Idées et stratégies

Quelle méthode de lecture choisir au CP ?

Apprendre à lire au CP est la clé de tout apprentissage. Au début de l’année, la lecture est un apprentissage alors qu’au fur et mesure, elle devient un outil pour acquérir de nouvelles connaissances. Quelle méthode utiliser pour apprendre à lire au CP ? Globale, semi-globale ou syllabique ?

Différentes méthodes de lectures existent mais l’objectif est le même : lire convenablement et essayer de faire aimer la lecture aux élèves. Au CP, il s’agit davantage de développer la capacité de l’enfant à décoder les syllabes tout en lui donnant, simultanément, les moyens de comprendre ce qu’il lit.

En général, deux types de méthodes d’apprentissage de lecture sont utilisés

  • La méthode alphabétique qui va de la lettre, vers le mot et le texte 
  • La méthode mixte et la méthode globale qui vont du texte vers la lettre 

D’un point de vue scientifique, on parle davantage de méthodes phoniques (méthodes syllabiques) et de méthodes non phoniques (méthodes globales).

Les 3 méthodes de lecture au CP 

La lecture est un processus qui commence par l’apprentissage de la conscience phonémique et qui se termine par la capacité des enfants non seulement à lire les mots, mais aussi à comprendre leur sens. Voici les différentes lectures au CP :

Méthode de lecture CP syllabique

Cette méthode a été développée par les pédagogues allemands Fri. G et Sam H.. C’est le fameux :b-a ba. Le principe est simple : il faut commencer par apprendre les lettres, puis les sons pour ensuite être capable de former les mots. C’est une méthode qui permet aux enfants de reconnaître et d’utiliser correctement les phonèmes. Chacun d’entre eux représente une lettre de l’alphabet ce qui permet de créer des combinaisons selon les règles de la langue étudiée. 

Caractéristiques de la méthode syllabique

La méthode syllabique est une méthode synthétique, c’est-à-dire qu’elle part de petites unités pour arriver progressivement à des unités plus complexes. Elle utilise les syllabes comme unités individuelles de base, allant au-delà des sons individuels des lettres.

Lorsque nous parlons, nous ne prononçons pas le son de chaque lettre en l’isolant mais syllabiquement c’est-à-dire en faisant des combinaisons de plusieurs sons. Ainsi, comme nous le remarquons, cette méthode part de la syllabe comme unité d’apprentissage de la lecture et de l’écriture puisqu’elle s’agit de la plus petite unité prononçable.

D’autres méthodes de lecture se concentrent soit sur l’orthographe (la façon dont la lettre est écrite), soit uniquement sur le phonème (la prononciation). La méthode syllabique permet de combiner ces deux aspects puisqu’elle permet l’enseignement de la prononciation des syllabes ainsi que l’approche progressive dans la formation des mots et des phrases.

Comment l’utiliser en classe ?

La méthode syllabique permet aux élèves d’apprendre à lire en suivant un processus qui se complexifie. Tout d’abord, les enfants se familiarisent avec les lettres et leurs sons. Une fois qu’ils ont appris la prononciation de chaque lettre, ils débutent l’apprentissage des combinaisons de sons.

L’intégration commence par les voyelles. Des images et des mots peuvent y être incorporés pour faciliter leur apprentissage. Une fois ce point atteint, on enseigne aux élèves les syllabes composées, c’est-à-dire une combinaison d’une consonne suivie d’une voyelle (ma, m, mi, mo et mu par exemple). Ensuite, on augmente la difficulté en leur enseignant des syllabes plus difficiles à prononcer, c’est-à-dire qu’elles se composent de deux consonnes (bra, bre, bri, bro et bru en sont des exemples). Lorsque les élèves maîtrisent ces deux types de syllabes, on leur apprend celles qui ont une structure inverse, c’est-à-dire qu’elles se forment avec une voyelle suivie d’une consonne (ar, ir, or et ur par exemple). Pour finir, on leur enseigne les syllabes les plus difficiles. 

L’enseignement de la méthode syllabique peut se faire à l’aide de livres comportant plusieurs types de syllabes, appelés syllabaires.

