Gestion de classe

Comment gérer une classe difficile dans le secondaire ?

Alors que le stress causé par des préoccupations fondamentales communes a dominé le paysage récent de l’éducation, les stratégies de gestion des élèves « difficiles » restent la principale source de tension pour la plupart des enseignants. Les frustrations que vous ressentez face à des élèves difficiles peuvent vous amener à chercher comment gérer une classe difficile dans le secondaire.

Quatre stratégies de gestion de classe

1. Établir des relations

Les relations enseignant-élève imprègnent la salle de classe. En d’autres termes, elles peuvent aider comme entraver l’apprentissage en affectant tout, du programme au choix des méthodes d’enseignement. La littérature actuelle sur l’établissement de relations comme moyen de gérer les salles de classe comprend certaines recommandations. Nous retrouvons l’utilisation d’interventions douces : trouver du temps pour créer des liens, éviter les punitions et créer des activités qui garantissent la réussite de tous les élèves.

Ces stratégies de gestion de classe, bien qu’utiles, peuvent encore laisser les enseignants en difficulté avec les élèves les plus difficiles. Les idées des domaines du conseil et de la psychothérapie peuvent être appliquées à ces luttes en classe. Les enseignants doivent identifier et comprendre les besoins et les croyances réels de leurs élèves, et non ce qu’ils pensent qu’ils devraient être. Les paragraphes suivants concernent des stratégies spécifiques des domaines du conseil et de la psychologie que les enseignants peuvent appliquer en classe lorsqu’ils sont confrontés à des élèves difficiles. Certaines stratégies seront explorées : l’empathie, l’admiration des attitudes négatives, les connexions multiculturelles et la capacité de laisser son ego au seuil de la porte de la classe.

2. Développer l’empathie

L’aspect le plus important d’une relation d’aide positive est probablement l’empathie. En réalité, l’empathie de la part de l’enseignant permet à l’élève de se sentir compris. Les relations empathiques sont particulièrement importantes pour les adolescents difficiles. Malheureusement dans l’éducation, l’empathie est un concept largement méconnu et même banalisé comme une forme d’affection ou de compassion. Au contraire, bienveillance et empathie sont deux concepts différents. Adler (1956) a défini l’empathie comme « voir avec les yeux d’autrui, entendre avec les oreilles d’autrui et ressentir avec le cœur d’autrui ». Après avoir fait preuve d’empathie envers quelqu’un, cette personne « se sent comprise ». Ceci est essentiel pour établir des relations et atteindre les jeunes adolescents.

Les enseignants développent mieux l’empathie pour leurs élèves lorsqu’ils sont conscients de leurs propres préjugés personnels et culturels. 

De nombreux enseignants supposent simplement qu’ils comprennent les problèmes et les dilemmes de l’élève et essaient à tort de communiquer leur compréhension d’une manière maladroite qui ne fait qu’éloigner l’élève. Par exemple, une étudiante de niveau intermédiaire a dit une fois à un enseignant déçu que la situation était vraiment difficile à la maison et que les études étaient difficiles. Le professeur a répondu : « Eh bien, vous devez le dépasser et étudier de toute façon. J’enseigne depuis longtemps et il n’y a aucune excuse que je n’ai pas entendue. »

 L’élève, bien sûr, n’avait aucune preuve que l’enseignant comprenait sa situation et était, en conséquence, découragé par la réponse non empathique de son enseignant. Si cet enseignant avait pris le temps de montrer qu’il comprenait le dilemme de l’élève, il aurait appris que les parents de l’élève se disputaient verbalement tous les jours, se menaçant mutuellement de divorce en se disputant la garde des enfants. Ils se sont également battus à propos de la consommation d’alcool du père.

