Idées et stratégiesParents

Comment gérer les parents d’élèves ?

Habituellement, vous entendez souvent parler de ce parent difficile par d’autres enseignants. Vous entendez que ce parent est une galère, grossier, combattif, agressif, voire même procédurier. En réponse, vous vous inquiétez, ne serait-ce qu’un peu. Vous avez bien assez de choses comme ça à gérer, et se prendre la tête avec un parent en colère – surtout pour aucune raison – ne semble pas amusant. Donc, comment gérer les parents difficiles d’élèves?

Alors vous restez calme et espérez ne pas le rencontrer de l’année. Peut-être que ce parent n’appellera pas l’école. Peut-être qu’il ne voudra venir aux rencontres parents-enseignants. Vous avez même envisagé de bien noter son (ses) enfant(s) un peu moins sévèrement pour éviter les tracas.

13 façons de gérer les parents difficiles d’élèves

Nous présentons dans cet article 13 façons de faire face à des parents difficiles :

1. Assurez-vous que vous n’êtes pas le problème

Ou même la moitié du problème. Il y a eu des moments où, avec le recul, je l’étais probablement.

En étant rationnel, vous pouvez identifier exactement quelles sont leurs préoccupations pour les résoudre de manière proactive – c’est-à-dire avant qu’elles ne deviennent un problème. Parfois, cela fonctionne. D’autres fois, il peut sembler que peu importe le nombre de fois que vous « résolviez des problèmes », de nouveaux apparaissent.

2. Contactez d’abord

Soyez préventif. Tendez la main avec un message positif pour commencer du bon pied.

3. Ne pas fréquenter

Et lorsque vous tendez la main, soyez authentique. Ne prétendez pas être leur meilleur ami, et ne prenez pas ce ton de « problèmes à venir ». Ne vous inquiétez pas non plus de « tenir bon ». En tant qu’éducateur, il vous suffit de contacter un membre de votre propre communauté.

Vous ne leur vendez rien et ils ne vous vendent rien. Vous êtes tous les deux consciencieusement et magnifiquement impliqués de chaque côté pour un enfant.

4. Restez dans votre voie

Quelle que soit l’importance de l’éducation d’un enfant, réalisez que vous n’êtes qu’un seul rouage dans la vie de cette famille, ni plus ni moins important que de garder les lumières allumées, sa sécurité d’emploi, sa nourriture et son abri, ou tout autre réalité de la vie quotidienne.

5. Aidez-les à savoir ce qu’ils regardent

Aidez-les à savoir ce qu’ils « regardent » vraiment, en essayant d’aider leur enfant et de « s’occuper de l’école ». Donnez-leur quelque chose – une sorte de « support » pour donner un sens au processus d’apprentissage. Quelque chose qu’ils peuvent comprendre et utiliser lorsqu’ils parlent de l’éducation à leur enfant. Quelque chose qui mette moins l’accent sur le jeu à l’école et plus sur l’apprentissage, la curiosité et la personnalisation. 

6. Impliquez-les de manière significative

Gardez vos amis proches et vos… parents difficiles… encore plus proches. Demandez-leur de jouer un véritable rôle dans la classe. Sollicitez leur avis. Permettez-leur de se faire entendre ou de faire preuve de leadership. Donnez-leur un rôle dans ce que leur enfant apprend. Le fait qu’un parent n’ait pratiquement aucun rôle dans le processus d’apprentissage de ses enfants fait partie de notre défi en tant qu’éducateurs. Aidez-les à en trouver un.

comment gérer les parents d'élèves

7. Mettez-les en mesure de réussir

Tout comme un élève, faites ce que vous pouvez pour mettre le parent en mesure de réussir. Ils n’ont peut-être pas eu une bonne expérience à l’école, que ce soit en tant qu’étudiants, avec les frères et sœurs de votre élève, etc. Donnez-leur une raison de croire que vous avez à cœur l’intérêt de la famille – et que cela les inclut également.

8. Rencontrez-les sur un terrain d’égalité et d’entente

Rencontrez-les sur un pied d’égalité. Malgré toutes nos différences, parfois excessivement glorifiées, la plupart des gens sont fondamentalement les mêmes. Nous réagissons différemment à la douleur et aux menaces et nous avons des systèmes éthiques uniques, mais il est facile de vous placer au-dessus de quelqu’un, même si vous pensez que vous ne le faites pas.

