Gestion de classe

Comment faire participer les élèves en classe ?

Créer un environnement d’apprentissage engageant peut parfois représenter un défi pour les enseignants. Mais comment faire participer les élèves en classe ? En effet, les enseignants veulent vraiment que leurs élèves soient intéressés par le sujet qu’ils enseignent.

Parfois, les élèves ne participent pas en classe, mais lorsqu’ils sont engagés, motivés et attentifs, ils écoutent mieux les instructions et répondent plus rapidement aux questions. En outre, ils sont plus enclins à apprendre et à s’amuser.

Comment faire participer les élèves en classe ?

Faire participer les élèves en classe est une tâche difficile, mais voici quelques stratégies efficaces pour les motiver et les impliquer davantage :

Commencez la leçon par un fait intéressant

Saviez-vous que le cerveau se désengage lorsqu’il pense savoir déjà quelque chose ? Une des façons de sortir le cerveau de son état de léthargie est de lui donner des informations surprenantes ou intéressantes qu’il sait qu’il … ne sait pas. En plus de réveiller le cerveau et de le préparer à s’impliquer dans le reste de la leçon, ces faits donnent également aux élèves des anecdotes amusantes à utiliser avec les adultes dans la vie quotidienne pour montrer leur intelligence.

Exprimer l’enthousiasme et l’engagement

L’enthousiasme est contagieux et, à tout le moins, divertissant à regarder. Si vous êtes passionné par le sujet que vous enseignez, vos élèves seront plus disposés à retenir votre leçon. Si vous n’êtes manifestement pas intéressé pour l’enseigner, dans leur esprit, pourquoi vos élèves devraient-ils être intéressés pour l’apprendre et le retenir ?

Encouragez les connexions significatives et pertinentes

Bien qu’être enthousiasmé pour un sujet soit un bon début, ce n’est néanmoins pas suffisant pour garder les étudiants engagés sur le long terme. Pour y parvenir, vous avez besoin d’un moyen de les amener à être aussi enthousiaste que vous. Une façon d’y parvenir est de rendre le sujet à la fois pertinent et significatif pour eux

Posez des questions aux élèves: Avez-vous déjà…? Comment vous sentiriez-vous si…?

Intégrez les domaines d’intérêt des élèves dans vos leçons. Avec l’écriture, la grammaire, l’orthographe et la lecture, vous pouvez créer des phrases et d’autres contenus autour des choses qu’ils aiment.

Par exemple, vous pourriez demander à vos élèves d’essayer de trouver tous les noms dans des phrases comme celle-ci : Spider-Man a tiré sur sa toile et a épinglé le méchant contre le mur.

Prévoyez de courtes périodes d’attention

Les étudiants, en particulier les plus jeunes, ont une durée d’attention relativement courte. Des études suggèrent que :

  • Les enfants de maternelle (âgés de cinq et six ans) peuvent se concentrer sur une tâche intéressante pendant 10 à 30 minutes.
  • Les élèves de première année (âgés de six et sept ans) peuvent se concentrer pendant 12 à 35 minutes.
  • Les élèves de deuxième année (âgés de sept et huit ans) peuvent se concentrer pendant 14 à 40 minutes.

Etc. Avec l’enseignement, il est préférable de garder à l’esprit le nombre le plus bas lors de la planification et de l’exécution de vos leçons. Pour garder les élèves engagés, planifiez plusieurs activités courtes, qui vous aideront à enseigner et à renforcer la leçon et à garder les élèves attentifs. Lisez la suite pour quelques exemples d’activités.

Aborder différents styles d’apprentissage avec de multiples intelligences

Chaque élève a sa propre façon d’apprendre et ses propres forces et faiblesses. Il est impossible de donner à chaque élève ce dont il a le plus besoin à chaque instant. Cependant, si vous incluez une variété d’activités de certaines des catégories ci-dessous, vous vous assurerez de fournir à chacun d’eux au moins un moyen qui fonctionnera.

Apprenants auditifs / linguistiques

Avec le style d’apprentissage auditif et l’intelligence linguistique multiple, les étudiants apprennent mieux lorsqu’ils écoutent et qu’ils parlent. Ils pensent avec des mots et apprennent souvent en parlant.

Les activités adéquates pour ces étudiants comprennent :

  • Brèves conférences
  • Discussions
  • Histoires
  • Jeux de mots
  • Lire à voix haute (surtout s’ils font la lecture)
  • Projets de groupe

Apprenants visuellement spatiaux

Les apprenants visuels et ceux qui ont une intelligence visio-spatiale apprennent mieux en voyant. Les apprenants visuels peuvent voir en mots ou en images. Ceux qui ont une intelligence spatiale peuvent profiter d’activités telles que le dessin et la lecture de cartes. 