L’enseignant aurait pu facilement encourager l’élève avec une réponse empathique comme celle-ci : « Il doit être vraiment difficile d’essayer d’étudier tout en écoutant vos parents se battre et se demander ce qui va se passer dans votre famille. » Ce type de réponse permet à l’élève de comprendre que son intervention était utile et de rehausser le niveau de respect qu’elle a pour l’enseignant. Répondre de cette manière permet aussi d’encourager l’élève à communiquer avec l’enseignant pour que l’enseignant et l’élève puissent réfléchir à des moyens de garder l’élève concentré sur la tâche à accomplir malgré sa situation difficile.

Le respect des élèves est essentiel pour enseignant

3. Admirer les attitudes et les comportements négatifs

À première vue, cette approche semble violer tout ce que nous savons sur la modification du comportement. Néanmoins, celle-ci se base sur un domaine de recherche bien établi appelé « psychologie positive ». Cette approche considère le comportement négatif des élèves comme une compétence qu’ils pratiquent et perfectionnent depuis de nombreuses années. La plupart de ces compétences ont leur origine dans la vie familiale de l’élève. Prenons le cas d’une adolescente manipulatrice. Être manipulatrice aurait pu être le seul ou le meilleur moyen de satisfaire ses besoins dans sa famille. Il faut s’attendre à ce qu’elle utilise ces mêmes compétences à l’école afin de répondre à ses besoins scolaires.

Plutôt que de s’engager dans une lutte de pouvoir avec un élève de ce type, un enseignant devrait reconnaître la compétence que l’élève a développé pendant de nombreuses années – puis la rediriger. Il faut lui donner le crédit de toutes ces années où il a usé de cette compétence. Ce comportement conduira l’élève à percevoir une plus grande empathie de la part de l’enseignant. Après avoir reconnu une compétence, recadrez la compétence, puis redirigez-la. Il est important que cette compétence soit appliquée avec sincérité. Tout soupçon de sarcasme pourrait conduire à une aliénation supplémentaire entre l’élève et l’enseignant.

Exemple d’une élève difficile

Reprenons l’exemple d’une jeune adolescente manipulatrice. Elle est engagée dans un comportement qui, selon toute vraisemblance, agace les adultes et ses pairs. Cependant, la compétence présente chez cette fille peut être reformulée comme la « capacité d’influencer les gens ». Plutôt que de parler de manipulation en tant que telle, dites-lui : « J’ai remarqué que vous aviez la capacité d’influencer les gens, est-ce vrai ? » Elle répondra probablement quelque chose comme « Que voulez-vous dire ? » L’enseignant peut répondre en disant : « Eh bien, j’ai remarqué que vous pouviez amener les gens à faire ce que vous vouliez qu’ils fassent. Ai-je tort ? » 

Il serait utile que l’enseignant utilise des exemples spécifiques. À ce stade, l’élève regardera probablement l’enseignant avec suspicion et sourira en disant : « Eh bien, c’est parfois vrai, je suppose. » L’enseignant peut alors répondre : « Vous avez là une compétence précieuse. Si vous l’utilisez d’une autre manière, vous trouverez peut-être des moyens plus efficaces de répondre à vos besoins. Cette compétence pourrait être précieuse dans certaines carrières comme la gestion d’entreprise, la vente ou même le conseil. » La jeune adolescente est généralement assez surprise d’entendre que ce qui lui a déjà été reproché est maintenant admiré et considéré comme quelque chose de potentiellement précieux.

Exemple d’un élève avec une mauvaise attitude

Un autre exemple de l’application de cette approche est le cas d’un jeune adolescent qui affiche constamment la tristement célèbre « mauvaise attitude ». En contradiction avec la caractérisation habituelle de la mauvaise attitude, nous la considérons comme une compétence souvent utilisée et ayant un but particulier. Le but de cette attitude est d’afficher et d’annoncer le défi puis, dans une certaine mesure, l’indépendance. Au lieu de combattre l’attitude, de la punir, ou même de la ridiculiser, essayez de l’admirer, en mettant de côté tout dégoût ou exaspération. « Wow, » pourrait dire le professeur, « Vous avez une attitude impressionnante. Il est très bien construit, et je peux dire que vous y travaillez depuis des années. » 

