Science Pédagogie

La pédagogie actionnelle : définition, principes et exemples

La pédagogie actionnelle est la base conceptuelle de la proposition du cadre européen commun de référence pour les langues (CECR) du Conseil de l’Europe (2001 et 2008) qui « est orientée vers l’action dans la mesure où elle considère les utilisateurs et les apprenants d’une langue avant tout comme des« agents sociaux », c’est-à-dire des membres de la société qui ont des tâches (non exclusivement liées à la langue) à accomplir dans un ensemble donné de circonstances, dans un environnement spécifique et dans un champ d’action particulier ». 

En ce qui concerne l’exécution de ces tâches, l’approche actionnelle prend en compte les ressources cognitives, émotionnelles et volitives de la personne, ainsi que l’ensemble des capacités spécifiques que la personne met en œuvre en tant qu’agent social. L’approche actionnelle accorde une grande importance à la formulation des objectifs d’apprentissage

En effet, la pédagogie actionnelle est une approche de l’enseignement qui place l’apprenant au centre. Elle est ancrée dans la capacité d’action humaine socio culturellement médiatisée et se concentre sur ce que les enseignants et les apprenants font et disent lorsqu’ils sont engagés dans des activités d’enseignement et d’apprentissage significatives.

Définition de la pédagogie actionnelle

L’approche actionnelle de l’enseignement des langues considère la communication comme une activité sociale destinée à accomplir des tâches spécifiques. Le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR) préconise d’aller au-delà de l’approche communicative pour mettre l’accent sur l’utilisation active de la langue qui développe cinq compétences langagières: la production orale, l’interaction orale, la réception orale, la réception écrite et la production écrite. Il reconnaît les apprenants comme des participants actifs au processus d’apprentissage. 

La pédagogie actionnelle est une méthode d’enseignement basée sur la recherche sur le cerveau qui soutient le lien entre le mouvement et l’apprentissage pour améliorer les résultats scolaires et le comportement. 

Elle se concentre sur l’application de la recherche sur le cerveau à l’environnement d’apprentissage, sur la compréhension du lien entre le cerveau et le corps et sur la manière dont nous pouvons utiliser le mouvement pour préparer le cerveau à apprendre. 

La pédagogie actionnelle utilise des stratégies d’apprentissage actif et des activités ayant du sens pour les apprenants. 

Avantages de la pédagogie actionnelle

Lorsque les apprenants s’engagent activement dans la résolution de problèmes de la vie réelle ou dans la création de projets ciblés, ils sont non seulement impliqués dans une communication significative, mais ils sont également exposés à un contenu cognitif stimulant tout en recherchant, évaluant et organisant des ressources et des informations pour réaliser les tâches. 

Le traitement de ce contenu exige une réflexion complexe et de haut niveau, ce qui permet aux apprenants de s’engager dans un travail intellectuel significatif et authentique. La manipulation, la transformation, la synthèse, l’explication et l’interprétation d’informations significatives améliorent la rétention et la compréhension des connaissances et offrent ainsi de meilleures chances d’aboutir à un plus grand engagement des élèves et à une meilleure réussite scolaire.

En outre, un programme d’études axé sur l’action, culturellement inclusif, car il prend en considération les valeurs et les perspectives socioculturelles de l’élève et de sa communauté, est propice à l’amélioration des résultats d’apprentissage. Il contribue à développer un sentiment positif de soi chez l’apprenant. Nous valorisons et respectons son identité multiculturelle et plurilingue.

Enfin, plus que des compétences linguistiques, en plaçant l’apprenant au cœur de l’action, l’approche actionnelle crée un environnement et une dynamique propices au développement de compétences d’apprentissage tout au long de la vie telles que la pensée critique et créative, la résilience, la compétence interculturelle et l’autonomie.

Les principes de l’approche actionnelle

Voici les points clés de la pédagogie actionnelle :

1. L’apprentissage est un processus non linéaire

L’approche actionnelle affirme que l’apprentissage est un processus non linéaire qui se manifeste de manière imprévisible. Il implique une série d’activités significatives ; ces activités font effectivement partie du système dynamique des activités scolaires. Les enseignants pensent souvent que le système, à bien des égards, donne des indices ou est autoorganisé. À partir des activités, une communauté de pratique émerge en tant que résultat d’objectifs, de routines et de procédures partagés, évidents dans les interactions, les relations et les personnalités.