Les activités adéquates pour ces étudiants comprennent : 

  • La lecture 
  • La prise de notes
  • La consultation de graphiques, d’organisateurs, d’images, de modèles, de vidéos, etc.
  •  Le dessin de leurs propres graphiques ou modèles 
  • La résolution de puzzles

En tant qu’apprenant visuel moi-même, j’ai aussi tendance à être un enseignant plus visuel. J’aime utiliser différentes couleurs de marqueurs lorsque j’écris des notes ou que j’explique quelque chose au tableau. J’utilise ces couleurs pour connecter des concepts similaires ou simplement pour garder mon esprit éveillé en fournissant plus de stimuli visuels.

Apprenants kinesthésiques corporels

Ces élèves apprennent mieux en touchant, en bougeant et en faisant. Ils ne veulent pas simplement voir le modèle – ils veulent faire le modèle. Ils sont les premiers à s’inquiéter pendant les cours et la prise de notes.

Les activités adéquates pour cet apprenant comprennent :

  • Les actions-indices liés à l’information
  • Jouer un rôle
  • Des activités pratiques

Conseil pédagogique : adressez-vous aux apprenants auditifs, visuels et kinesthésiques en même temps dans un cours en écrivant les informations, en les lisant à haute voix, en montrant une image qui s’y rapporte et en demandant aux élèves d’exécuter une action liée au cours.

Apprenants musicaux

Ces apprenants ont une conscience accrue du rythme et du son. Ils apprennent mieux lorsque les leçons sont présentées sous forme de chansons ou lorsque les informations sont données en rythme.

Les activités adéquates comprennent :

  • Des chansons (qu’ils peuvent chanter ou créer eux-mêmes)
  • Des poèmes (qu’ils peuvent lire ou écrire eux-mêmes)

Conseil pédagogique : adressez-vous aux apprenants linguistiques, visio-spatiaux, corporels-kinesthésiques et musicaux en imprimant les paroles d’une nouvelle chanson, en les lisant à haute voix, en enseignant aux élèves diverses actions pour accompagner la musique, puis en chantant la chanson tous ensemble.

Apprenants interpersonnels

Ces étudiants sont vos papillons sociaux. Ils s’épanouissent et apprennent en interagissant avec les autres.

Les activités adéquates comprennent :

  • Projets de groupe
  • Discussions en classe
  • Conversations individuelles élève-enseignant
  • Réalisation d’enquêtes et d’entretiens

Apprenants intrapersonnels

Contrairement aux apprenants interpersonnels, les apprenants intrapersonnels ne sont pas des apprenants sociaux. Au lieu de cela, ce sont des personnes qui aiment rester dans leur bulle, qui possèdent une bonne compréhension de leurs propres pensées, sentiments, intérêts, forces et faiblesses. Ils prospèrent dans des environnements de travail indépendants.

Les activités adéquates comprennent :

  • Tout travail indépendant
  • Questions de discussion écrite de nature profonde et contemplative

Conseil pédagogique : utilisez les partages think-pair pour aborder à la fois les intelligences interpersonnelles et intrapersonnelles. Dans cette activité, les élèves réfléchissent et écrivent leur réponse sur un point de discussion particulier ; ils font équipe avec un partenaire et partagent ensuite leurs réponses à tour de rôle.

Les apprenants logico-mathématiques

Ces apprenants sont des penseurs abstraits et des explorateurs qui aiment débattre. Ils voient, comprennent et créent des modèles et des connexions. Ils aiment poser des questions, expérimenter et résoudre des problèmes.

Les activités adéquates comprennent :

  • Les expériences
  • Les jeux de logique
  • Les puzzles
  • Les enquêtes
  • La réalisation d’enquêtes

L’enseignement ne concerne pas seulement ce que vous enseignez et les activités dans lesquelles vous dirigez les élèves; il s’agit également de la façon dont vous l’enseignez – comment vous parlez aux élèves et comment vous leur présentez l’information.

Pensez au ton de votre voix et à votre comportement lorsque vous avez une conversation avec quelqu’un. Est-ce différent des cours que vous donnez à votre classe ? Il est facile, surtout lorsque vous présentez des informations fondamentales et importantes, de parler avec les élèves au lieu de parler simplement aux élèves. Les étudiants savent faire la différence et s’apercevoir s’ils sont des destinataires passifs ou actifs d’informations. Donc, au lieu de donner ou d’énumérer des faits, considérez la présentation de votre sujet à toute la classe comme si vous aviez une conversation avec vos élèves, et que vous partagiez avec eux quelque chose que vous jugez vraiment génial.

