Idées et stratégies

Comment motiver les élèves ? stratégies et obstacles

L’un des aspects les plus difficiles de la profession d’enseignant est d’apprendre à motiver les élèves. Donc, la question de savoir comment motiver les élèves pour qu’ils apprennent efficacement ? S’ils ne sont pas efficients dans leur apprentissage, ils ne conserveront pas les informations, ne participeront pas et certains d’entre eux peuvent même devenir perturbateurs. Un élève peut être démotivé pour diverses raisons. Il peut trouver le sujet peu intéressant, trouver les méthodes de l’enseignant peu engageantes ou être distrait par des agents extérieurs. Il se peut même qu’un élève qui ne semble pas motivé éprouve en fait des difficultés à apprendre et ait besoin d’une attention particulière.

Bien que la motivation scolaire puisse être une tâche difficile à accomplir pour l’enseignant, les récompenses en valent largement la peine. Les étudiants motivés sont plus enthousiastes à l’idée d’apprendre et de participer. En d’autres termes : enseigner à une classe remplie d’élèves motivés est agréable, pour les enseignants comme pour les élèves. Certains élèves motivés éprouvent une appétence naturelle pour l’apprentissage. Mais même avec les élèves qui n’ont pas cette motivation naturelle, un bon enseignant réfléchit toujours à la meilleure façon de motiver ses élèves. Donc, son but est de rendre l’apprentissage ludique et les inciter à atteindre leur plein potentiel.

6 Stratégies pour motiver les élèves

Comment motiver un élève à travailler ? Il existe de nombreuses stratégies que les enseignants peuvent utiliser pour promouvoir et soutenir la motivation de leurs élèves. Par ailleurs, de nombreux théoriciens définissent la motivation comme résultant d’un besoin de satisfaire les désirs psychologiques d’autonomie, de compétence et de connexion ou d’appartenance. Les stratégies de motivation suivantes se concentrent sur la satisfaction de ces besoins. Voici six stratégies pour motiver les élèves :

1. Impliquez les élèves

Une des façons d’encourager les élèves et de leur enseigner la responsabilité consiste à les impliquer dans la classe. Rendez la participation amusante en donnant à chaque élève un travail à faire. Donnez aussi aux élèves la responsabilité de ranger ou de décorer la classe. Demandez à un élève d’effacer le tableau noir ou de distribuer des documents. Si vous relisez une lecture en classe, demandez aux élèves de lire à tour de rôle des sections à voix haute. Faites travailler les élèves en groupes et attribuez à chacun une tâche ou un rôle. Donner aux élèves un sentiment d’appartenance leur permet de se sentir accomplis et encourage la participation active en classe.

2. Donner aux élèves autonomie et responsabilité

La motivation diminue lorsque les élèves sentent qu’ils n’ont aucun contrôle sur une situation donnée. Donner des choix aux élèves et renforcer leur initiative améliore la motivation, l’effort, l’intérêt, les émotions positives. Et les perceptions de contrôle et de compétence personnels, ainsi que la réussite. La plupart des étudiants obtiennent de meilleurs résultats aux tests auto-adaptés dans lesquels ils peuvent sélectionner des éléments de test parmi diverses options. Offrir des choix peut également augmenter la prise de risque. Et aider les élèves à développer leur intérêt pour des activités particulières. Cependant, pour les étudiants de certains groupes culturels, la motivation peut être plus élevée lorsque des figures d’autorité ou leurs camarades font les choix à leur place.

Il est important de réfléchir soigneusement au moyen de rendre les choix disponibles aux élèves, et le planifier méticuleusement, en les basant sur la capacité de vos élèves à comprendre et à faire des choix. Certains élèves peuvent avoir besoin d’aides pour les aider à faire les bons choix. Les choix doivent être adaptés aux capacités et aux besoins des élèves, et correspondre à leurs intérêts (mais méfiez-vous d’essayer d’aligner toutes les activités d’apprentissage avec les intérêts actuels des élèves, au risque de compromettre la qualité de l’apprentissage ou de rater l’occasion de susciter l’intérêt et de développer des connaissances dans un nouveau domaine). Il se peut que les élèves puissent choisir parmi une liste d’activités thématiques fournies par l’enseignant ou qu’ils choisissent leurs propres tâches pour travailler. 

Ils peuvent également être impliqués dans la fixation des dates d’échéance. Le choix des groupes de travail d’étudiants et l’ordre d’achèvement des tâches. Être capable de choisir la façon dont ils peuvent répartir leur temps, ainsi que parmi plusieurs versions différentes d’une tâche, peut être le plus motivant pour les étudiants ayant des compétences en autorégulation. 

3. Soyez créatif

Évitez la monotonie en changeant la structure de votre classe. Enseignez à travers des jeux et des discussions plutôt que des cours magistraux. Par ailleurs, encouragez les étudiants à débattre et enrichissez le sujet avec des aides visuelles, comme des graphiques colorés, des diagrammes et des vidéos. Vous pouvez même montrer un film qui illustre efficacement un sujet ou un thème. Votre salle de classe ne devrait jamais être ennuyeuse. Donc, utilisez des affiches, des modèles, des projets de classe d’élèves et des thèmes saisonniers pour décorer votre salle de classe et créer un environnement chaleureux et stimulant.

