Idées et stratégiesTroubles d'apprentissage

Pourquoi les élèves oublient-ils ce qu’ils apprennent ?

5 stratégies pour les enseignants

Les enseignants savent depuis longtemps que la mémorisation “par cœur” peut conduire à une compréhension superficielle de la matière qui sera rapidement oubliée. Mais de nouvelles recherches dans le domaine des neurosciences commencent à faire la lumière sur les façons dont les cerveaux sont câblés pour oublier, soulignant l’importance des stratégies pour retenir les connaissances et rendre l’apprentissage durable.

« De ce point de vue, l’oubli n’est pas nécessairement un échec de la mémoire. Cela peut plutôt représenter un investissement dans une stratégie mnémotechnique plus optimale.»

LA COURBE DE L’OUBLI

Les souvenirs et les informations acquises sont considérés comme des livres dans une bibliothèque, classés et consultés en cas de besoin. Mais ils ressemblent plus à des toiles d’araignées (Spiderwebs), brins de souvenirs répartis sur des millions de neurones connectés. Lorsque nous apprenons quelque chose de nouveau – lorsqu’un enseignant donne une nouvelle leçon à un élève, par exemple – le matériel est encodé à travers ces réseaux neuronaux, convertissant l’expérience en mémoire.

L’oubli est bien évidemment l’ennemi de la mémoire, comme l’a découvert le psychologue Hermann Ebbinghaus dans les années 1880. Ebbinghaus a été le pionnier de la recherche historique dans le domaine de la rétention et de l’apprentissage, observant ce qu’il a appelé la courbe d’oubli ( The Forgetting Curve), une mesure de ce que nous oublions avec le temps. Au cours de ses diverses expériences, il a découvert que sans aucun renforcement ni aucun lien avec les connaissances antérieures, l’information est rapidement oubliée – environ 56 % en une heure, 66 % après un jour et 75 % après six jours.

Alors, que peut-on faire pour préserver le dur travail de l’enseignement ? Après tout, les impératifs évolutifs – qui élaguent nos souvenirs des informations étrangères – ne correspondent pas toujours parfaitement aux exigences du curriculum ou aux exigences de l’ère de l’information. En d’autres termes, apprendre les tables de multiplication ne sert à rien si vous fuyez devant des lions, mais dans le monde moderne, cette connaissance a plus que jamais fait ses preuves.

LA PERSISTANCE DE LA MÉMOIRE

Le même circuit neuronal semble être impliqué dans l’oubli et le souvenir. Si cela est bien compris, les élèves et les enseignants peuvent adopter des stratégies pour réduire les fuites de mémoire et renforcer l’apprentissage.

Les neuroscientifiques tentent de nous expliquer les mécanismes du renforcement synaptique. Lorsque les neurones sont fréquemment déclenchés, les connexions synaptiques sont renforcées ; l’inverse est aussi vrai pour les neurones qui sont rarement déclenchés. Connue sous le nom de plasticité synaptique (Synaptic Plasticity), cela explique pourquoi certains souvenirs persistent tandis que d’autres s’effacent. L’accès répété à une mémoire stockée mais qui s’estompe – comme une règle de géométrie ou un fait historique crucial – ravive le réseau neuronal qui contient la mémoire et l’encode plus profondément.

Les chercheurs ont également appris que tous les nouveaux souvenirs ne sont pas créés de manière égale. Par exemple, voici deux ensembles de lettres à retenir :

  1. NPFXOSK
  2. DES ORANGES

Pour les lecteurs, la deuxième série de lettres est plus mémorable : plus les neurones ont de connexions avec d’autres neurones, plus la mémoire est forte. Les sept lettres de NPFXOSK semblent aléatoires et disjointes, tandis que ORANGES bénéficie de son contexte linguistique existant et profondément codé. Le mot oranges évoque également la mémoire sensorielle, de l’image d’une orange à son odeur, et évoque peut-être même d’autres souvenirs d’oranges dans votre cuisine ou poussant sur un arbre. Vous vous en souvenez en superposant de nouveaux souvenirs sur les fondations délabrées des anciennes.

5 STRATÉGIES POUR LES ENSEIGNANTS

Lorsque les élèves apprennent une nouvelle information, ils établissent de nouvelles connexions synaptiques. Les deux façons scientifiquement fondées de les aider à conserver leur apprentissage sont d’établir autant de connexions que possible – généralement avec d’autres concepts, élargissant ainsi la « toile d’araignée » des connexions neuronales – mais aussi en accédant à la mémoire à plusieurs reprises au fil du temps.

Ce qui explique pourquoi les stratégies d’apprentissage suivantes, toutes liées à la recherche menée au cours des cinq dernières années, sont si efficaces :

  1. Explications entre pairs: lorsque les élèves expliquent ce qu’ils ont appris à leurs pairs, les souvenirs qui s’effacent sont réactivés, renforcés et consolidés. Cette stratégie augmente non seulement la rétention, mais encourage également l’apprentissage actif ( Active Learning) (Sekeres et al., 2016 ).
  2. L’effet d’espacement: au lieu de couvrir un sujet et de passer à autre chose, revisitez les idées clés tout au long de l’année scolaire. La recherche montre que les étudiants réussissent mieux sur le plan académique lorsqu’ils ont de multiples occasions de réviser le matériel appris. Par exemple, les enseignants peuvent incorporer rapidement un bref examen de ce qui a été couvert plusieurs semaines auparavant dans les cours en cours, ou utiliser les devoirs pour réexposer les élèves aux concepts précédents (Carpenter et al., 2012 ; Kang, 2016 ).
  3. Tests fréquents de pratique: à l’ instar de la révision régulière du matériel, donner fréquemment des tests de pratique à faire peut stimuler la rétention à long terme et, en prime, aider à se protéger contre le stress, qui altère souvent les performances de la mémoire. Les tests pratiques peuvent être à faible enjeu et non notés, comme un quiz rapide au début d’une leçon ou un quiz sur Kahoot, qui est une plate-forme d’apprentissage populaire essentiellement basée sur les jeux en ligne. Décomposer un grand test à enjeux élevés en tests plus petits sur plusieurs mois est une approche très efficace (Butler, 2010 ; Karpicke, 2016 ; Adesope, Trevisan et Sundararajan, 2017).
  4. Interleave concepts: au lieu de regrouper des problèmes similaires, mélangez-les. La résolution de problèmes implique l’identification de la bonne stratégie à utiliser, puis l’exécution de la stratégie. Lorsque des problèmes similaires sont regroupés, les élèves n’ont pas à réfléchir aux stratégies à utiliser – ils appliquent automatiquement la même solution encore et encore. Le mélange oblige les élèves à réfléchir en mobilisant toutes leurs connaissances et encode l’apprentissage plus profondément (Rohrer, 2012 ; Rohrer, Dedrick et Stershic, 2015 ).
  5. Combinez du texte avec des images: il est souvent plus facile de se souvenir des informations qui ont été présentées de différentes manières, en particulier si des aides visuelles peuvent aider à organiser les informations. Par exemple, jumeler une liste de pays occupés par les forces allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale avec une carte de l’expansion militaire allemande peut renforcer cette leçon. Il est plus facile de se souvenir de ce qui a été lu et vu, au lieu de l’un ou l’autre seul (Carney et Levin, 2002 ; Bui et McDaniel, 2015 ).

Source: Youki Terada, « Why Students Forget—and What You Can Do About It »  Edutopia,  September 20, 2017, edutopia.org/article/why-students-forget-and-what-you-can-do-about-it .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page