Conseil de carrière

Les 10 qualités intelligentes d’un bon enseignant

Être un bon enseignant est le rêve de chaque membre du corps enseignant. Mais qu’est-ce qu’un bon enseignant ? Et qu’est-ce qui différencie un meilleur prof des autres professeurs? En d’autres termes: quelles sont les qualités d’un bon enseignant?

Vous trouverez ci-dessous les qualités d’un bon enseignant, dont certaines vous sont certainement très familières. Jetez un coup d’œil et voyez ce que vous en pensez.

1. Ils ont confiance en eux

enseignante heureuse

La confiance d’enseigner peut signifier un certain nombre de choses : cela peut aller de la confiance dans les savoirs que les profs enseignent à la confiance en leur capacité à maîtriser le processus d’enseignement et d’apprentissage en général. De plus, une bonne gestion de classe est aussi importante pour améliorer la confiance en soi. Bien que ces deux « révélations » (et bien d’autres) soient importantes, la confiance la plus critique qu’un enseignant puisse éprouver est beaucoup plus générale et plus difficile à décrire que cela.

La confiance en soi, c’est avoir confiance en sa capacité de faire un bon travail, d’aider les élèves à s’améliorer, d’agir d’une façon positive, de s’adapter aux nouvelles méthodes d’enseignement. C’est également avoir conscience de sa valeur et de son utilité dans la société.

C’est la conscience que vous avez de savoir que vous êtes au bon endroit pour faire ce que vous voulez faire, et que peu importe ce qui se passe, disposer de ce temps pour le passer avec ces jeunes apprenants sera bénéfique, à la fois pour eux et pour vous. pour les élèves, il est clair que les enseignants dégagent ce sentiment. Travailler dans les écoles peut être difficile et stressant, mais aussi – et heureusement –extrêmement gratifiant. Mais si vous n’êtes pas sûr d’être au bon endroit lorsque vous enseignez, c’est que vous ne l’êtes probablement pas.

2. Ils ont une expérience de vie

Confinement : les profs du Québec communiquent avec leurs élèves

Avoir une certaine expérience de la vie en dehors de la salle de classe et en dehors du domaine de l’éducation est inestimable pour placer l’apprentissage en contexte en rapport et garder les activités scolaires en perspective. C’est l’une des qualités nécessaires d’un bon enseignant. Les profs qui ont voyagé, travaillé dans d’autres domaines, pratiqué des sports de haut niveau ou vécu un certain nombre d’autres expériences de vie apportent à la profession des perspectives autres que celles de l’« enseignant » théorique. De la compréhension de l’importance cruciale de la collaboration et du travail d’équipe, à la capacité de répondre à la question mathématique intemporelle « quand allons-nous utiliser cela ? », les enseignants qui ont consacré beaucoup de temps et d’énergie à des activités alternatives arrivent dans la profession avec une compréhension approfondie de la place de l’école dans le tableau plus large de la vie.

3. Ils sont conscients de la motivation des élèves

stratégies pour motiver les élèves

Pour que les élèves cherchent à s’améliorer, il faut bien sûr qu’ils soient motivés. Et pour susciter cette motivation chez eux, on doit leur permettre d’agir comme les acteurs principaux ; leur rôle n’étant pas de recevoir de l’information comme dans une activité d’enseignement (par exemple, un exposé), mais de se servir de la matière apprise pour résoudre des problèmes ou encore, d’effectuer les exercices proposés par l’enseignant.

De plus, chaque élève ayant un ensemble d’intérêts différent, chaque élève aura un ensemble de motivateurs différents en conséquence. De nombreux élèves (ou la plupart) pourront concilier leurs propres perspectives et ambitions avec ce qui se passe dans la classe et en tirer la motivation suffisante pour avancer. Malheureusement, certains élèves s’appuieront aussi simplement sur des motivations externes. Le pire, c’est que nous avons tous rencontré des étudiants qui n’arrivent pas à trouver de relation entre ce qui les motive et ce qui se passe dans la classe autour d’eux.