La méthode globale

Cette méthode de lecture s’appuie sur le visuel. Elle combine essentiellement des lettres avec des images. Celle-ci est devenue populaire après que Glenn Doman, père de la méthode, ait suggéré que les enfants apprennent à lire en utilisant ses recherches.

Dans la méthode globale, l’enseignant part de la phrase dans son ensemble pour apprendre à lire. Freinet, par exemple, est un défenseur de la méthode globale de par sa méthode dite « naturelle » (on apprend à lire en fonction des besoins ; il n’y a pas de manuel scolaire).

La méthode globale est également un moyen populaire d’enseigner aux enfants atteints de dyslexie et de divers troubles d’apprentissage.

Quelle est la différence entre la méthode de lecture globale et les méthodes traditionnelles d’apprentissage de la lecture ?

La méthode de lecture globale consiste à présenter le mot entier à l’enfant pour qu’il s’appuie sur sa perception visuelle et sa capacité à se souvenir des informations visuelles. Ainsi, l’élève ne lit pas le mot lettre par lettre mais le mémorise comme une image. Toutefois, contrairement à l’image ordinaire qui représente un objet particulier, celle-ci dénote une idée généralisée de l’objet ou l’évènement (on observe une large signification). Lorsqu’il apprend à lire avec la méthode syllabique, l’élève doit d’abord apprendre les lettres, puis les syllabes et enfin les phrases complètes. La méthode de lecture syllabique est souvent difficile car elle implique à la fois la pensée visuelle et la pensée analytique, synthétique.

Par ailleurs, la capacité de l’enfant à mémoriser et à utiliser des mots et des phrases globales facilite la transition vers la lecture analytique.

À LIRE AUSSI : Méthode globale, méthode syllabique: quelles différences ?

Comment apprendre à lire avec la méthode globale ?

L’enseignement de la lecture à l’aide de cette méthode se déroule comme suit :

  • Fabriquer des « cartes flash ». Elles doivent être de couleur vive et comporter une police à gros caractères. Vous pouvez même les fabriquer à la maison. Chaque série doit suivre un thème, comme les fruits ou les accessoires de cuisine.
  • Montrer aux enfants ces cartes flash. La démonstration des cartes se fait rapidement et au même rythme. On suppose que l’enfant absorbera l’information dans son subconscient.
  • Répéter l’exercice régulièrement, généralement trois fois par jour pendant une semaine et demie. N’expliquez pas chaque lettre ou son au fur et à mesure. Ce n’est pas comme la méthode de lecture standard qui repose sur l’apprentissage préalable de l’alphabet dans le cadre de la compréhension du français. 

À LIRE AUSSI : La méthode de lecture globale: comment en tirer profit ?

La méthode de lecture semi-globale 

La méthode semi-globale appelée aussi « la méthode mixte » est une méthode d’apprentissage de la lecture qui combine les avantages de la méthode syllabique et de la méthode globale En d’autres termes,  les mots appris analytiquement sont utilisés pour découvrir les syllabes et les sonorités et elles permettent ainsi le déchiffrage de nouveaux mots.

Comment l’utiliser en classe ?

Sur le terrain, les enseignants combinent en grande majorité les deux méthodes. La méthode syllabique est utilisée pour déchiffrer les mots qui se prononcent comme leur orthographe. Il est également possible d’utiliser la méthode syllabique. Pour les mots dont la prononciation ne correspond pas à leur écriture, les enseignants préfèrent utiliser la méthode globale.

Pour utiliser cette méthode de lecture au CP, les enseignants se servent souvent de livres de lecture qui permettent d’aider l’enfant dans la visualisation du langage écrit. A cet égard, l’enfant fait le rapprochement entre l’image, les lettres affichées et ce qu’il entend.

Cependant, cette méthode de lecture pose des problèmes aux apprenants. Elle entraîne des problèmes de compréhension. De plus, la méthode mixte nécessite une forte concentration, car l’enfant doit décomposer les mots pour comprendre le fonctionnement de la langue. Il est à noter que la transposition d’un son ou d’une image vers la langue écrite n’est pas quelque chose de simple pour un enfant pendant les premiers mois.

À LIRE AUSSI : Comment apprendre à lire en CP ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page