2. Une participation orientée

De surcroît, la pédagogie actionnelle met l’accent sur les processus d’apprentissage qui combinent l’interaction sociale, le travail cognitif et réflexif en classe. Elle représente une participation orientée vers le processus dans les actions éducatives. On permet la prise en compte des forces diversifiées à l’école, notamment en ce qui concerne les différences individuelles. À travers les différentes formes d’activités dans lesquelles les enseignants et les apprenants s’engagent, des processus réalisables émergent. Les élèves apprennent de nouvelles compétences par les choix et les besoins.

3. L’apprenant est une personne à part entière

La pédagogie actionnelle conçoit les apprenants comme des personnes à part entière. L’enseignant écoute et respecte l’élève en tant que locuteurs à part entière et agents de leur propre destin éducatif. Ils doivent avoir des choses à se dire entre eux et à dire à l’enseignant en classe qui vont au-delà des phrases proposées dans les manuels ouverts sur la même page au même moment par tous les élèves de la classe. Elle insiste sur le fait que les apprenants actifs, dont les actions sont initiées par eux-mêmes plutôt que commandées par l’enseignant ou le système, deviennent forts en termes de motivation intrinsèque et d’autonomie. La pédagogie actionnelle stimule la motivation et l’autonomie dans l’apprentissage.

4. L’apprenant est une personne active

L’approche actionnelle est étroitement liée à d’autres approches telles que la pédagogie par projet, l’expérience exploratoire, l’apprentissage assisté par ordinateur, etc. Elles considèrent toutes l’apprenant comme une personne active qui ne se contente pas de mémoriser des faits par cœur ou de recevoir des informations, mais qui s’engage également à construire des connaissances. 

En plus, elle insiste sur le fait que l’expérience d’un individu peut inférer sur le processus éducatif. Cette situation exige l’inclusion de la personne, personnellement, socialement, intellectuellement, culturellement, afin de lui permettre d’opérer dans le milieu aux niveaux individuel, social ou politique, pour son propre bénéfice et celui de la société. 

Approche actionnelle : exemples de tâches

La méthode actionnelle est développée dans les années 2000. Dans cette méthode, on enseigne les mots dans un contexte social et culturel et avec des exercices basés sur l’action. 

De surcroît, on n’enseigne pas les mots, les apprenants s’approprient la langue au travers de tâches qui répondent à des besoins immédiats des apprenants. 

Il ne fait aucun doute que les outils et matériels multimédias se développent très rapidement de nos jours et que l’approche orientée vers l’action donne lieu à des matériels uniques et originaux. Dans l’enseignement du vocabulaire, outre les divers exercices et activités qui ont lieu dans les livres de cours, tout type de matériel peut être utilisé, du clip musical au bulletin météo, des médias sociaux à la publicité dans les journaux. Des activités telles que la technique des questions-réponses, la démonstration, le remue-méninge, les jeux éducatifs et les jeux de rôle sont au service de l’enseignement du vocabulaire.

On maintient l’enseignement du vocabulaire par l’agence des missions qui se réalisent dans la société dans le contenu des actions communes. 

Les apprenants agissent (c’est-à-dire, prennent des mesures) pour accomplir des tâches. Donc, voici les éléments clés d’une tâche de :

  • Les apprenants se considèrent comme des « agents sociaux » agissant dans des situations d’apprentissage réelles, authentiques et significatives.
  • L’action a un but précis, avec une application dans la vie réelle.
  • Il y a un produit final ou un artefact.
  • Les apprenants traitent des textes et des expériences authentiques et réelles.
  • Il y a des conditions et des contraintes.
  • Il y a une collaboration.
  • Les apprenants font appel à toutes leurs ressources et les développent.
  • Les apprenants font des choix, réfléchissent et agissent de manière stratégique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page