La première pensée qui nous vient suite à cette lecture est de conclure qu’une approche similaire est tout simplement folle. Cependant, un grand pourcentage de jeunes adolescents répondent à cette tactique avec le sourire et une plus grande volonté de poursuivre la discussion. L’admiration est extrêmement rare dans la vie des jeunes adolescents et, nous osons le dire, beaucoup plus rare que l’amour. Le recevoir d’un adulte est précieux. Cela inspire souvent une loyauté et un respect immédiat envers l’enseignant. Lorsqu’il est communiqué véritablement et honnêtement, il améliore l’empathie perçue par l’adulte.

Les comportements perturbateurs, affichés et revendiqués par un élève, peuvent parfois être recadrés comme de grandes compétences en leadership. L’enseignant peut demander à l’élève d’utiliser ces capacités pour aider à diriger la classe. Dans le cas du clown de classe perturbateur, le recadrage consisterait à admirer l’élève, puis à recadrer l’acte de clown comme une compétence comique naturelle. Une redirection possible est de lancer un défi à l’étudiant pour qu’il utilise cette compétence de manière créative. Et dans un cadre approprié (qui peut être mis en place par l’enseignant en fonction de la personnalité de l’étudiant).

Comment se présenter devant les étudiants

4. Laisser l’ego à la porte

Pour suivre cette approche relationnelle, l’enseignant ou l’administrateur de l’école doit avoir la capacité retenir l’éclatement de ses propres impulsions, problèmes et réactions négatives. Les jeunes adolescents sont hautement qualifiés pour lire les enseignants et identifier les choses qui les rendent impatients, rigides, en colère et bouleversés.

C’est pourquoi, les jeunes adolescents partagent souvent des idées sur ce qui agace les enseignants et les administrateurs scolaires. La capacité de gérer les propres problèmes au fur et à mesure qu’ils surviennent est l’une des compétences les plus exigeantes du conseiller. Il marque également la différence entre un conseiller efficace et un conseiller inefficace. C’est aussi l’évaluation d’un enseignement relationnel vraiment efficace. Une fois qu’un professionnel cède à des émotions telles que la colère, l’exaspération ou le mécontentement, sa capacité à fonctionner est réduite. Il semble que personne ne le sache mieux que certains jeunes adolescents, qui peuvent être tout à fait conscients des effets qu’ils ont sur les adultes.

Comment laisser son ego à la porte ?

Lorsqu’un enseignant prend personnellement les commentaires et les manipulations des élèves, un chaos interpersonnel est susceptible de s’ensuivre. Apprendre à suspendre ses propres problèmes au fur et à mesure qu’ils surviennent est une bonne idée pour un enseignant. Il doit réussir à « les placer sur l’étagère » et les aborder plus tard. L’un des avantages cachés de travailler avec de jeunes adolescents est qu’ils ont beaucoup à nous apprendre sur nos propres réactions et nos façons habituelles d’interagir. Trop souvent, l’élève devient le professeur de leçons qui ne peuvent être apprises dans aucun autre contexte (Hanna, 2002). Suspendre ses propres réactions est une compétence, bien sûr, et c’est une compétence qui peut être améliorée avec la pratique.

Laisser l’ego à la porte de la classe est peut-être la suggestion la plus précieuse que nous ayons à offrir, en plus de faire preuve d’empathie. Sans cela, l’empathie pourrait ne jamais avoir une chance d’émerger. Les jeunes adolescents surveillent de près les réactions des adultes pour voir s’ils pratiquent ce qu’ils prêchent. Par exemple, si Tom, un élève de septième année, fait irruption en classe un jour parce qu’il se fait taquiner pour être un « suceur », une réponse très typique d’enseignant est : « Essayez simplement d’ignorer ce que les autres enfants disent. » Cependant, si un enseignant ou un conseiller dit à un élève « d’ignorer » les railleries ou les insultes d’un autre et réagit ensuite avec colère au non-respect, l’élève, comme la plupart d’entre nous, aura peu de respect pour ce qui équivaut à de l’hypocrisie.