Ces étudiants courent le risque de se désengager complètement. C’est là que l’enseignant principal se doit de connaître chacun de ses élèves pour l’aider à contextualiser le travail qu’il fait et lui permettre de se connecter avec quelque chose faisant partie de son domaine d’intérêt. Les enseignants qui ne peuvent pas aider les élèves à établir cette connexion doivent reconsidérer ce qui se passe. Après tout, quel est le point de travail auquel un étudiant ne trouve aucun intérêt et pour lequel il ne peut faire aucun lien ?

4. Ils sont des humains, pas des héros

Oui, tous les professeurs sont des héros. Passons maintenant au-delà de la platitude pour voir ce que cela signifie vraiment. Certains enseignants ont encore du mal à montrer leur vulnérabilité de faillibilité. Ces enseignants dépenseront énormément d’énergie pour cacher le fait qu’ils sont frustrés par quelque chose, qu’ils sont bouleversés ou peut-être même en colère. Pourquoi ? D’autres enseignants sont liés par des logiques internes pour éviter d’admettre « Je n’ai aucune idée de la réponse à votre question ». Mais parmi les qualités d’un bon enseignant est qu’il se connecte véritablement avec les élèves, et n’a pas peur de montrer des émotions en classe, et qui peut admettre en toute humilité qu’il n’estt pas les dépositaires de toutes les connaissances.

Bien sûr, personne ne veut être un professeur rabat-joie en classe, mais quelle meilleure façon d’enseigner l’empathie que de proposer aux élèves quelqu’un avec qui sympathiser lorsqu’ils démarrent une mauvaise journée ? Quelle meilleure façon de favoriser la collaboration et d’enseigner que d’admettre qu’il est normal de ne pas savoir quelque chose et de dire à ce moment-là : « Je ne sais pas, découvrons ça » ?

5. Ils sont techniquement compétents

5 choses que les profs ne doivent pas faire

N’insistons pas sur ce point. Après tout, beaucoup d’encre (ou de pixels selon le cas !) a déjà coulé sur ce sujet. Au fil du temps, l’affirmation : « mais je ne suis pas très bon avec _________» (remplissez le vide avec un nombre quelconque d’appareils technologiques) ressemble de plus en plus à : « mais je ne suis pas très bon avec un téléphone ».


Le seul moment où le sentiment ci-dessus est acceptable, c’est quand il est immédiatement suivi de : « mais je suis tout disposé à apprendre ! » Après tout, nous n’accepterions pas des rationalisations aussi faibles de la part des étudiants concernant leur travail. En tant que professeur, nous perdons de la crédibilité chaque fois que nous permettons à de telles excuses de ne pas être contestées. Voilà, tout est dit…

6. Ils sont autodidactes

Exemples en pédagogie par projet

Les nouvelles technologies sont un moyen pour amener les élèves à s’intéresser aux différents sujets de leurs apprentissages. C’est parmi les qualités d’un bon enseignant. C’est pour cela que les enseignants aiment utiliser les nouvelles technologies en classe. Ces outils peuvent être d’excellents alliés pour un enseignant qui veut prendre le temps de construire des activités pertinentes. Donc, ils doivent s’adaptent à ces nouvelles technologies, et souvent, se forment en autodidactes dans le domaine informatique et les nouvelles technologies.

7. Ils prennent des risques

super-pouvoirs des enseignants

Les profs qui ont accompli des choses exceptionnelles dans leur vie professionnelle osent prendre des risques. Cela ne veut pas dire mettre leur vie ou celles des élèves en danger, non, mais plutôt prendre le risque de bouleverser leurs habitudes et leurs routines. C’est le risque d’essayer de nouvelles méthodes pédagogiques, de trouver de nouvelles solutions aux problèmes quotidiens, de faire quelque chose de nouveau, d’audacieux. Ils sont convaincus que pour réussir, il faut prendre le risque d’échouer.

Les enseignants encouragent également leurs élèves à prendre des risques, ils aimeraient tous être des preneurs de risques, mais tous les enseignants ne sont pas naturellement des téméraires. Ce point va de pair avec la démonstration de leur  vulnérabilité. L’enseignant qui est prêt à se démarquer, à essayer quelque chose de nouveau, à être « farfelu » au nom de la pédagogie, gagne le respect des élèves, même si les sarcastiques et les mécontents – et il y en a toujours – semblent dire quelque chose de différent.