Transformez les leçons en jeux

Les élèves apprennent mieux et sont plus engagés lorsqu’ils s’amusent. Gardez ce concept à l’esprit. C’est ainsi qu’on a pu voir se développer une plus grande attention quant aux avantages de jouer à des jeux en classe.

Transformez les leçons en anecdotes

La narration est une autre stratégie très intéressante à utiliser en classe. Cette pratique, qui existe depuis le début de l’histoire telle que nous la connaissons, engage à la fois les zones émotionnelles et logiques du cerveau. Avec l’activation de plusieurs zones du cerveau, l’auditeur est en mesure de s’engager davantage et de mieux se souvenir des informations intégrées dans l’histoire.

Comment encourager un élève timide à l’école ?
 

L’élève timide est tout, sauf un problème de discipline. En fait, elle est juste le contraire. Alors que beaucoup de ses camarades de classe font tout ce qu’ils peuvent pour attirer l’attention, parfois de manière perturbatrice, l’élève timide fait tout ce qu’il peut pour l’éviter ! Craignant d’attirer l’attention sur lui, il préfère se fondre dans l’arrière-plan. Plus spectateur que participant, il a tendance à rester en retrait plutôt qu’à se mettre en avant.

Comment faire participer un élève timide en classe ?

1/ Placez l’élève timide près de votre estrade ou de votre bureau. Ce placement vous permettra d’être plus proche de lui et de lui parler plus facilement. De plus, l’élève timide placé non loin de vous sera moins conscient du reste des élèves de la classe, derrière lui et, par conséquent, il sera peut-être plus disposé à prendre la parole. Placez à côté des enfants timides d’autres enfants que vous jugez susceptibles de se lier d’amitié avec lui.

2/ Établissez une relation avec l’élève timide. Plus vous réussirez à développer une relation de confiance avec lui, plus il est probable qu’il développera la confiance nécessaire pour offrir son aide à ses pairs. Essayez de trouver du temps pour faire certaines activités que l’enfant aime particulièrement, en l’encourageant peut-être à vous apprendre un jeu ou à vous montrer une compétence qu’il maîtrise parfaitement. Quand il prend la parole, répondez-lui toujours de manière chaleureuse et encourageante et assurez-vous de le féliciter généreusement à chacune de ses réalisations et de ses exercices.

3/ Parlez en privé avec l’élève timide. Les enfants timides peuvent avoir besoin de s’exercer à parler avec des individus, d’abord de façon individuelle. Même quelques phrases avec lui chaque semaine peuvent améliorer ses compétences et son niveau d’aisance pour interagir avec les autres par la suite. Demandez à l’enfant timide quels sont ses centres d’intérêt ou ses activités et utilisez-les comme base pour vos conversations.

4/ Donnez un petit coup de pouce à l’élève timide. Vous devrez peut-être le pousser à participer à des activités qui nécessitent une interaction verbale – même si ces activités provoquent une légère anxiété – tant que vous êtes convaincu qu’il réussira. Par exemple, vous pourriez le nommer messager de la classe, ce qui nécessite de parler avec le personnel de l’école.

L’importance de la participation en classe

La participation est un aspect important de l’apprentissage des élèves. En effet, lorsqu’ils prennent la parole en classe, ils apprennent à exprimer leurs idées de manière à ce que tout le monde puisse les comprendre. Lorsqu’ils posent des questions, ils apprennent également à obtenir des informations utiles et pertinentes pour améliorer leur propre compréhension  sur un sujet donné.

La participation en classe est également un outil d’apprentissage précieux pour les enseignants. Grâce aux questions des élèves, les professeurs s’aperçoivent de ce que leurs apprenants n’ont pas compris. De cette façon, ils peuvent ajuster leur enseignement en conséquence.

De même que parler devant un groupe ne vient pas facilement à de nombreux adultes, parler en classe est une véritable lutte contre eux-mêmes pour de nombreux étudiants. Ce combat peut se manifester de différentes manières – ne pas lever la main pour répondre aux questions, ne pas demander d’aide, ne pas prendre la parole lors d’activités en petits groupes, voire ne pas parler du tout en classe.

En tant qu’enseignant, vous aurez plus de succès en incitant un élève à parler si vous pouvez comprendre pourquoi il hésite à participer. Quelle que soit la raison de sa réticence, votre rôle n’est pas de le forcer à parler; cela le fera plus se renfermer que s’ouvrir. Votre rôle est de créer un climat de soutien et d’encouragement qui l’aidera à se sentir plus à l’aise, plus confiant et ainsi d’avoir moins peur de parler.

À lire aussi…

Pourquoi les élèves ne participent pas en classe ?

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page