et maintient l’estime de soi. 
  • Elle apprend aux enfants à gérer leurs émotions. Elle apprendre aux enfants à gérer le stress de manière saine. 
  • La discipline positive invite les enfants à contribuer de manière significative et développe leur sens de l’importance. 
  • Elle permet aux enfants de bien comprendre qu’ils ont du pouvoir ou de l’influence sur ce qui leur arrive dans la vie.

La discipline positive veut transmettre les talents et les compétences suivantes :

  • La confiance en soi
  • Sens des responsabilités
  • Autodiscipline
  • Coopération
  • Ouverture d’esprit
  • Patience
  • Résolution de problèmes et recherche de solutions
  • Ouverture d’esprit
  • Raisonnement et discernement
  • Respect de soi et des autres
  • Compassion et empathie
  • Acceptation de soi et des autres
  • Enthousiasme pour la vie
  • Curiosité
  • Goût des apprentissages
  • Contrôle de soi recherche de solutions
  • Sagesse intérieure
  • Honnêteté et intégrité
  • Estime de soi
  • Intérêt pour les autres
  • Motivation
  • Capacité de raisonnement
  • Conviction d’être capable

Les principes de la discipline positive

Selon le Dr Nelson, la discipline positive repose sur cinq principes :

  • Aider les enfants à ressentir un sentiment d’appartenance et de signification. 
  • Être mutuellement respectueuse et encourageante (gentille et ferme à la fois). 
  • Être efficace à long terme (tient compte de ce que l’enfant pense et ressent, apprend et décide à propos de lui-même et de son monde, et de ce qu’il doit faire à l’avenir pour survivre ou s’épanouir). 
  • Enseigner des compétences sociales et des aptitudes à la vie quotidienne importantes (le respect, le souci des autres, la résolution de problèmes et la coopération, ainsi que les compétences nécessaires pour contribuer au foyer, à l’école ou à la communauté au sens large).
  • Inviter les enfants à découvrir à quel point ils sont capables (encourage l’utilisation constructive du pouvoir personnel et de l’autonomie).

Il s’agit d’une philosophie parentale fondée sur l’encouragement, la responsabilisation et le respect mutuel. Elle aide les parents à trouver des solutions aux mauvais comportements plutôt que d’utiliser ou de s’appuyer sur des punitions. La discipline consiste à guider les enfants, en étant ni permissif ni punitif.

Les 3R de la discipline positive

Demander à un enfant de réparer ses erreurs, c’est lui dire: «Je crois en toi.» Son comportement commence à s’améliorer quand on le traite comme s’il était déjà ce qu’il est capable de devenir. 

De plus, réparer ses fautes est l’un des éléments clés de la discipline positive. L’enfant doit Reconnaître sa responsabilité, Réconcilier et Résoudre le problème. En d’autres termes, ce sont les 3 R de la discipline positive :

1. Reconnaitre 

Reconnaitre sa part de responsabilité est la première étape qui aide l’enfant à comprendre que la faute existe, même s’il n’a pas fait exprès ou n’avait pas l’intention de blesser, de nuire, de casser. Par conséquent, l’enfant apprend à être juste et honnête avec tout le monde.

Cette étape passe par la prise de conscience de l’erreur et du dommage causé.

2. Réconcilier

Une fois l’erreur reconnue, il est crucial de passe à la deuxième étape qui consiste à présenter ses excuses.  Réconcilier va permettre à l’enfant de se reconnecter à lui. Cette étape passe par des mots comme :

  • Je suis désolé(e)
  • Excusez-moi
  • Pardonnez-moi
  • Pardonnez-moi pour cela.
  • Je suis vraiment désolé !
  • Ce n’était pas mon intention de …
  • C’est de ma faute.

Le jeune enfant perçoit bien, mais interprète souvent mal. On ne peut corriger un comportement déplaisant si on vise la raison de l’enfant sans passer au préalable par son cœur.

Ce type d’attitude lui permettra également de savoir s’excuser à son tour lorsqu’il remarquera ses propres torts lors de situations prochaines.

3. Résoudre

Le terrain est maintenant fertile pour pouvoir avancer et permettre de trouver une solution ensemble. Cette troisième étape consiste dans à trouver des solutions pour réparer. C’est le bon moment de réflexion :

  • Comment résoudre ce problème ?
  • Comment mieux agir la prochaine fois ?

Exemple de la discipline positive

Vous trouverez ci-dessous des exemples de la discipline positive :

Exemple 1 :

Pour vous, pour élever des enfants disciplinés:

a) Vous devez favoriser le respect mutuel

b) Les enfants doivent apprendre à obéir à l’autorité

c) Vous devez punir les comportements désobéissants dès qu’ils se manifestent

Exemple 2 :

Votre fils, qui a toujours aimé les pommes, se met en colère parce qu’il ne voulait pas de pommes dans sa salade de fruit:

a) Vous proposez une solution

b) Vous l’oblige à manger sa salade parce que tout le monde sait qu’il aime les pommes

c) Vous le grondez et le menacez d’être privé de son dessert.

Si vous avez répondu “A” aux questions ci-dessus, votre style de parentalité s’approche de la discipline positive. La discipline positive va à l’encontre des approches qui demandent aux enfants de faire «ce que je vous dis». C’est une approche fondée sur le dialogue, la négociation et l’encouragement.

La discipline positive dans la classe

La discipline positive dans la classe

Dans les classes aujourd’hui, la relation des élèves avec l’école, les savoirs et l’autorité change. De plus, les apprenants sont de plus en plus difficiles à contrôler et les programmes restent exigeants. 

Pour enseigner dans une ambiance apaisée et propice aux apprentissages, il est essentiel d’impliquer les élèves, de stimuler efficacement leurs compétences en matière de recherches de solutions et de créer avec eux un climat qui favorise les apprentissages. 

En effet, la Discipline Positive offre des solutions efficaces pour instaurer un climat de coopération et de respect mutuel dans les classes. 

Le livre « La Discipline positive dans la classe » vous propose des clés pratiques et faciles à mettre en place pour : 

  • créer un climat de classe qui stimule les apprentissages et développe le sentiment d’appartenance
  • utiliser l’encouragement plutôt que les éloges et les récompenses ; développer les compétences sociales des élèves par la mise en place de Temps d’Échange en Classe, structurés et focalisés sur la recherche de solutions (TEC) 
  • comprendre en quoi l’implication des élèves dans la recherche de solutions est beaucoup plus efficace que la punition
  • trouver des réponses efficaces, identifier les buts qui sous-tendent les comportements inappropriés plutôt que d’en chercher les causes ; contribuer à la formation de la personne et du citoyen.

Conclusion

La discipline positive est une méthode pour éduquer avec bienveillance et fermeté. Elle est pleine de bon sens qui répond aux besoins des enfants d’aujourd’hui. Cette méthode propose aux parents des ateliers et des outils pour encourager le bon comportement.

C’est un vrai changement de regard sur l’éducation est proposé.

Sources :

  • Brigitte Racine, LA DISCIPLINE, un jeu d’enfant, Édition du CHU Sainte Justine 2008, 2018
  • Dottrens, R. (1960). Tenir sa classe. Paris: Unesco.
  • Prairat, E. (1997). La sanction. Petites méditations à l’usage des éducateurs. Paris: L’Harmattan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page