Vous pouvez également trouver quelque chose en commun : du sport ou des loisirs ou de la musique ou une philosophie personnelle. Même votre propre combat en tant que personne. Quelque chose pour vous humaniser et instaurer la communication entre vous et le parent.

9. Concentrez-vous sur l’apprentissage de leur enfant

C’est le contraire de l’enseignement, où vous vous concentrez d’abord sur l’enfant et ensuite sur le fait de l’aider à l’amener à l’apprentissage. Dans les rencontres et la communication avec les parents, vous pouvez à la fois voir l’enfant et ce qui est « mieux pour lui » très différemment, mais le travail académique aura une chance d’être plus objectif, dans les cas où parler aux parents est un défi.

Lorsque vous avez affaire à un « parent difficile », concentrez-vous sur le travail et la performance scolaire, et sur ce que vous et le parent, les frères et sœurs et les autres enseignants, etc., pouvez faire pour soutenir l’élève dans sa progression.

Même au milieu de conversations difficiles, faites toujours de votre mieux pour recentrer l’attention sur le travail et la relation de l’enfant avec celui-ci. Le premier contient des données/preuves, le second contient la raison des données/preuves.

10. Aidez les parents à avoir une vue d’ensemble et assurez-vous que vous la voyez aussi

C’est en partie le problème des notes alphabétiques : elles simplifient à l’excès et de manière réductrice.

Il est facile de consulter un cahier de notes pour commencer et pour terminer la conversation. Si c’est tout ce qu’ils voient de leur enfant, jetez un coup d’œil à votre programme et à votre enseignement et regardez si vous leur avez donné davantage d’occasions de faire « autrement ». Parlez moins du travail pas fait, ou oublié, ou faux, et davantage de la promesse et des possibilités de progression de leur(s) enfant(s). Aidez-les à comprendre que l’année scolaire est un marathon, pas une série de sprints.

11. Amenez d’autres collègues dans la salle (ou « Zoomez »)

Et puis donnez-leur un « rôle » crédible dans la réunion, autrement que simple « témoin ». Faites ce que vous pouvez pour leur faire ressentir davantage la communauté que la « protection » – et ne faites certainement jamais quoi que ce soit qui pourrait amener le parent à se sentir intimidé ou « ligoté ».

12. Si tout le reste échoue…

Si vous devez le faire, appelez des renforts et renseignez tout. Comme mentionné ci-dessus, ne vous sentez jamais mal à l’aise à l’idée d’avoir un autre enseignant dans la salle (ou Zoom) avec vous si vous sentez qu’un parent sera agressif et que vous n’êtes tout simplement pas à l’aise avec cela. Mieux vaut dépendre de la solidarité et de l’espoir que de sa propre force personnelle.

Et tout renseigner et mentionner. Restez au courant de la notation, des commentaires, de la gestion du comportement, des devoirs manquants, de votre ton, du sarcasme, etc. Documentez chaque appel et chaque e-mail. Enregistrez le travail quand il est exemplaire. Documentez la différenciation, la personnalisation et d’autres efforts individuels dans la poursuite du meilleur intérêt de l’étudiant.

Quoi que vous fassiez, quelle que soit votre analyse de la proximité entre les pommes et les arbres, ne soutenez pas le parent difficile « contre » l’enfant, même inconsciemment. Vous n’êtes que le professionnel, ce sont les parents qui ont presque certainement à cœur l’intérêt supérieur de leur enfant.

13. Ne le prenez pas personnellement

Si vous avez un « parent difficile » et que malgré tous vos efforts, tout s’écroule, je dirais de ne pas le prendre personnellement, mais c’est difficile de ne pas le faire. Si vous le pouvez, intériorisez-le. Possédez-le. Parlez à des collègues (mieux qu’un conjoint, dont vous voudrez peut-être économiser les réserves émotionnelles pour d’autres défis dans votre travail). Pleurez si vous en avez besoin. Et puis laissez tomber.

Et vous, comment vous gérer les parents difficiles d’élèves ?

Lire aussi :

Source:  Terry Heick, « Ways To Deal With A Difficult Parents »  Teachthought, August 5, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page