4. Établissez des liens avec la vraie vie

« Quand en aurai-je besoin? » Cette question, trop souvent entendue en classe, indique qu’un élève a un manque d’engagement. Si un élève ne croit pas en l’importance de ce qu’il apprend, il ne voudra pas apprendre ; il est donc primordial de montrer de quelle façon le sujet s’articule avec lui. Si vous enseignez l’algèbre, prenez le temps de rechercher comment elle est utilisée dans la pratique – par exemple en ingénierie –, et partagez vos découvertes avec vos étudiants. Étonnez-les vraiment en leur disant qu’ils pourraient l’utiliser dans leur carrière. Leur montrer qu’un sujet est utilisé quotidiennement par des personnes « réelles » lui donne une importance nouvelle. Ils peuvent ne jamais être enthousiasmés par l’algèbre, mais s’ils voient comment cela s’applique à eux. Ils peuvent être motivés à apprendre avec plus d’attention.

5. Offrir des possibilités d’apprentissage coopératif

Répondre au besoin de connexion des élèves avec les autres peut renforcer la motivation pour l’activité d’apprentissage connexe. En effet, les élèves font preuve d’une motivation accrue lorsque les enseignants leur offrent fréquemment des occasions de partager leurs questions, et ce qu’ils ont appris avec leurs pairs. Les élèves font souvent preuve d’un effort de travail accru lorsqu’il existe un sentiment de responsabilité collective à l’égard de l’apprentissage. Par ailleurs, la recherche montre que les étudiants qui ont des opportunités d’apprentissage collaboratif s’engagent dans un traitement plus approfondi de l’information.

Planifiez un dialogue d’élève à élève au cours d’une leçon et identifiez les activités qui peuvent être entreprises par paires ou en groupes. Développer des tâches de groupe dans lesquelles les tâches sont réparties entre les élèves. Assurez-vous que chaque élève a une responsabilité claire par rapport à un objectif de groupe.

6. Enseigner explicitement le concept de motivation et expliquer comment motiver les élèves

D’abord, soutenir la compréhension de la motivation par les élèves peut améliorer leur capacité à autoréguler leur niveau de motivation et les aider à identifier des stratégies et des comportements qui augmentent ou diminuent leur motivation. Bien que les stratégies de soutien à la motivation doivent être intégrées à l’enseignement, il peut également être utile de discuter explicitement de la motivation avec les élèves. Cela aide les élèves à comprendre l’importance de l’effort dans l’apprentissage et le fait de trouver des moyens de se motiver peut les aider à faire l’effort nécessaire.

De même, insistez sur l’importance de la motivation pour réussir dans l’apprentissage. Discutez régulièrement de la façon dont les élèves doivent travailler et de la manière dont l’effort les aide à devenir plus intelligents en liant l’effort aux résultats. Assurez-vous également que vos élèves et vous-même avez la même perception de l’effort : discutez de ce que cela signifie d’essayer. Aidez les élèves à faire la distinction entre l’effort productif et non productif en expliquant que l’effort est plus que le temps consacré à une tâche. Mais signifie également utiliser des stratégies efficaces, s’entraîner et chercher de l’aide. Éliminez le mystère d’apprendre quelque chose de nouveau en démontrant que tout est question de stratégie et de motivation.

À lire aussi…

18 idées simples pour motiver les élèves à apprendre

5 stratégies pour motiver les élèves désengagés

Les obstacles à la motivation des élèves

La motivation en classe, comme le savent les parents et les enseignants, varie souvent selon le milieu, les personnes impliquées, la tâche et la situation. Un enfant ayant un trouble d’apprentissage peut être un lecteur très réticent qui résiste à la lecture d’un devoir de sciences ou à l’écriture du devoir, mais qui absorbe avec empressement toutes les émissions de l’enseignant sur la vaporisation de l’eau dans un cours de sciences. La clé pour chaque apprenant est de trouver ce qui le motive.

Malheureusement, d’autres facteurs interviennent aussi pour diminuer la motivation des élèves. Voici quelques facteurs de la motivation scolaire :

Peur de l’échec

D’abord, les enfants peuvent avoir peur de terminer le travail parce qu’ils ont peur de faire des erreurs. Ils ne veulent pas avoir l’air idiot devant leurs pairs, enseignants, frères et sœurs ou parents. Un enfant ayant un trouble d’apprentissage peut, par exemple, distraire constamment la classe avec un humour décapant, mais ne jamais terminer un devoir ou répondre à une question en classe. L’humour couvre sa difficulté de lecture et dissimule son incapacité à terminer son travail ainsi que la plupart des élèves de la classe.

Manque de défi

Les enfants peuvent s’ennuyer avec le travail scolaire. Cela peut être pour une bonne raison. Par exemple, un élève doué peut être « démotivé » dans une classe qui explique à plusieurs reprises un concept qu’il comprend déjà. Un enfant ayant un trouble d’apprentissage peut s’ennuyer également si le matériel disponible pour étudier un concept est rédigé bien en-deçà des capacités cognitives de l’enfant. 