Exiger le respect n’est pas aussi efficace que de le gagner et la manière dont l’enseignant se compense a beaucoup à voir avec la façon dont il est perçu et respecté par les élèves. Pour réussir à construire des relations et appliquer les compétences mentionnées dans cet article, laisser votre ego à la porte peut être considéré comme une condition préalable. Parfois, laisser l’ego à la porte peut également être lié à des problèmes de culture.

résolution des conflits en classe

Comment réagir face à un élève perturbateur ?

Lorsqu’un jeune adolescent perturbateur agace et énerve régulièrement un enseignant, c’est pour lui une occasion idéale d’essayer de laisser son ego à la porte. Cependant, il est dans la nature humaine des enseignants, ou de quiconque, de se fâcher lorsqu’un adolescent se moque d’un sujet ou d’une question personnellement sensible. Donc, cela est particulièrement vrai pour le sujet de l’autorité.

Par ailleurs, de nombreux enseignants estiment qu’ils doivent avoir une autorité absolue sur la classe. Ils croient également que cette autorité vient automatiquement avec leur statut d’enseignant et ne doit pas nécessairement être méritée. Lorsque les élèves remettent en question cette autorité en étant non conformes ou en adoptant des comportements perturbateurs, ils peuvent facilement déclencher une réaction émotionnelle de la part de l’enseignant.

Exemple d’un élève perturbateur

Les enseignants ont une autorité et certains privilèges que leur confère leur position. La colère et la frustration les conduisent donc souvent à des abus de pouvoir de manière punitive. Cela se produit généralement lorsque l’adulte ne profite pas de l’occasion pour examiner ses propres vulnérabilités. Lorsque l’adolescent perturbateur insulte l’enseignant ou désobéit à plusieurs reprises, son ego prend le dessus et exige le respect.

Un élève pourrait dire : « Pourquoi devrais-je vous écouter ? Vous n’êtes qu’un professeur de collège. Pourquoi n’avez-vous pas un bon travail ? » La réponse qu’un enseignant pourrait donner sans réfléchir est la suivante : « Vous n’avez pas le droit de me parler ainsi. J’en sais beaucoup plus que vous et je sais que vous êtes retenu aujourd’hui. Venez me voir après l’école. »

Si l’enseignant avait pris le temps d’examiner ses propres vulnérabilités, il ou elle aurait pu dire : « Vous ressemblez à ma mère. Elle ne pensait pas non plus que je devais devenir enseignant. Elle voulait que je porte une chemise amidonnée et une cravate tous les jours et que je travaille dans un grand cabinet d’avocats. Mais je lui ai dit que je faisais partie de la vie de plus de 120 élèves de septième année — y compris la vôtre, Sammy. De quoi ai-je besoin de plus ? » Ensuite, l’enseignant peut inverser le sujet pour interroger l’élève en lui disant : « Que vous dit votre famille sur ce que vous espérez faire un jour ? ».

Lorsqu’un enseignant est conscient de ses vulnérabilités, comme le besoin de pouvoir, il est plus susceptible de réagir de manière stratégique plutôt qu’émotionnelle. Par exemple, un enseignant qui sait qu’il est sensible aux élèves qui remettent en question son autorité peut anticiper que les élèves des classes intermédiaires mettront en question son autorité. Une telle prise de conscience peut conduire à l’utilisation de l’empathie ou à l’admiration de comportements négatifs, comme indiqué précédemment. Pour conclure, la clé permettant de laisser son ego à la porte est la prise de conscience.

À lire aussi…

Comment gérer une classe bruyante et difficile ?

Le bavardage en classe : les causes et comment le gérer efficacement

Stratégies de gestion du bruit en classe

Stratégies efficaces de gestion des conflits en classe

Pourquoi le respect des élèves est-il essentiel pour un enseignant ?

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page