Peu importe le succès ou l’échec du risque qui est pris, l’expérience sera certainement mémorable pour les enfants de cette classe, et au fond, n’est-ce pas exactement ce que nous visons ? Après tout, comme le dit le vieil adage : « il n’y a pas de mauvaise publicité ».

8. Ils se concentrent sur l’essentiel

souhaits des profs

Ils aident leurs élèves à retenir l’essentiel du cours en classe pour les préparer aux examens. Autrement dit, ils saisissent les idées essentielles du cours, et ceci facilitera la tâche des élèves pendant leurs révisions. Cette technique peut s’avérer encore plus utile et efficace pendant l’année du baccalauréat, au cours de laquelle le programme est assez chargé et le matériel à parcourir pendant les préparations à l’examen est assez volumineux. Du coup, plus les élèves retiennent de matière en classe, moins ils auront du mal à faire leurs révisions.

Qu’il s’agisse de se soucier de qui est en retard en classe, de rassembler chaque petit travail afin de « recueillir des notes » ou de passer trop de temps à donner des cours à la classe afin de « couvrir la matière », la pénurie de moyens mis en œuvre pour distraire les enseignants de ce qui est important n’existe pas ! Les enseignants qui sont solides savent que des petites choses comme les retards chroniques ou l’école buissonnière sont généralement des symptômes de problèmes sous-jacents plus importants et, en tant que tels, le fait de passer un temps et une énergie précieux à essayer de « résoudre » le problème ne fonctionne presque jamais.

De plus, parmi les qualités d’un bon enseignant, ils comprennent également qu’une évaluation efficiente et efficace signifie de réduire au minimum le travail tout en donnant une rétroaction ciblée et significative et que le fait de faire participer les étudiants, de relier le matériel à leurs intérêts et leurs passions est le moyen le plus sûr de maximiser l’apprentissage. 

9. Ils ne tiennent pas trop compte de ce que pense l’administration

dire non

 Les meilleurs professeurs ne font pas ce qu’on leur dit… C’est l’une des qualités d’un bon enseignant.

Des enseignants solides font leur travail sans trop se soucier de « ce que le directeur d’école en pensera ». Ils prendront des risques, leurs classes pourront être bruyantes, ou désordonnées, ou les deux. Leurs activités peuvent finir par casser quelque chose (habituellement les règles) afin de susciter de l’excitation ou de l’engagement. Ils comprennent que l’apprentissage n’est pas une activité soignée et ordonnée et que le respect des règles et des routines peut faire perdre aux élèves leur curiosité naturelle, leur spontanéité et la passion qu’ils apportent à l’école. Donc, il faut apprendre à gérer la pression de sa hiérarchie.

S’inquiéter de ce que le directeur peut penser peut être épuisant et contraignant dans n’importe quel travail, et l’enseignement n’y fait pas exception.

10.  Ils ont une grande adaptabilité et flexibilité

Les rôles de l’enseignant et l’élève en pédagogie de projet

Parmi les qualités d’un bon enseignant: Ils ont une grande adaptabilité et flexibilité

Chaque élève vient d’un milieu unique avec une personnalité individuelle, des besoins éducatifs et des étapes de développement divers. Souvent, les enseignants estiment que si un plan de cours ou une méthode d’enseignement fonctionne effectivement bien avec un type d’élève, cela ne fonctionnera pas forcément avec un autre élève. Les bons enseignants apprennent donc à s’adapter pour répondre aux besoins individuels de chaque élève. Vous pouvez apprendre à vous ajuster en suivant les étapes suivantes :

– Célébrer l’individualité des élèves :  créez un environnement d’acceptation en encourageant la créativité, la liberté de pensée et les questions en classe. Acceptez les élèves où ils sont sur le plan de leur développement et sur le plan académique. Lorsque les élèves se sentent à l’aise et acceptés, ils se sentent également plus à l’aise pour poser des questions et apprendre.

– Identifier différents styles d’apprentissage : les bons enseignants sont capables d’identifier les besoins d’apprentissage individuels de leurs élèves tout en créant des plans de cours adaptés à leur style académique. Par exemple, certains étudiants apprennent mieux dans une salle de cours, tandis que d’autres sont mieux à même de saisir l’information grâce à des possibilités d’apprentissage pratiques. Envisagez de combiner des méthodes dans les leçons pour davantage attirer l’attention de vos étudiants.

Bouton retour en haut de la page