L’enfant avec un trouble de l’attention peut également être démotivé s’il est évident que l’enseignant attribue un manque de succès potentiel à l’enfant en se basant sur l’étiquette de trouble d’attention. Si l’enseignant, dans ce cas, ne défie pas l’élève. Il peut discerner l’évaluation apparente des capacités de l’enseignant et simplement ne pas exiger un contenu plus stimulant.

Manque de sens

Un étudiant peut simplement croire que le travail scolaire n’est pas important parce qu’il ne peut pas voir comment il se rapporte à la vie quotidienne. Cela peut être particulièrement troublant pour un étudiant ayant des troubles d’apprentissage. Un élève ayant un problème visuel-moteur, par exemple, peut trouver très difficile d’organiser des problèmes de mathématiques afin d’assurer la bonne réponse. L’étudiant se trompe toujours car les colonnes d’un problème d’addition longue se mélangent. Cet élève sait que la calculatrice peut résoudre correctement le problème en une seconde. L’élève est susceptible de ne voir aucune signification pour une classe sur l’addition, la division ou tout autre concept mathématique.

Problèmes émotionnels

Par exemple, un enfant ayant un problème émotionnel peut avoir de la difficulté à apprendre parce qu’il ne peut pas se concentrer en classe. L’anxiété, la peur, la dépression ou peut-être des problèmes à la maison pourraient interférer. Les enfants ayant des des troubles d’apprentissage ont également des émotions liées à la frustration du trouble d’apprentissage ou à d’autres schémas émotionnels connexes. Cela limitent la motivation pour le travail scolaire.

Colère

Certains enfants utilisent le travail scolaire ou le manque de travail scolaire comme une expression de colère envers les parents. Nous l’appelons souvent une approche passive-agressive. Par exemple, si un enfant ressent une pression intense pour réussir ses études, facteur que l’élève ne peut pas contrôler. Donc, l’élève peut se disputer avec le parent. Et il n’aura que de faibles notes aux examens, parce que les notes entrent dans le champ de contrôle de l’élève. Plus le parent essaie de contrôler et de structurer les renforts, plus les notes diminuent.

Désir d’attention

Malheureusement, certains enfants utilisent le manque de réussite scolaire pour attirer l’attention des parents ou des enseignants. Trop souvent, dans le monde trépidant d’aujourd’hui, les parents peuvent ne pas accorder aux enfants qui vont bien l’attention dont ils ont besoin. Les enfants qui rentrent à la maison, font leurs tâches ménagères, terminent leurs devoirs et réussissent leurs études peuvent être ignorés, simplement parce qu’ils ne causent pas de problèmes. Alors que les enfants qui agissent ou qui semblent « en difficulté » face au travail scolaire peuvent souvent gagner du soutien et de l’attention. En résumé, l’attention donnée aux enfants est un puissant facteur de motivation scolaire. C’est pourquoi, il est important de revoir périodiquement les types de comportement qui attirent l’attention d’un enfant à la maison ou à l’école.

La motivation en classe et la famille.

Les parents sont au cœur de la motivation scolaire. Le début d’une nouvelle année scolaire est très important. Les enfants atteints de TDAH ont souvent du mal à s’adapter. Cependant, les parents peuvent aider à bien démarrer l’année.

  1. Fournissez un environnement familial chaleureux et accueillant ;
  2. Donnez des instructions et des commentaires clairs ;
  3. Créez un modèle de réussite ;
  4. Misez sur les forces de l’élève ;
  5. Reliez le travail scolaire aux intérêts de l’élève ;
  6. Aidez à construire une structure familiale qui favorise un travail cohérent vers l’objectif ;
  7. Aidez l’élève à avoir un certain contrôle sur comment et quand il apprend ;
  8. Mettez l’accent sur les progrès de l’enfant plutôt que sur ses performances par rapport aux autres élèves de la classe ou de la famille ;
  9. N’oubliez pas de renforcer le comportement que vous souhaitez ;
  10. Utilisez les renforçateurs à bon escient. Rappelez-vous que la motivation intrinsèque fonctionne le mieux. Suivez les intérêts de l’enfant, si possible, plutôt que de passer du temps à construire des systèmes de récompense élaborés.

Sources :

  • Oyserman, D. (2014). Identity-based motivation: Core process and intervention examples. Motivational Interventions, 18, 213-242. doi: 10.1108/S0749-742320140000018006
  • Patall, E. A., Cooper, H., Robinson, J. C. (2008). The effects of choice on intrinsic motivation and related outcomes: A meta-analysis of research findings. Psychological Bulletin, 134(2), 270-300.
  • Schweinle, A., Meyer, D. K., & Turner, J. C. (2006). Striking the right balance: Students’ motivation and affect in elementary mathematics. Journal of Educational Research, 99(5), 271-294. doi: 10.3200/JOER.99.5.271-294

Un commentaire

  1. je suis professeur de gestion, j’ai 32 ans d’experience. Je désire améliorer mes compétences

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page